L’équipe de France se qualifie pour les quarts de finale à Tokyo. Sous pression après une seconde défaite dans ce groupe B samedi, les Bleues, en blanc aujourd’hui, ont validé leur ticket pour le prochain tour en disposant du Brésil (29-22) ce lundi matin grâce notamment à une Cléopatre Darleux, auteure de neuf arrêts en seconde période. Reste à savoir le résultat des Espagnoles contre les Russes à 7h15 pour connaître l’adversaire des joueuses d’Olivier Krumbholz en quart. Ce sera soit les Pays-Bas, soit la Norvège.
Elles n’avaient plus le choix, elles l’ont fait. Dos au mur, les Bleues avaient pleinement conscience de l’enjeu ce lundi matin avec une victoire obligatoire si elles souhaitaient continuer à Tokyo. Elles ont alors rapidement mis la main sur la rencontre et ont bien mené cet ultime match de groupe de bout en bout. Après un début de rencontre rythmé et serré, les Françaises ont fait le premier break à la 13e avant de tranquillement creuser l’écart grâce notamment à trois buts consécutifs d’Océane Sercien-Ugolin (3/5 aujourd’hui), qui a remplacé Alexandra Lacrabère blessée, entre la 17e et la 19e. Les Tricolores sont finalement rentrées au vestiaire avec un avantage de six buts (17-11) et ont commencé à toucher les quarts de finale du bout des doigts.
Tokyo 2020
Krumbholz, le "macho gueulard" devenu légende du sport français
08/08/2021 À 12:14

Merci Darleux

Pourtant ce quart tant espéré aurait pu leur filer entre les doigts. Au retour de la pause, face à une défense brésilienne très avancée et bien plus agressive que lors du premier acte, les Françaises ont commencé à manquer de solutions offensivement avec une disette de cinq minutes (31e-36e). Pendant ce temps, malgré les arrêts de Cléopatre Darleux, qui a très bien suppléé Amandine Leynaud en seconde période avec neuf arrêts, les Brésiliennes ont commencé à faire fondre petit à petit l’écart (18-15 à la 35e).
Mais joueuses d’Olivier Krumbholz se sont remises la tête à l’endroit et ont repris la qualification en ligne de mire. Avec une défense plus solide et des enchaînements de grands mouvements en attaque, les Bleues ont bien géré leur fin de match et ont fini par s’imposer avec sept longueurs d’avance (29-22). Coralie Lassource et Allison Pineau, toutes deux à quatre buts, ont terminé meilleures buteuses françaises de la rencontre.

Place à la Norvège, aux Pays-Bas ou au Monténégro

Pour l’heure, il est encore impossible de savoir si les Bleus termineront troisièmes ou quatrièmes du groupe B – l’Espagne doit encore affronter la Russie à 7h15 – et donc si elles affronteront la Norvège, les Pays-Bas ou le Monténégro, première, deuxième et troisième du groupe A, mercredi. Pour le coach français, le plus important est la possibilité pour ses joueuses de "bien pouvoir se reposer" aujourd’hui et demain grâce à ce match joué tôt (11h, heure locale à Tokyo). S’il n’a pas évoqué de préférence à l’issue de la rencontre, éviter le pays scandinave serait la meilleure des nouvelles. Mais dans ce tournoi olympique, où les Tricolores sont en quête d’une première médaille d’or en JO, tout reste possible. La seule chose dont on peut être certains, l’équipe de France féminine n’est jamais aussi forte que sous la pression.
Tokyo 2020
Pour les Bleues, le chemin a été long : "On a mis les tripes depuis le début"
08/08/2021 À 09:50
Tokyo 2020
Krumbholz : "On voulait prendre notre revanche par rapport à Rio"
08/08/2021 À 09:42