C’était un soir historique pour l’USAM : 27 ans après, Nîmes a retrouvé la phase finale d’une coupe d’Europe. Après avoir rendu les armes à Nantes ce week-end, les hommes de Franck Maurice se sont présentés en Russie quasiment au complet, phénomène aussi rare qu’appréciable cette saison. Seul Tom Poyet manquait à l’appel, alors que Mohammed Sanad, incertain à cause d’un léger coup au talon samedi, figurait bien sur la feuille de match.
Pour autant, c’est Romain Tesio qui a débuté le match, dans une salle où le public a refait son apparition ! Mais la ferveur populaire n'a pas porté les joueurs du Medvedi Chekhov dans les premiers instants. Les hommes de Vladimir Maksimov ont été apathiques en défense et Ahmed Hesham s'est régalé à distance (7′ : 1-4). L’entame a été soignée, mais on a regretté les échecs malheureux de Tesio depuis son aile, sans quoi le départ canon de son équipe eut été plus tonitruant encore.

Chekhov ne se laisse pas distancer

Tokyo 2020
Guillaume Gille : "Cela nous permet de basculer directement sur le deuxième adversaire"
IL Y A 10 HEURES
Pour autant, les Violets ne se sont pas laissés abattre et ont posé plus de soucis à l’attaque Nîmoise. Mieux dans leur match, les Russes sont remontés à hauteur des Gardois et les débats se sont équilibrés. En attaque, O’Brian Nyateu a montré de très belles choses tandis que Rémi Desbonnet est monté en puissance dans sa cage. Les ingrédients étaient tous réunis pour passer une bonne soirée pour les Verts et l’écart s'est stabilisé à deux unités sur un but de Kavticnik (20′ : 8-10). Pourtant, la jeune pépite Serguei Mark Kosorotov a veillé au grain. L’arrière russe a commencé à débloquer son compteur personnel après de nombreux échecs face à Desbonnet. Excentré ou seul de loin, il a ramené les siens au contact alors que Rémi Salou a écopé d’une seconde exclusion.
C’est pourtant en double infériorité numérique que les partenaires de Quentin Minel ont trouvé les ressources pour franchir la barre des 3 buts d’avance. Avec un Desbonnet toujours royal sur la première défense et une praline inespérée de Minel qui a nettoyé la lucarne de Pavlenko, les Verts ont gardé la main sur le match (25′ : 10-13). Et si Kosorotov et Kiselev, principaux artilleurs de Maksimov, ont trouvé une nouvelle fois le chemin du but, Minel a maintenu l’avance des siens sur la sirène (MT : 13-15). Au retour des vestiaires, Guigou a ramené l’écart à 3 buts mais le scénario s'est vite retourné.

Le danger Alexander Kotov

L’attaque Nîmoise s'est montrée plus balbutiante, avec un Vid Kavticnik parfois en difficulté sur la base arrière, et les ailiers russes se sont régalés en contre-attaque pour recoller au score en quelques minutes. Pire que ça, Alexander Kotov, désormais utilisé en attaque, a fait parler la poudre avec son bras gauche et ramené les siens devant (35′ : 17-16). Si l’attaque gardoise est repartie, permettant de suivre le rythme, le gaucher russe n’en avait pas fini avec ses adversaires. Sur fin de montée de balle ou par de surpuissants tirs, le golgoth a laissé les Nîmois sans solution et trompé Desbonnet à 5 reprises en seulement 7 minutes (42′ : 23-20).
Heureusement, Mickaël Guigou a été impeccable, et Franck Maurice a joué la carte du duel de brutes avec l’entrée gagnante de Quentin Minel (46′ : 24-23). Pourtant, Artjom Grushko a continué de briller dans la cage russe et l’USAM a eu toutes les peines du monde à revenir à hauteur (49′ : 26-23). Mais alors que la situation semblait critique et que Minel écopait d’une exclusion, c’est Teodor Paul qui est sorti de sa boîte. Entré au relais d’un Rémi Desbonnet moins en verve, le slovaque a sorti deux beaux arrêts de suite pour redonner espoir aux siens. A la peine face à la 5-1 nîmoise, Maksimov a posé son second temps-mort, qui a mené à un but … d’Alexander Kotov.

Limiter les dégâts

Avec trois unités de retard, les Verts n’en menaient pas large. Les partenaires d’O’Brian Nyateu ont font la course derrière et n'ont pas semblé trouver les ressources pour revenir. Alexander Kotov est reparti sur son festival, et l’attaque française a peiné. Après un échec de loin de Hesham et le 9ème but du gaucher russe, l’USAM devait à tout prix se sauver dans les deux dernières minutes sous peine de se mettre en facheuse posture au retour (58′ : 29-25). Franck Maurice a posé son dernier carton vert, mais ses hommes ont perdu un ballon précieux, immédiatement converti par Andreev… Guigou a appellé au calme, et la fin de match chaotique a permis d’obtenir la 3ème exclusion d’Ermakov, sans qu’elle ne soit accompagnée d’un penalty. Le tir d’Hesham est resté dans le mur russe, et l’USAM ne peut qu’être déçu de ce revers de 5 longueurs (SF : 30-25).

Statistiques :

Statistiques à venir…
Antoine Piollat
Le meilleur du hand européen est sur l’appli Eurosport
Tokyo 2020
Nikola Karabatic : "Un début parfait"
IL Y A 10 HEURES
Tokyo 2020
Débuts réussis pour les Bleus face à l'Argentine : le résumé vidéo
IL Y A 13 HEURES