Getty Images

France - Brésil (24-22) : Heureusement, Gérard n'était pas en retard

Heureusement, Gérard n'était pas en retard

Le 11/01/2019 à 23:55Mis à jour Le 12/01/2019 à 00:02

MONDIAL 2019 - Inconstants, les Bleus ont pu compter sur un excellent Vincent Gérard pour débuter leur tournoi par une victoire face au Brésil (24-22) vendredi. Le portier tricolore a su se montrer décisif dans les moments clés de la rencontre. Sa performance a été essentielle pour une équipe tricolore trop brouillonne en attaque.

Ce n'était pas la même histoire. Deux ans après avoir entamé leur marche triomphale vers le titre mondial par une démonstration face au Brésil (31-16), les Bleus ont souffert contre une équipe sud-américaine accrocheuse et talentueuse. Ils ont balbutié leur handball. Ils ont parfois semblé au bord de la rupture. Mais ils avaient un sacré rempart en la personne de Vincent Gérard.

Le gardien de Montpellier n'était pas titulaire. Didier Dinart avait préféré offrir cet honneur à Cyril Dumoulin. Le sélectionneur des Bleus a changé son fusil d'épaule au cœur de la première période, alors que le Brésil donnait du fil à retordre aux Tricolores. Gérard a fait le reste. Il a littéralement écoeuré les Brésiliens, incapables de tromper sa vigilance pendant quasiment dix minutes. Et permis à la France non seulement de prendre l'avantage, mais aussi de creuser un écart de cinq buts. Même s'il a été de courte durée.

Les Bleus n'étaient pas suffisamment constants pour qu'il en soit autrement. Pas assez "tueurs" pour éteindre l'enthousiasme brésilien. Trop brouillons, avec la bagatelle de 14 pertes de balles, et parfois indisciplinés avec une double infériorité numérique dès l'entame de la seconde période. Là encore, Gérard a sauvé la patrie, multipliant les parades pour permettre aux Français de gérer parfaitement cette situation délicate. Avant de faire la différence dans le "money-time" pour finir la rencontre avec 12 arrêts et sceller la victoire tricolore sur une interception dans la dernière minute.

"On a paniqué de façon inexplicable"

Si la France a débuté la défense de son titre de champion du monde par une victoire, c'est surtout à son gardien qu'elle le doit, même si l'arrière-garde tricolore a été globalement performante à Berlin. Dinart et ses joueurs en sont conscients. "On a pu s'appuyer sur Vincent Gérard qui a été très brillant", a reconnu le sélectionneur des Bleus, imité par Ludovic Fabregas. "Sur le plan défensif, on ne prend que 22 buts, c'est une bonne performance. Vincent (Gérard) a fait beaucoup d'arrêts", a souligné le pivot de l'équipe de France.

Avec 50% de tirs arrêtés, Gérard a su se mettre immédiatement au niveau d'un tournoi mondial. Ce n'est pas le cas d'une équipe de France dont la marge de progression a été flagrante, surtout en attaque. "On s'est mis à paniquer de façon inexplicable, déplorait le gardien français après le match. On s'est relâché. On s'est mis à rater des tirs. On leur a rendu des ballons. Les Brésiliens sont tout sauf des peintres. C'est une erreur de croire que c'est une petite équipe. Ils se sont battus jusqu'au bout. Les pertes de balle, il faudra régler ça."

Les Bleus n'en ont pas payé les conséquences. C'était essentiel pour des Tricolores double champions du monde en titre d'évacuer cette pression en démarrant par un succès, même s'il a été laborieux. "C'est une victoire poussive, mais il vaut mieux faire un mauvais match et l'emporter que faire une bonne prestation et perdre", a conclu Dinart, qui attend quand même une montée en puissance de ses joueurs samedi face à la Serbie (20h30). Si Gérard a évité un faux-départ pour les Bleus, ses coéquipiers seraient inspirés de hausser le niveau pour faire fructifier sa performance.

0
0