Eurosport

Ligue des champions - Corrigé par Barcelone (35-27), Montpellier continue de couler

Montpellier prend encore l'eau à Barcelone, le PSG vient à bout de Nantes
Par Damien Dorso via AFP

Le 06/10/2018 à 19:50Mis à jour Le 06/10/2018 à 19:51

LIGUE DES CHAMPIONS - Les Montpelliérains ont subi une quatrième défaite en autant de journées dans le groupe A en s'inclinant lourdement devant Barcelone (35-27). Le tenant du titre reste dernier de sa poule. De leur côté, les Parisiens ont remporté le choc du groupe B entre clubs français face à Nantes (35-34).

Le sursaut attendra : Montpellier a subi sa quatrième défaite en quatre matches en Ligue des champions 35 à 27 samedi à Barcelone, où l'aventure avait commencé l'an passé. Sorti des "poules basses", le MHB avait réussi l'exploit d'éliminer le Barça en huitième de finale et plus rien ne l'avait arrêté jusqu'au titre à Cologne.

Mais en ce début de saison les hommes de Patrice Canayer sont passés de l'euphorie au doute. Ces quatre revers consécutifs (après le Vardar Skopje, Brest et Kielce) sont la pire performance jamais enregistrée par un tenant du titre, dans une poule il est vrai terriblement relevée avec les trois précédents champions d'Europe (Vardar, Kielce, Barcelone), mais aussi Rhein Neckar et Veszprem.

Une défense trop poreuse

La situation n'est toutefois pas définitivement compromise car le MHB peut toujours espérer terminer, au moins, devant les Bélarusses de Brest et les Suédois de Kristianstad. Surtout, les Montpelliérains devraient bientôt récupérer leurs blessés, l'Argentin Diego Simonet, le Lituanien Jonas Truchanovicius et le vétéran Michaël Guigou, et présenter leur vrai visage. Mais la réaction ne devra pas trop tarder. Pourquoi pas la semaine prochaine dans l'Hérault face aux Hongrois de Veszprem, eux aussi à la peine ?

Le Palau Blaugrana n'était pas le lieu idéal pour rebondir car le Barça est l'un des principaux candidats au titre, surtout depuis l'arrivée de l'ancien pivot de Montpellier Ludovic Fabregas, venu rejoindre trois autres Français, Dika Mem, Timothey N'Guessan et Cédric Sorhaindo. Le jeune international a été excellent face à son club formateur (6 buts). Mais, au-delà de la défaite, la manière n'a pas rassuré non plus. Montpellier n'a jamais existé à cause de trop nombreuses pertes de balles (11) et d'une défense trop poreuse. L'une des rares satisfactions a été la performance de Kylian Villeminot (6 buts), un jeune joueur de 20 ans qui s'affirme de match en match.

Le PSG poursuit son sans-faute

Le Paris SG handball a poursuivi son parcours sans-faute en Ligue des champions en gagnant le "derby" français face à Nantes, 35 à 34, samedi à Coubertin lors de la 4e journée. C'était le premier match à enjeu entre les deux clubs depuis la victoire surprise du "H" en demi-finale du Four Final, en mai, à Cologne, et les Nantais n'ont pas été loin de créer une nouvelle sensation.

Il a fallu un jet de sept mètres transformé par le Danois Mikkel Hansen pour mettre fin au suspense dans les tous derniers instants alors que Nantes était revenu à un but et que le PSG jouait en double infériorité numérique. L'entraîneur Thierry Anti avait pourtant minimisé l'importance de ce match. Pour deux raisons : son club a donné la priorité au Championnat cette saison et les rendez-vous cruciaux de Ligue des champions sont encore loin. Seules les deux premières places de chaque groupe offrent une position préférentielle pour la phase finale (la première donne un billet direct pour les quarts et la deuxième conduit sur un adversaire des poules basses, donc abordable, en huitièmes). Or l'entraîneur voit plutôt ses hommes terminer entre la 3e et la 6e place et donc hériter forcément d'un cador, vu la densité de l'autre groupe.

Nantes a chèrement vendu sa peau

Le vrai choc Nantes-PSG serait donc selon lui celui du 20 décembre en Starligue. "On connaît tous Thierry Anti !", a réagi Nedim Remili, le meilleur marqueur parisien avec 8 buts, au micro de BeinSports. "C'est toujours compliqué face à Nantes. Ils se sont battus jusqu'à la fin." Les Parisiens ont fait la course en tête depuis le début mais avec, toujours, les Nantais dans leur roue grâce à l'activité de Nicolas Claire, au bras du Macédonien Kiril Lazarov et à l'adresse de l'Espagnol Valero Rivera aux jets de sept mètres (6 buts chacun pour les trois hommes).

Le PSG, lui, a pu compter sur les frères Karabatic (7 buts pour Luka, 5 pour Nikola) et sur Hansen (6 buts). Au classement, le PSG partage la tête avec les Hongrois de Szeged, vainqueurs eux aussi de leurs quatre premiers matches. Nantes, avec trois défaites et un seul succès, est avant-dernier mais a encore largement le temps de se reprendre.

0
0