Ils ne pouvaient pas mieux démarrer et répondre aux critiques. Accablés de doutes avant d’arriver en Egypte, les Français ont livré un match très sérieux, avec un énorme Wesley Pardin dans les buts et une attaque retrouvée pour dominer la Norvège (28-24). En tête tout au long de la rencontre, l’équipe de France a parfaitement lancé son Mondial et rejoint la Suisse en tête du groupe E.
Transfigurés. Cinq jours seulement après un match nul décevant face à la Serbie qui avait laissé les joueurs de Guillaume Gille dans le doute, la troupe tricolore a livré un match taille patron face à la Norvège, double vice-championne du monde en titre, pour s’imposer logiquement et surtout, faire le plein de confiance.
Championnat du monde
Un gardien en feu et une attaque retrouvée : comment la France s’est métamorphosée
14/01/2021 À 22:38

Pardin en feu, Mahé en réussite

Très vite, d’un kung-fu parfaitement exécuté entre Michael Guigou et Kentin Mahé, les Bleus ont semblé plus libérés, plus inventifs et moins lisibles que ce qu’ils avaient montré avant de s’envoler pour le Caire. Le demi-centre de Veszprem, auteur des quatre premiers buts du match pour l’équipe de France, a été l’un des grands hommes de cette partie (9/11 au tir, meilleur buteur français), permettant aux siens de se détacher rapidement au score (2-5, 7e).
L’autre homme du match, bien sûr, c’est Wesley Pardin, le gardien d’Aix, préféré comme titulaire par le sélectionneur à Vincent Gérard. Déjà auteur une très grande saison en club et qui a été tout simplement infranchissable face à Sander Sagosen et ses partenaires (18 arrêts à 45% de réussite). L’ancien joueur du PSG, tout frais champion d’Europe, a longtemps permis aux siens de rester dans la partie (10 buts).
Mais grâce à Pardin, les Bleus, qui ont connu un coup de moins bien offensivement en fin de première période, n’ont jamais été renversés par la Norvège, revenant aux vestiaires sur un score de parité (13-13). Avant de remettre un coup d’accélérateur d’entrée (13-16, 38e). La troupe Christian Berge, le sélectionneur norvégien, n’était pas dans un grand jour non plus, mais elle s’est longtemps accrochée, revenant à égalité (18-18) à un quart d’heure du terme alors que Dika Mem ou Timothey N’Guessan, notamment, ont longtemps peiné à faire le break.
Mais avec autour d’eux autant d’individualités (Remili, Descat, Karabatic) qui ont brillé devant comme derrière, les deux Barcelonais ont fini par entrer tardivement dans leur match pour mettre un dernier uppercut à leurs adversaires (20-26, 54e). Avec cette victoire, la première de Guillaume Gille à la tête des sextuples champions du monde, la France se remet dans le sens de la marche, et voudra confirmer dès samedi face à l’Autriche.
Tokyo 2020
"On ne pouvait pas perdre" : Karabatic et les Bleus, la force de l’habitude
05/08/2021 À 11:06
Tokyo 2020
"On a toujours pointé Tokyo avec l'ambition de gagner les JO" : Guillaume Gille vise au plus haut
03/08/2021 À 04:58