Getty Images

MONDIAL 2019 - La France et l'Allemagne se quittent dos à dos au terme d'un match épique

Tout sauf nul !

Le 15/01/2019 à 22:08Mis à jour Le 16/01/2019 à 11:46

MONDIAL - Au terme d'un match d'une rare intensité et d'une fin irrespirable, la France et l'Allemagne n'ont pu se départager (25-25), mardi soir, à Berlin. Menés tout au long de la rencontre, les Bleus ont égalisé à la dernière seconde et se qualifient pour la deuxième phase de poule.

Ces Bleus sont des durs à cuire ! Grâce à un but tout en puissance de Timothey N'Guessan à la dernière seconde, l'équipe de France a arraché un nul face à l'Allemagne (25-25), à Berlin, et montré qu'elle vendra chèrement son titre de championne du monde. Malmenés et accrochés par de valeureux Allemands tout au long de la rencontre, les hommes de Didier Dinart ont su faire le dos rond et répondre coup pour coup à des adversaires déterminés (qui évoluaient à domicile) et qui ont longtemps cru à la victoire. Même s'ils ne l'ont pas emporté, les Bleus ont montré de nombreux signes encourageants pour la suite de la compétition, et ce, malgré la sortie prématurée sur blessure de leur capitaine Cédric Sorhaindo. Après quatre matches, les Bleus restent invaincus et se qualifient pour la suite de la compétition avant d'affronter la Russie, dès jeudi.

Il ne fallait pas être cardiaque dans ce sommet du groupe A qui opposait ce mardi les doubles tenants du titre tricolores à des Allemands annoncés comme ''le morceau de choix'' du menu proposé à la France dans cette phase de poules. A domicile, l'Allemagne a aussitôt pris les devants en s'offrant un premier break face à des Bleus à réaction. Face à un bloc passant d'une organisation en 6-0 à 5-1, les partenaires de Nedim Remili ont eu toutes les peines du monde à trouver la faille, face à un Andreas Wolff souvent déterminant devant la cage adverse. A l'inverse, Vincent Gérard, puis Cyril Dumoulin, ne sont pas parvenus à se hisser au niveau de leurs partenaires.

Sorhaindo, blessé, dit peut-être adieu au mondial

Ballottés, malmenés, les Français ont du attendre la 23e minute pour enfin prendre l'avantage et mener d'un tout petit but, alors inscrit par Luc Abalo (4-5). Mais les Allemands n'ont rien lâché et ont continué à bousculer des Tricolores une fois encore auteurs d'une première période de très moyenne facture, mais aussi victimes d'un coup dur avec la sortie sur blessure de leur capitaine Cédric Sorhaindo. Le pivot tricolore, souffrant de la cuisse, pourrait ne plus réapparaître dans ce mondial. Les Bleus, pas mécontents de ne compter que deux unités de retard à la pause, allaient alors tout donner lors d'un second acte à couteaux tirés qui allait les voir revenir sur leurs adversaires jusqu'à une fin de match insoutenable.

Mahé taille patron

Comme à leur habitude depuis le début de ce championnat du monde, les hommes de Didier Dinart ont montré un visage bien plus intéressant en deuxième période. Grâce notamment à un Kentin Mahé de feu (9/11 aux tirs), les partenaires d'un Nikola Karabatic absent de la feuille de match, ont tenu tête à leurs adversaires. Non sans concéder un nombre de fautes encore bien trop important (en témoignent les deux fois "deux minutes" prises par Adrien Dipanda). Une fébrilité qui a bien failli couter la victoire à la France, menée d'un but à trois secondes du coup de sifflet final. Moment qu'a choisi Timothey N'Guessan pour sortir de sa boite et transpercer le mur allemand pour arracher le point du match nul, synonyme de qualification assurée des Bleus pour le tour principal. Avant de défier la Russie ce jeudi, la France, si elle s'est rassurée sur certains points, devra encore travailler certaines lacunes. Le chemin menant vers un troisième titre mondial est encore long.

0
0