Nantes se déplace jeudi à Veszprem (Hongrie), mastodonte du handball européen masculin, en quarts de finale retour de la Ligue des champions (18h45), avec l'objectif de conserver son avance de quatre buts acquis au match aller pour rejoindre le Final 4. Depuis la saison 2014-15, Veszprem s'est rendu à six reprises (sur sept éditions) dans la Lanxess Arena de Cologne, hôte du Final 4, avec notamment trois finales perdues et toujours aucun titre continental au palmarès.
En 2018, le club hongrois avait échoué aux portes des demi-finales, stade de la compétition que Nantes avait atteint cette année-là pour la première et unique fois de son histoire. Les joueurs d'Alberto Entrerrios ont surpris au match aller dans leur "H Arena", en s'imposant 32 à 28 et disposent d'un mince matelas de quatre buts d'avance avant le match retour. Concrètement, ils peuvent se permettre de perdre de trois buts - ou de quatre s'ils en marquent plus de 28 - jeudi en début de soirée, pour retrouver les demies de la C1 après leur glorieuse épopée de 2018 (finale perdue contre Montpellier après avoir sorti Paris en demies).
On ne s'attendait pas à un tel résultat à l'aller
Ligue des champions
"Ce n’est pas pour une 3e place qu’on vient" : le PSG consolé mais toujours frustré
13/06/2021 À 19:48
"On ne s'attendait pas à un tel résultat à l'aller, mais il faut que l'on ait à l'esprit que l'on n'a absolument rien fait et que nous devons aller en Hongrie pour essayer de gagner le match", prévient David Balaguer, ailier gaucher du H. Pour l'un des quatre Espagnols de Nantes, aucun calcul n'est possible pour ce match retour, car en face, "Veszprem, c'est une équipe qui n'est pas faite pour disputer le Final 4 mais pour le gagner!".
Cette saison, le H a plutôt bien voyagé dans les salles des grands d'Europe : une large victoire en septembre à Kiel (35-27), futur lauréat de la Ligue des champions 2019-20, une courte défaite au Palau Blaugrana du FC Barcelone (30-29), auteur d'un sans-faute cette saison en C1, et surtout une victoire à Kielce en 8e de finale, pour un premier exploit en Pologne. Le match de la phase de groupes à Veszprem n'avait pas pu se tenir au dernier moment, les joueurs ayant appris lors de l'échauffement que l'un des membres du corps arbitral avait été testé positif au Covid-19.
Dans son duel à distance, le Danois de Nantes Emil Nielsen a remporté nettement la première manche jeudi dernier face à l'Espagnol Rodrigo Corrales, bien appuyé par une défense très bien en place, et clé du match retour, selon David Balaguer. "Il va falloir se replier très rapidement et reconstituer notre défense, parce que Veszprem est une équipe qui utilise beaucoup la contre-attaque", prévient l'ailier espagnol de 29 ans, à Nantes depuis l'été 2015. L'Espagnol redoute aussi le soutien du public hongrois qui sera de retour dans la salle hongroise, sans limite de jauge, mais à condition de présenter un "certificat d'immunité" après avoir été vacciné.
Ligue des champions
Les talents de Paris ont fini par faire la différence : le résumé de la petite finale
13/06/2021 À 18:01
Ligue des champions
Une démonstration et un record : Le Barça est bien le patron
13/06/2021 À 17:36