Brest marque l'histoire du hand français et son histoire. Le BBH est devenu le premier club de l'Hexagone à se qualifier pour une finale de Ligue des champions de handball. Au terme d’un match complétement fou, les Brestoises ont fait chuter l’ogre hongrois, Györ, triple tenant du titre (2017,2018 et 2019) aux tirs au but (23-23, 4-2 t.a.b), samedi. Pour son premier Final Four de son histoire, Brest a réalisé un exploit en éliminant le favori de cette compétition et envoyé un message fort aux Vipers et au CSKA, les deux autres demi-finalistes, avant la finale, prévue dimanche à 18h.
Elles l’ont fait. Face à Györ, les Brestoises étaient condamnées à l’exploit. Les joueuses de Laurent Bezeau ont réussi à déjouer tous les pronostics et fait tomber l’ogre hongrois quintuple vainqueur de la Ligue des champions et triple tenant du titre. Pour son premier match dans un Final Four de son histoire, le BBH n’a pas pâli face aux joueuses expérimentées d’Ambros Martin et a fait preuve de solidité en première période et de caractère en seconde.
Ligue des champions
"Ce n’est pas pour une 3e place qu’on vient" : le PSG consolé mais toujours frustré
13/06/2021 À 19:48

Un duel de gardiennes

Ce choc entre Györ et Brest permettait de nous offrir un duel de gardiennes. Et pas n’importe lesquelles. Cléopatre Darleux et Sandra Toft du côté français et Amandine Leynaud, Laura Glauser et Silje Solberg du côté hongrois. Elles ont alors répondu présent. Lors de la première période, les deux équipes ont fait preuve de solidité défensive avec beaucoup d’engagement et d’agressivité, et surtout, les derniers remparts sont restés imperméables. Si Györ a connu une disette de dix minutes (10e-20e), Cléopatre Darleux n’est pas totalement innocente. A la pause, la gardienne française du BBH comptait six arrêts et son équipe menait au score de trois buts (11-8).
Au retour des vestiaires, la native de Mulhouse a réalisé un pastis (32e), puis un arrêt sur un jet de sept mètres de Kristiansen (33e), avant de réaliser un dixième arrêt après seulement 37 minutes de jeu. De quoi permettre au BBH d’être serein en défense. Mais le problème est alors survenu en attaque. Et Silje Solberg, entrée pour la seconde période, a brillé à son tour (7 arrêts). Les Brestoises ont alors, à leur tour, connu une disette. Quatorze minutes sans marquer un seul but. L’avance au score brestoise de la mi-temps a forcément rapidement fondu et les joueuses d’Ambros Martin ont pris l’avantage au score à un quart d’heure de la fin du temps réglementaire. Un mano à mano s’en est suivi et l’arrêt de Sandra Toft sur le jet de sept mètres d’Anita Görbicz (60e) puis l’égalisation de Djurdjina Jaukovic ont mené les deux équipes en prolongation (20-20).
En prolongation, le pastis (65e) et les deux parades de Sandra Toft (64e et 70e) ont permis au BBH d’emmener le triple tenant du titre aux tirs au but. En arrêtant le premier jet de sept mètres brestois, celui d’Ana Gros, Laura Glauser a alors donné le ton. Mais le manque de précision de Kristiansen et surtout le tir au but d’Estelle Nze-Minko, arrêté par la jambe gauche de sa partenaire de sélection tricolore, Cléopatre Darleux, ont offert la qualification à Brest (4-2 aux t.a.b). Demain, la paire de gardiennes brestoise devra reproduire sa performance face aux Vipers ou au CSKA pour offrir une première Ligue des champions à un club français.
Ligue des champions
Les talents de Paris ont fini par faire la différence : le résumé de la petite finale
13/06/2021 À 18:01
Ligue des champions
Une démonstration et un record : Le Barça est bien le patron
13/06/2021 À 17:36