Natation : Ça passe pour Smetanine

Unique Français engagé cette nuit en natation, David Smetanine (S4) s’est fait une petite frayeur sur le 100m nage libre. Seulement 4e de sa série en 1’32’’52, à plus de 5’’ de son meilleur chrono de l’année, le Tricolore était loin d’être assuré d’une place en finale avant la deuxième série. Plutôt bien parti, à la lutte pour la 2e place après le premier 50m, le Grenoblois de 46 ans a coincé par la suite. Finalement, il réalise le 7e temps des séries et verra bien la finale mais le champion paralympique de Pékin en 2008 aura peu de chances de rééditer sa performance d’il y a 13 ans. Mais une place sur le podium reste possible, surtout en l’absence de l’immense favori israélien Ami Dadaon, disqualifié en séries après un faux-départ.
Jeux Paralympiques
Tokyo tourne la page des paralympiques et passe le relais à Paris
05/09/2021 À 13:37

Escrime en fauteuil : Un zéro pointé

Passé à côté en sabre mercredi, Romain Noble (catégorie A) était bien plus attendu en épée individuelle ce jeudi. Mais le Français n’était pas au rendez-vous. Médaillé d’argent à Londres, 5e à Rio, Romain Noble n’a même pas vu la phase finale, éliminé dès le tour préliminaire avec cinq défaites en six rencontres. Le Tricolore n’a battu que le Polonais Pender (5-1) et s’est incliné parfois lourdement, à l’image de la claque reçue face au Chinois Sun (5-1). Une grosse déception. Il n’est même pas le Français à être allé le plus loin.
Moins référencé en individuel, Yohan Peter (Classe B) n’aura pas non plus brillé lors du tour préliminaire mais ses deux succès en six matchs lui ont suffi à se qualifier pour les huitièmes de finale, après avoir battu le Japonais Fujita (5-3) et surtout l’Ukrainien Datsko (5-3), que le Tricolore a retrouvé en 8e. Mais jouer en cinq touches et en quinze n’est pas la même chose. Malgré une belle résistance (11-15), Yohan Peter n’a pas su battre une deuxième fois l’Ukrainien et laisse l’épée tricolore orpheline de toute chance de médaille. Bien trop tôt.

Paracyclisme sur piste : Record du monde et médaille assurée pour Leaute, frustration sur le kilomètre

Grande chance de médaille française sur le papier, Alexandre Leaute (C2) a déjà assuré celle-ci et fait même office d’immense favori de la poursuite individuelle. Le Tricolore a impressionné tout le monde lors des qualifications en battant le record du monde de la discipline en 3’31’’817, à près de 51 km/h de moyenne. Un temps qui lui a évidemment assuré sa place en finale où Alexandre Leaute affrontera l’Australien Darren Hicks, champion du monde de la discipline en 2019 et auteur de 3’33’’589 en qualifications... face au Français, déjà. Assuré de la médaille, le Tricolore jouera le premier titre paralympique pour l’équipe de France à Tokyo, à 8h34.
La médaille, les Tricolores l’espéraient vraiment sur le kilomètre en C4-5 avec deux belles cartes à jouer avec Dorian Foulon (C5) et Kevin Le Cunff (C5). Mais, malgré de belles performances des deux Français, ça n’a pas suffi. Pour sa première expérience paralympique, Le Cunff s’est montré à la hauteur en accrochant le top 10 (8e en 1’06’’371), prometteur avant les épreuves sur route où il sera bien plus attendu. En revanche, petite déception pour Dorian Foulon, lui aussi novice dans la compétition. Le troisième des Mondiaux de la discipline en 2020 a longtemps semblé dans la course au podium mais le Tricolore n’a pas réussi à finir suffisamment fort. Il doit finalement se contenter de la 6e place, mais le chrono (1’05’’348) est lui très positif. Loin de la médaille d’or glanée par l’Espagnol Alfonso Cabello Llamas, vainqueur avec le record du monde à la clé (1’01’’557).

Paratennis de table : Nouvelle nuit faste pour les Bleus

Tout se passe toujours aussi bien pour les pongistes tricolores, qui ont gagné cette nuit 7 des 9 matches de poules qu’ils ont disputés. Un bien beau bilan. Déjà vainqueur hier de son premier match de poule, Fabien Lamirault (Classe 2) a remis ça ce jeudi en quatre manches (11-6, 11-4, 6-11, 11-3) face au Tchèque Suchanek. Quatre manches, c’est aussi ce qu’il a fallu à Lucas Creange (Classe 11) face à l’Espagnol Cuesta Martinez (11-5, 11-6, 10-12, 12-10) et à Mateo Bohas (Classe 11) contre l’Autrichien Gardos (11-13, 13-11, 11-4, 11-3) alors que Maxime Thomas (Classe 4) a lui encore plus souffert face au Nigérian Ogunkunle mais il s’en est sorti en cinq manches (8-11, 11-5, 11-13, 11-6, 11-7).
Cela a été beaucoup plus tranquille pour Thomas Bouvais (Classe 8), vainqueur facile du Suédois Andersson (11-2, 11-7, 11-5), pour Stéphane Molliens (Classe 2), tombeur de l’Ukrainien Yezyk (12-10, 12-10, 11-1) et pour Lea Ferney (Classe 11), qui a triomphé de la Japonaise Furukawa (11-5, 12-10, 14-12). En revanche, Nicolas Savant Aira (Classe 5) et Isabelle Lafaye (Classe 2) se sont durement inclinés, respectivement face au Chinois Cao (11-3, 11-9, 11-7) et face à l’Italienne Rossi (11-7, 13-11, 11-7).
Jeux Paralympiques
Maracineanu veut "plus de liens entre olympique et paralympique"
05/09/2021 À 09:27
Jeux Paralympiques
Léauté porte-drapeau de la cérémonie de clôture
05/09/2021 À 09:04