Ils ne devaient pas en mener bien large. Sans un but de Dika Mem juste avant la pause, l'équipe de France serait rentrée aux vestiaires avec un débours de quatre buts face à une Croatie bien en place dans un système qui l'a considérablement gênée. C'est peut-être là, mais aussi dans les expériences passées qu'il faut chercher les causes de la prudence française après un succès dans ce qui était annoncé, déjà, comme la finale de ce Tournoi de qualification olympique.
Le deal est simple : quatre équipes, deux sésames pour les JO de Tokyo. Dans un groupe de quatre, deux victoires vous assurent souvent l'une des deux premières places. Aussi, battre la Croatie ce vendredi avant une rencontre très abordable samedi face à la Tunisie (et le Portugal dimanche), était un bon moyen de s'éviter des maux de tête. Les Bleus ont passé l'écueil. Non sans souffrance mais non sans talent et courage aussi.
Handball
Tombeurs de la Croatie, les Bleus se rapprochent de Tokyo
12/03/2021 À 21:31

Gérard-Genty, duo gagnant

"La Croatie a fait un très bon début de match. Ils ont été solides en défense. Leur défense est très particulière à attaquer et on a mis un peu de temps à trouver nos marques. On a su rester calmes, patients, sûrs de nos forces et ça a fini par payer", a commenté le capitaine Michaël Guigou au micro de TMC. Cette défense croate, tantôt en 1-5, tantôt en 0-6 a en effet longtemps asphyxié l'attaque française. Il a fallu des trésors de patience aux Bleus pour ne pas paniquer.
"C'était une belle remontée, note de son côté Timothey N'guessan. On est resté soudés, on a joué comme il fallait." "Sur certaines phases, on a été bousculés, dominés et il a fallu retrouver beaucoup d'énergie, de qualité pour que l'on puisse renverser cette tendance", embrayait le sélectionneur, Guillaume Gille. Il faut dire que les Bleus ont pu compter sur un dernier rempart de qualité pour inverser cette tendance. Vincent Gérard et Yann Genty ont cumulé onze arrêts à eux deux. De quoi redonner de la confiance aux Français.

Luc Abalo face à la Croatie

Crédit: Getty Images

"Et dans le jeu, il a fallu utiliser tout le monde, les rotations nous ont apporté beaucoup de belles choses", a aussi noté Gille. En effet, si en première période, les Croates avaient l'avantage physique, ils l'ont perdu en seconde et c'est le banc français qui a fait la différence. "On a beaucoup d'alternatives, et l'entrée de joueurs en seconde période qui n'avaient pas joué en première a été importante. C'est positif pour nous de disposer d'autant de possibilités", a souligné Gille.

"On essaie de grandir ensemble"

Pour une équipe de France qui se cherche encore, on en veut pour preuve la préparation catastrophique pour le dernier Mondial (où les Bleus avaient pris la 4e place) et des entames compliquées là-bas, chaque expérience est bonne à prendre. "Depuis quelques semaines ou quelques mois, avec ce collectif, on essaie de grandir ensemble, de progresser. Pour ça, il faut vivre des moments difficiles. Dans ce match, on a aussi eu besoin de ça", retient Guigou.
Et maintenant alors ? La qualification est-elle en poche ? Non, répondent en coeur les Français. "Le plus dur n'est pas fait, pas du tout, calme N'Guessan. On a fait un bon pas mais il y en a un gros à faire encore. On va jouer à 100%". Face à la Tunisie, si les Bleus jouent effectivement à 100%, ça devrait suffire. "Ce n'était pas le match décisif, mais c'était un match important", abonde un Richardson dont l'entrée a été déterminante. "Il y en a plein qui n'ont pas joué les JO. Même avec le Covid, ça reste un événement particulier et on a envie d'y aller à la place des autres", conclut Guigou. Aux Bleus de finir le travail.
Tokyo 2020
Les Bleues retrouvent la Suède... mais elles ne sont plus les mêmes
IL Y A 3 HEURES
Handball
4e finale olympique pour Guigou : "C'est surtout une nouvelle médaille d'or à aller chercher"
IL Y A 9 HEURES