Getty Images

Mondial 2019 : La France a fait le job face à la Russie, mais "l'ensemble n'est pas positif"

Les Bleus ont fait le boulot, mais "l'ensemble n'est pas positif"

Le 17/01/2019 à 23:41Mis à jour Le 17/01/2019 à 23:57

MONDIAL 2019 - Les Bleus se sont imposés à l'arraché face à la Russie (23-22) pour leur dernier match du tour préliminaire. Mais ils n'ont pas dissipé les doutes et vont aborder la suite sans certitude.

Des lacunes mais aussi "une force de caractère"

"On a vraiment été poussifs tout au long du match et ça, ce n'est pas normal, a d'ailleurs relevé, au micro de BeIN SPORTS, le sélectionneur de l'équipe de France. On avait dit qu'on devait bien terminer, c'est d'ailleurs pour cela qu'ils se sont arrachés sur la fin, mais l'ensemble n'est pas positif". Et pour les joueurs comme pour le staff, difficile de savoir s'il faut rattacher ce bilan au faible enjeu de cette rencontre particulière ou à un manque de maîtrise plus globale.

Et si Dinart a vu le verre à moitié vide, Luka Karabatic préfère le voir à moitié plein : "Ce n'est pas facile d'aborder ce genre de rencontre, face à une équipe qui n'a plus rien à perdre et où l'on a déjà la tête au tour suivant, a-t-il rapporté à la chaîne. Quand vous n'avez pas le couteau sous la gorge comme ce soir, il manque quelques ingrédients. Le scénario était difficile pour nous mais on est repassés devant sur la fin, cela montre aussi une certaine force de caractère".

Didier Dinart lors de France - Brésil au Mondial 2019

Didier Dinart lors de France - Brésil au Mondial 2019Getty Images

Face à l'Espagne, les Bleus vont savoir

Mais il faudra plus que cela, samedi, pour battre l'Espagne, championne d'Europe, qui avait sorti les Tricolores en demi-finale du tournoi. Les Bleus connaissent leurs lacunes. "En attaque, à chaque match, on a alterné une bonne période puis une moins bonne. C'est là-dessus que l'on doit progresser. Ce soir, c'est la réalisation et le tir qui n'allaient pas", a noté Nikola Karabatic auprès de l'AFP. Réintégré au groupe mercredi, le leader a vécu une 300e cape poussive, comme l'ensemble de l'équipe. Largement ménagé, il n'a converti aucun de ses trois tirs.

Pour le reste, et notamment l'état d'esprit, le contexte dans lequel sera disputé le prochain match devrait suffire à mettre l'équipe de France au niveau. "On aura à cœur de prendre notre revanche", a assuré Luka Karabatic. "On connait bien l'Espagne, d'autant plus que notre dernière défaite n'a pas été digérée, a renchéri Dinart. J'espère que ce sera un motif pour que l'on soit motivés face à elle. S'il y a un manque d'engagement, on va payer l'addition."

Nikola Karabatic lors de France - Russie, aux Mondiaux 2019

Nikola Karabatic lors de France - Russie, aux Mondiaux 2019Getty Images

0
0