Par Antoine Piollat
Après son match nul à domicile la semaine passée, Montpellier n'avait plus le droit à l'erreur pour atteindre les quarts. En déplacement chez les Suisses de Kadetten Schaffhausen, Patrice Canayer et ses hommes avaient pourtant de quoi croire en leurs chances. Sur le site du club, l'entraîneur montpelliérain expliquait en partie l'occasion manquée mardi dernier par un manque de rythme.
Certains joueurs n'avaient pas beaucoup joué ces derniers temps et avaient besoin de temps de jeu. Et si les Héraultais ont perdu Truchanovicius et Tskhovrebadze depuis la semainne dernière, ils ont récupéré des Duarte et Borges en pleine possession de leurs moyens (8 buts pour Borges face à Limoges samedi) après une présence discrète sur la feuille du match aller.
Championnat D1
Nantes concède le nul à Toulouse et cède du terrain
HIER À 18:02

Montpellier s'est bien rattrapé à Schaffhouse : Le résumé de la victoire du MHB en vidéo

Dès l'entame, les joueurs de Montpellier montrent toute leur envie dans cette rencontre décisive. En une minute, Yannis Lenne, en échec à l'aller, a déjà planté deux buts pour mettre ses partenaires sur les bons rails (0-2). En face, les Oranges sont pourtant dans le match et répondent par un 3-0 : la rencontre est lancée. Mais mis à part ce sursaut, ce sont les Français qui vont mener les débats dans cette mi-temps. Avec des ailiers impeccables d'entrée de jeu et un très bon Kyllian Villeminot à la mène, les Bleus se détachent au quart d'heure de jeu (5-8).

Bonnefoi efficace

Le temps mort d'Eyjolfsson ne va pas aider ses joueurs à revenir dans le match, et ces derniers continuent de se casser les dents sur la défense. Une défense bien plus compacte, dans laquelle Duarte a fait son retour. Et quand bien même les artilleurs Schelker, Maros ou Bartok s'essaieraient aux tirs de loin, qui leur avaient plutôt bien réussi, Kévin Bonnefoi se trouve sur leur route. À la pause, le Français pointe à 9 arrêts, pour 47% d'efficacité. Et comme de l'autre côté du terrain, Melvyn Richardson fait des ravages dès son entrée (3 buts en 4 minutes), l'écart enfle vite (21' : 7-12). L'écart se maintient, et Patrice Canayer prend toutes les précautions possibles avec un temps mort à 3 minutes de la pause.

Montpellier tient la distance

Après une nouvelle flèche de Richardson, Benjamin Bataille est exclu. Son équipe ne s'en trouvera pas pour autant désaventagée, Diego Simonet excluant l'un après l'autre Angel Montoro puis Philip Novak. En infériorité sur la fin de période, les Suisses ne gèrent pourtant pas si mal leur situation mais entrent aux vestiaires avec un très lourd retard (10-16). Après la pause, les partenaires de Kyllian Villeminot reviennent avec les meilleures intentions et portent l'écart à 8 unités (36' : 12-20).
L'écart se maintient, ne se réduisant pas à moins de 4 unités (46' : 19-23). Dans ce second acte, les fulgurances de Gabor Csaszar ne seront pas à hauteur des bijoux d'audace de Yannis Lenne et des grosses frappes de Melvyn Richardson. Avec Kyllian Villeminot, les 3 jeunes français se seront montré très prolifiques, avec 19 buts à eux trois. Logiquement, le money time est abordé avec un matelas d'avance de 6 longueurs, et Montpellier s'impose finalement à l'extérieur, en conquérant (SF : 25-32). Lors des 1/4 de finale, Montpellier croisera avec un adversaire coriace et rompu aux joutes européennes : les Allemands des Füsche Berlin.
https://i.eurosport.com/2021/02/03/2984322.jpg
Ligue des champions
Brest décroche son premier Final 4
HIER À 16:17
Ligue des champions
Un PSG sérieux et appliqué a confirmé face à Celje : le résumé de la qualification en vidéo
08/04/2021 À 22:20