Guillaume, que vous inspire votre statut de favoris de la compétition ?

G.G. : "Il faut expliquer aux gens que les Français ne sont pas les maîtres du monde. On a l'impression en lisant certains commentaires qu'en allant simplement se balader en Autriche on va ramener encore une fois la timbale. Ca va être très compliqué. Beaucoup d'adversaires sont en mesure de nous poser des problèmes et de gagner la compétition. On a emmagasiné de la confiance dans les compétitions précédentes, mais on sait qu'on va devoir encore prouver notre force si on veut ramener quelque chose."

Euro 2010
Les Bleus visent la légende
18/01/2010 À 14:44

Quels adversaires vous paraissent les plus dangereux ?

G.G. : "Ce n'est pas comme ça qu'on prépare notre Euro. On n'est pas en train de se demander qui va être le plus difficile à jouer ou quels peuvent être les favoris. On va simplement essayer de se concentrer pour faire un bon match contre la Hongrie. Ca semble un adage un peu bête de sportif de dire qu'on va se concentrer d'abord sur le problème qui nous sera posé mardi, mais c'est vraiment ça. On ne pense pas à ce qui va se passer dans une semaine ou dix jours. On va essayer de construire notre route progressivement en commençant par un bon match contre la Hongrie."

L'idée de réussir un triplé inédit est-elle très présente dans l'esprit du groupe ?

G.G. : "Je ne crois pas. C'est en filigrane. Mais on connaît la difficulté des Euros. On a rarement été très brillant dans ces compétitions-là parce que c'est très dense et que les meilleures nations du hand sont en Europe. On a eu une très belle expérience avec le titre de 2006. En 2008, c'était aussi pas mal, même si on a bloqué en demi-finale. On a tout gagné depuis deux ans et toutes les équipes n'ont envie que d'une chose: c'est de nous faire tomber de notre trône. S'imaginer faire un triplé jamais encore effectué, c'est un objectif encore très éloigné et on a beaucoup de choses à faire avant de pouvoir y penser."

Avez-vous besoin de vous maintenir un état d'insécurité pour être bons ?

G.G. : "C'est une certitude. Si on est trop confiant et si on pense qu'il suffit de faire 'mumuse' avec l'adversaire, on se cassera les dents. Si on ne s'investit pas tous beaucoup, le jeu de l'équipe de France peut vite s'en ressentir."

Que pensez-vous de votre premier adversaire, la Hongrie ?

G.G. : "C'est une équipe qu'on a l'habitude de jouer. Ils nous connaissent bien aussi. Ils ont des joueurs de qualité. C'est une équipe qui dans un bon jour ou contre une équipe de France un peu moyenne peut nous poser beaucoup de problèmes. On connaît l'importance du premier match d'une compétition qui parfois donne le ton. Après les festivités de Bercy, il va falloir très vite redescendre sur terre et se concentrer."

Euro 2010
France : Spincer écartée
30/11/2010 À 22:34
Euro 2010
Dix-neuf Bleues retenues
16/11/2010 À 15:08