Getty Images

Ligue des champions : Montpellier entretient l'espoir

Montpellier entretient l'espoir
Par AFP

Le 09/02/2019 à 20:55Mis à jour Le 09/02/2019 à 20:56

LIGUE DES CHAMPIONS - Vainqueur samedi de son concurrent direct Meshkov Brest (29-23), Montpellier peut encore espérer se qualifier pour les huitièmes de finale. Le tenant du titre est toutefois loin d'être sorti d'affaire.

Montpellier a entretenu un espoir de qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en battant samedi les Bélarusses du Meshkov Brest, concurrent direct, 29 à 23, sous la conduite de l'icône Michaël Guigou, pourtant en conflit ouvert avec son club et le manager Patrice Canayer.

Grâce cette seconde victoire (en onze matches), le champion d'Europe revient à la hauteur de Brest, auquel il cède la dernière place au bénéfice du goal-average particulier, et des Suédois de Kristianstad, qui occupent la sixième et ultime place qualificative.

"On a atteint nos deux objectifs: gagner et montrer autre chose que dans la première partie de saison en Ligue des champions. Le comportement et l'engagement ont été à la hauteur", a sobrement retenu l'entraîneur Patrice Canayer.

Guigou, auteur de quatre buts en trente minutes de temps de jeu, a été un grand artisan de la victoire de Montpellier, alors que l'ailier international (262 sélections) s'était offusqué jeudi du non-renouvellement de son contrat au MHB où il évolue pour la 20e et dernière saison. Le double champion d'Europe avait également regretté une gouvernance du club qui "se heurte à la volonté d'un seul homme", Patrice Canayer, le manager-général qui a "prononcé une fin de non-recevoir". "Or, un club, n'appartient pas à un seul homme, mais à tous ceux qui contribuent à le faire vivre", estimait-il.

Guigou ovationné

Guigou, fidèle à son club de toujours depuis 1999, a été ovationné à plusieurs reprises par le public de Bougnol pour vivre une rencontre empreinte d'émotion au bout d'une semaine très tendue. "Je retiens l'énorme accueil du public. Cela a été très touchant et très émouvant. Le coeur a parlé. Cela fait plaisir à entendre", a témoigné l'ailier gauche qui s'est vraiment libéré en seconde période.

Accroché jusqu'à la 47e minute (20-20), Montpellier s'est détaché en fin de rencontre pour gérer à sa guise le "money-time" et finir sur son plus gros écart (29-23). Il s'est appuyé sur les internationaux français, de retour du Mondial, pour assurer ce succès de l'espoir. Outre le gardien Vincent Gérard, auteur de 19 arrêts, l'arrière droit Melvyn Richardson, meilleur buteur, a inscrit huit buts.

"On a trouvé l'énergie dans les dernières minutes pour soigner le goal-average. On a été forts dans nos têtes et on a fait le match qu'il fallait", a témoigné Guigou. A trois journées de la fin de la phase de poule, Montpellier s'apprête à affronter trois anciens champions d'Europe (Kielce, Barcelone, et Vardar Skopje). "On est condamné à faire un ou deux exploits d'ici à la fin", a jugé Guigou.

0
0