Ce n'est pas la nouvelle et déroutante médaille reservée au quatrième de l'Euro qui réconfortera les Français. Il n'y avait qu'à voir leurs têtes de dix pieds de long quand les officiels se sont avancés vers eux pour leur remettre, quelques minutes après leur défaite face au Danemark (32-35, ap). Pour la troisième fois en quatre championnats d'Europe, les Bleus manquent le podium d'une compétition qu'ils n'ont plus remportée depuis 2014. Si brillante l'été dernier aux Jeux Olympiques de Tokyo, l'équipe de France n'a pas su rééditer l'exploit. La faute à un groupe incomplet, des conditions singulières, et une nouvelle génération qui manque encore de grinta.
On n'a pas su répondre dans les moments-clés
C'est d'ailleurs en pensant à cette génération-là que le capitaine des Bleus Valentin Porte a parlé à l'issue de la rencontre : "Je voulais tout donner pour offrir une médaille aux joueurs qui n'avaient pas encore eu l'occasion d'en avoir à ce niveau-là. Je suis déçu pour eux, pour la France, mais c'est la loi du sport", a regretté l'arrière-droit tricolore au micro de BeinSports.
Handball
Porte de retour en équipe de France après "une période extrêmement délicate"
02/04/2022 À 11:26
Tout n'est pas à jeter pour cette équipe de France "new look", qui présentait dans ses rangs les plus anciens comme Nikola Karabatic (38 ans), et les plus jeunes à l'image de Théo Monar, né en 2001. Mais sur un match à haute intensité comme celui disputé face au Danemark, ça n'a pas suffi. "L'analyse est assez simple en fin de compte, on a pas su répondre présent dans les moments clés, a concédé le revenant Kentin Mahé après le coup de sifflet final. C'est frustrant. On menait d'un but, on aurait pu continuer à tenir le match, mais on enchaîne les mauvais choix. On accroche la prolongation, et derrière on perd les combats, aussi bien en attaque qu'en défense. A la fin, ça fait mal!".

Des conditions qui n'aident pas

Mais une fois la responsabilité assumée de la part des joueurs français, il convient aussi de rappeler les circonstances atténuantes de cet Euro 2022. Pas épargnés depuis le 26 décembre et le début de leur rassemblement, les Bleus ont dû faire sans plusieurs cadres en Hongrie, entre les blessures de Luka Karabatic et Nedim Remili et l'agression au couteau subie par Elohim Prandi.
Une fois sur place, ils n'ont pas non plus été aidés par les contaminations au Covid, qui se sont succédé dans les rangs tricolores, de Porte à Konan, en passant par Tournat et Mahé. Le demi-centre, meilleur joueur de la petite finale et isolé pendant huit jours, s'est d'ailleurs montré passablement agacé par le protocole fixé par la Fédération Européenne de Handball (EHF) : "On se bat depuis le 26 décembre, les cas de Covid et le règlement de 'mes couilles' de l'EHF qui ne tient pas debout. C'est un peu trouble tout ça."

Déjà tournés vers la suite

Désormais, ce groupe regarde vers la suite, à savoir le mondial en Pologne et en Suède en 2023, et évidemment les Jeux Olympiques à domicile dans deux ans. Et les Bleus ont malgré tout de belles promesses et de nombreux motifs d'espoir. "Ce que je retiens de cette aventure, c'est que l'on est resté uni de la première à la dernière minute de chaque match. C'est une base sur laquelle on peut construire", a positivé Vincent Gérard, également peu en réussite lors des matches clés du tournoi, mais qui s'est bien rattrapé face au Danemark (17/44 aux arrêts).

Une équipe de France de handball touchée, mais soudée et tournée vers l'avenir avec son sélectionneur Guillaume Gille

Crédit: Getty Images

Même constat pour le sélectionneur Guillaume Gille qui, malgré cet échec européen, devrait - sauf improbable rebondissement - continuer à la tête de la sélection pour les prochaines échéances : "Mon sentiment c'est avant tout de la frustration. Mais je veux retenir l'état d'esprit de ce groupe qui était irréprochable. J'ai beaucoup de fierté pour ce groupe, cette équipe de France a de la gueule !" Il lui faudra néanmoins encore plus que simplement de la gueule pour retrouver un podium international. La transition de cette équipe de France va devoir passer par la montée en grade des espoirs d'hier, et la percée de ceux d'aujourd'hui. Et par une réussite qui a fui les tricolores lors de ce mois de janvier, incontestablement.
Championnat d'Europe
Un goût d'amertume pour conclure
30/01/2022 À 16:21
Championnat d'Europe
La bleusaille veut sa médaille : "Elle représenterait beaucoup pour ces gamins-là"
29/01/2022 À 17:28