Para triathlon : Hanquinquant titré pour sa première

Et de trois ! Le triathlète Alexis Hanquinquant a apporté à l'équipe de France sa troisième médaille d'or des Jeux Paralympiques de Tokyo en s'imposant, samedi, dans la catégorie PTS4 du triathlon. Triple champion du monde (2017, 2018 et 2019), le Normand de 35 ans, qui participe à ses premiers Jeux, est le seul concurrent à avoir enregistré un temps sous l'heure (59'58") en devançant de près de quatre minutes son poursuivant japonais Hideki Uda sur cette épreuve comportant 750 mètres de natation, 20 kilomètres de cyclisme et 5 kilomètres de course à pied. L'ancien champion de France de boxe full-contact a dominé la course de bout en bout, après être sorti de l'eau seul en tête.
Jeux Paralympiques
Tokyo tourne la page des paralympiques et passe le relais à Paris
05/09/2021 À 13:37
Tout savoir sur les Jeux Paralympiques

Para triathlon : Le duo Curzillat-Bousrez arrache le bronze au sprint

Quelques heures après le sacre de leur compatriote dans la catégorie PTS4, Annouck Curzillat, aveugle de naissance, a décroché, en compagnie de sa guide Céline Bousrez, la médaillle de bronze en para triathlon sprint PTVI. Le duo tricolore a conclu son épreuve en 1h11'45" (+4'30"), derrière l'Italienne Anna Barbaro (+3'56") et l'Espagnole Susana Rodriguez, championne paralympique (1h07'15"). Au terme d'un sprint dans les ultimes mètres, Curzillat et Bousrez ont résisté au come-back des Britanniques, qui ont échoué au pied du podium pour deux petites secondes.
Du côté des hommes, Thibaut Rigaudeau et Cyril Viennot ont manqué le podium pour une petite place dans la même catégorie (PTVI), tandis que Antoine Perel et Olivier Lyoen n'ont pu faire mieux qu'une 6e place.
Tout comprendre aux classifications paralympiques

Saut en longueur : Le Fur argentée pour sa dernière aux Jeux

Triple championne paralympique (100m, 400m, saut en longueur) depuis ses débuts à Pékin en 2008, la star de l'athlétisme handisport, Marie-Amélie Le Fur, s'est parée d'argent à Tokyo en saut en longueur, dans la catégorie T64. Après avoir décidé de s'aligner sur cette unique épreuve pour sa dernière valse paralympique, la Française de 32 ans a ainsi récolté sa 9e médaille aux Jeux. Détentrice du record du monde établi en février dernier (6m14), Le Fur s'est rapprochée de sa marque de référence en sautant à 6m11, mais la Néerlandaise Fleur Jong, qui s'est propulsée à 6m16, est parvenue à effacer le record mondial de l'athlète tricolore pour être sacrée championne paralympique.

Para tennis de table : trois bronzes et deux finales, les pongistes régalent

Maxime Thomas a été le premier de cette quatrième nuit des Jeux Paralympiques à glaner une breloque. En classe 4, le pongiste tricolore, qui participe à Tokyo à sa quatrième Paralympiade, a remporté la médaille de bronze, comme à Rio il y a 5 ans, après sa défaite en demi-finale face au numéro 1 mondial Abdullah Ozturk (3 sets à 1). Le Français semble même abonné à ce métal, puisqu'il avait également décroché la troisième place par équipe à Pékin (2008) et à Londres (2012).
Un peu plus tard dans la journée nippone, Lucas Créange, qui participe à sa deuxième Paralympiade, est passé proche de l'exploit en bataillant jusqu'au cinquième set décisif face au numéro 1 mondial Palos. Le pongiste tricolore a finalement dû se contenter du bronze en classe 11.
Chez les féminines, la vétérante du tennis de table tricolore Thu Kamkasomphou a imité ses deux compatriotes, en allant chercher la médaille de bronze en classe 8. La Française de 52 ans a échoué aux portes de la finale, battue par la Chinoise Huang Wenjuan.
Mais le meilleur reste à venir, puisque Léa Ferney, benjamine de cette équipe de France de tennis de table, disputera sa première finale paralympique en classe 11, après avoir maîtrisé sa demie en trois sets secs, à seulement 17 ans. De son côté, Fabien Lamirault a répondu à son statut de double champion paralympique en obtenant une nouvelle qualification pour la finale en classe 2, qui aura lieu lundi.

Para cyclisme : le tandem Beaugillet-Pervis en bronze

Formé en mars 2020, le tandem tricolore composé de Raphaël Beaugillet, souffrant d'une neuropathie optique, et François Pervis, septuple champion du monde de cyclisme sur piste, est monté sur la troisième marche du podium en catégorie B de l'épreuve du kilomètre. Avec un temps de 1'00"472, le duo français a sauvé le bronze pour moins d'un dixième de seconde, devant les Allemands et derrière un doublé britannique. Il s'agit donc de la cinquième médaille pour la piste tricolore, avec seulement six Français(e)s engagé(e)s.

400m : l'énorme déception pour Adolphe

Le cauchemar de Rio s'est répété. Après avoir maîtrisé sa série en établissant le deuxième temps général, Timothée Adolphe, malvoyant, a été disqualifié après que son guide a lâché le lien tenu par les deux athlètes en catégorie T11.
Jeux Paralympiques
Maracineanu veut "plus de liens entre olympique et paralympique"
05/09/2021 À 09:27
Jeux Paralympiques
Léauté porte-drapeau de la cérémonie de clôture
05/09/2021 À 09:04