AFP

Nikola Karabatic : "Je parlerai après le procès"

Karabatic : "Je parlerai après le procès"
Par AFP

Le 15/06/2015 à 12:38Mis à jour Le 15/06/2015 à 12:40

AFFAIRE CESSON-MONTPELLIER - Nikola Karabatic a été laconique lundi matin, en arrivant au premier jour du procès du match présumé truqué de handball, Cesson-Montpellier du 12 mai 2012.

Le procès de 16 prévenus pour le match présumé truqué de handball Cesson-Montpellier du 12 mai 2012 s'est ouvert lundi au tribunal correctionnel de Montpellier, en présence de Nikola Karabatic, arrivée quelques minutes avant le début de l'audience.

"Je parlerai après le procès", a simplement déclaré la star française du handball, à son arrivée au tribunal. Il a répondu d'un simple "oui" à un journaliste qui lui demandait s'il maintenait sa version selon laquelle il nie avoir parié.

Nikola Karabatic est jugé comme 15 autres prévenus, dont huit joueurs ou anciens joueurs du club de Montpellier, pour "escroquerie" ou "complicité d'escroquerie" et encourent jusqu'à cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende. Il leur est reproché d'avoir parié pour le score à la mi-temps du match de première division de handball Cesson-Montpellier le 12 mai 2012 et d'avoir "truqué" le match pour obtenir le résultat souhaité.

Sur les 16 prévenus, 15 étaient présents au début de l'audience, dont tous les joueurs : le frère de Nikola, Luka Karabatic, l'international français Samuel Honrubia, Mladen Bojinovic, Dragan Gagic, Primoz Prost, Issam Tej et Mickaël Robin, ainsi que les compagnes de Nikola et Luka Karabatic, Géraldine Pillet et Jennifer Priez.

"On a un préjudice à faire valoir mais il n'y a pas de vengeance. La justice dira s'il y a faute ou pas. Il y a une page à tourner mais la cicatrice va rester", a déclaré peu avant l'audience Rémi Lévy, le président du Montpellier Agglomération Handball, qui s'est porté partie civile.

0
0