Getty Images

Ch. du monde - Les Bleus l'emportent sur le fil face à l'Allemagne (26-25) et décrochent le bronze

Les Bleus ont encore du caractère, et encore du bronze

Le 27/01/2019 à 16:03Mis à jour Le 27/01/2019 à 16:39

CHAMPIONNAT DU MONDE - L'équipe de France l'a emporté sur le fil dimanche face à l'Allemagne (26-25) grâce à un but inscrit à la dernière seconde par Nikola Karabatic. Les Bleus décrochent la médaille de bronze, comme lors de l'Ero 2018.

Et la France a rejoué un mauvais coup à l’Allemagne. Comme lors du tour préliminaire, les Bleus ont marqué à la dernière seconde face aux co-organisateurs du Mondial. Mais alors qu’ils avaient décroché le nul la dernière fois, le but de Nikola Karabatic a cette fois offert le match aux Bleus (25-26), et la médaille de bronze. Une belle récompense pour cette équipe de France, d’abord peu adroite au tir, mais qui a livré une prestation globalement sérieuse pour conclure la compétition.

Le banc français a fêté l’évènement comme s’il avait gagné la coupe du monde, et même si c’est loin d’être le cas, le scénario de la rencontre aura donné des arguments de se réjouir aux tricolores. Car tout a très mal commencé pour l’équipe de Didier Dinart. Face à une équipe d’Allemagne toujours aussi sereine défensivement, les Bleus ont rapidement été menées (7-5, 11e), et se sont mis à rater des ballons d’attaque très faciles parfois, notamment Nikola Karabatic et Dika Mem.

Des Bleus longtemps déréglés devant

Avec un pourcentage de réussite au tir famélique après 30 minutes (seulement 38%), la France faisait déjà grise mine. La sortie sur blessure du gardien Cyril Dumoulin (12e), possiblement touché aux ligaments croisés selon beIN Sports, a continué à plonger cette équipe dans le doute. Menés de 4 buts à la pause (13-9), grâce notamment à un très bon Uwe Gensheimer (7/8 au tir au final), les Bleus sont restés disciplinés en attaque, pour résister aux offensives de Paul Drux (4 buts) et consort.

La jeunesse tricolore a même permis aux champions du monde 2017 de revenir dans la rencontre (17-19, 46e), grâce aux buts en contre de Kentin Mahé (7/8 aux tirs), le sang-froid encore impressionnant de Melvyn Richardson (2/3 à 7 mètres), ou les coups de canon de Remili. Il en fallait beaucoup face à un Andreas Wolff encore impérial dans les cages allemandes (12 arrêts à 39%), et l’entrée de Luc Abalo a également fait du bien, en témoigne son superbe tir à la hanche à la 50e minute.

Alors qu’il avait débuté la rencontre sur le banc, Vincent Gérard a lui aussi multiplié les parades (8 arrêts à 32%) pour empêcher les Allemands de reprendre l'avantage, et au terme d’une fin de match à suspens, Luka Karabatic a réalisé une interception décisive, avant que son frère, Nikola, ne permette aux siens de récolter une sixième médaille en compétition internationale depuis 2014. De quoi franchement adoucir la fin de Mondial des tricolores.

0
0