Les Bleus n'ont visiblement pas retenu les leçons de Guimaraes. Battue par le Portugal en avril lors des qualifications à l'Euro (33-27), la France est à nouveau tombée dans le piège tendu par les Portugais et commence son Euro de la pire des manières avec cette défaite, vendredi à Trondheim en Norvège (25-28). Tout avait pourtant bien commencé pour les joueurs de Didier Dinart et un +3 au bout de 11 minutes (6-3). Dika Mem, meilleur buteur français (5 réalisations), trouvait alors des intervalles pour tromper Quintana.
Dès le premier temps-mort demandé par Paulo Fereira, la donne a changé. Les Portugais ont scoré sur chacune de leurs offensives quand les Bleus enchaînaient les pertes de balle (13 au total). Offensivement, les coéquipiers de Nikola Karabatic sont souvent apparus sans solution et ont semblé perdu sur le terrain. Comme en témoignent les dix minutes de disette de l'équipe de France lors du premier acte (9-7 à la 19e, 9-12 à la 29e) Porté par Andre Gomes et Diogo Branquinho, le Portugal est ainsi allé jusqu’à prendre trois buts d'avance avant la mi-temps. Une marge réduite par Karabatic dans la dernière minute (11-12, 30e).
Championnat d'Europe
Karabatic : "Si on n'arrive à mettre que 25 buts face au Portugal..."
10/01/2020 À 21:40

Nikola Karabatic n'a pas trouvé la faille

Crédit: Getty Images

Un sursaut trompeur

L'écart d'un but à la pause ne reflétait pas l'impression ressentie sur le terrain et les dix premières minutes de la deuxième période au cours desquelles la France est parvenue à reprendre l'avantage au score grâce à Melvyn Richardson (17-16, 40e) n'étaient qu'un trompe-l'œil. Quatre minutes plus tard, Luis Frade a redonné un avantage définitif au Portugal (18-19, 44e) malgré un dernier retour des Bleus (19-22, 22-22 à la 53e) grâce à deux buts de Michaël Guigou dans une cage vide.
Restés au contact jusqu'à la 57e minute (25-25), les Français ont concédé trois buts en trois minutes et fini ce match en double infériorité numérique. Alors qu'il n'y a que deux nations qualifiées par groupe pour le tour principal (une première à l'Euro), la France se retrouve déjà en grande difficulté. Opposés à l'un des pays hôtes, la Norvège, dans deux jours, les Bleus se retrouvent dans l'obligation de s'imposer. Sous peine de voir leur compétition s'arrêter prématurément.

Luc Abalo et Dika Mem (France) face au Danemark en Golden League - 5/01/2020

Crédit: Getty Images

Championnat d'Europe
Pas d'impair pour la Norvège
10/01/2020 À 21:35
Tokyo 2020
"On ne pouvait pas perdre" : Karabatic et les Bleus, la force de l’habitude
05/08/2021 À 11:06