Panoramic

Onesta après France-Brésil : "Si vous me trouvez des spectateurs français qui se taisent..."

"Si vous me trouvez des spectateurs français qui se taisent et applaudissent le champion adverse…"

Le 17/08/2016 à 20:02Mis à jour Le 17/08/2016 à 20:23

JO RIO 2016 – Les Français ont vaincu le Brésil (27-34) mercredi en quarts de finale. Comme beaucoup de sportifs français ces 48 dernières heures, il leur a fallu composer avec le public. Et ça ne les a pas dérangés plus que cela. Pour un peu, Claude Onesta trouverait même qu'on en fait beaucoup trop avec le "chauvinisme" brésilien. Y compris pour l'épisode de la perche.

Bien sûr, évoluer en terrain hostile n'est pas simple. Mais pas pour les raisons auxquelles on pense généralement. "Franchement, ça ne met pas plus de pression, juge Luc Abalo. On avait du mal à s'entendre du coup on était tous un peu isolés en défense on avait du mal à s'annoncer les retraits, les croisés. Mais la vraie difficulté, elle est dans la façon de jouer. Quand le public fait beaucoup de bruit, on a tendance à vouloir calmer le jeu, à faire tourner la balle. Mais non, il faut continuer à courir, prendre des risques il faut jouer son jeu. C'est comme ça qu'on trouve des solutions et qu'on calme le public."

Porte : "On aime ces ambiances-là"

Alors, comment l'ont-ils trouvé ce fameux public, à qui personne ne reproche sa ferveur mais parfois sa propension à chahuter les sportifs des autres pays quand ils affrontent le Brésil ou des Brésiliens ? On n'ira pas jusqu'à dire que ça leur a fait ni chaud ni froid, mais pas loin. "On aime ces ambiances-là, confie Valentin Porte. Elles nous permettent de performer un peu plus et d'être toujours très concentrés. On savait qu'on n'allait pas être en pays conquis, on n'est pas chez nous, on joue le Brésil au Brésil. On s'attend à ce qu'ils fassent du bruit, à ce qu'ils nous sifflent. Voilà, des ambiances chaudes, on en a eu au Qatar, en Croatie, au Danemark. On connait ça par cœur."

Valentin Porte et Luka Karabatic - handball France JO Rio 2016

Valentin Porte et Luka Karabatic - handball France JO Rio 2016AFP

Sereins, quoi. Claude Onesta, lui, trouve même qu'on en a un peu trop fait autour du chauvinisme brésilien. "Je crois que, de temps en temps, il faut garder de la mesure, estime le sélectionneur tricolore. Sur le fond, on pourra toujours disserter sur le fait qu'un spectateur devrait voir un spectacle et, par moments, se contenter d'applaudir la qualité du spectacle." Mais sur la forme, il n'est pas loin de penser qu'en faire une spécialité locale, revient à pousser le bouchon un peu trop loin : "Il suffit de voir d'autres joutes pour se rendre compte que le côté partisan, en sport, n'est pas quelque chose qui n'appartient qu'aux Brésiliens. Donc gardons de la mesure."

Même dans le cas de Renaud Lavillenie, Claude Onesta semble penser que l'affaire a pris trop d'importance. "Tout est parti de cette finale, rappelle-t-il. Je ne m'immisce pas dans les habitudes de l'athlétisme, ce n'est peut-être pas le cas dans ce sport, et je conçois que ça peut perturber". Mais, au fond, il comprend ce qu'il nomme un "excès d'enthousiasme". "Mettez-vous à la place du public, exhorte-t-il. Imaginez le Stade de France, avec un jeune compétiteur qui réussit chez lui un exploit merveilleux et qui pourrait, au dernier essai, se faire battre par le champion. Moi, si vous me trouvez quelques spectateurs français qui se taisent et applaudissent le champion adverse…"

Daniel Narcisse lors de France-Brésil (JO Rio 2016)

Daniel Narcisse lors de France-Brésil (JO Rio 2016)AFP

" Il y a des endroits où vous regardez ce qui peut vous tomber sur la tête"

En tout cas, on l'aura compris, les Bleus du hand n'ont pas fait une montagne de l'atmosphère de ce quart de finale. Le handball n'est pas l'athlétisme ni l'escrime, et ils sont rompus à ce type d'ambiances. Et même des biens pires que ça. "Nous qui avons quand même l'habitude d'aller dans des endroits compliqués, je peux vous garantir que le public brésilien, qui est bruyant, qui peut effectivement être très partisan, ne parait jamais très dangereux", sourit Claude Onesta.

Et sans citer de noms ni de pays, le sélectionneur se souvient d'avoir évolué dans des contrées où l'accueil du public se voulait bien plus intimidant. "Il y a des endroits où on est allé gagner des matches, dit-il, je peux vous assurer qu'en même temps que vous jouez, vous regardez ce qui risque de vous tomber sur la tête, voire comment vont survivre votre famille et vos amis dans la tribune. Ce n'est pas le cas ici." C'est ce qui s'appelle calmer le jeu.

0
0