Elle ne pourra pas dire qu’elle n’a pas eu le temps de s’acclimater ou de se mettre à l’heure japonaise. A Tokyo, Natalia Partyka y est déjà depuis plusieurs semaines. La Polonaise, immense favorite de l’épreuve des Jeux Paralympiques du simple dame de tennis de table, a déjà concouru lors du tournoi des JO. Avec les valides. Alors qu’elle est née sans main, ni avant-bras sur le côté droit, elle ne s’est jamais contentée d’être la meilleure pongiste du monde paralympique. Qu’elle est pourtant devenue très jeune. Natalia Partyka n’a que 11 ans lorsqu’elle se rend pour la première fois de sa carrière aux Jeux Paralympiques de Sydney, en 2000, devenant la plus jeune athlète paralympique de l’histoire. Une première édition d’où elle ne ramènera pas de médaille. Cela n’arrivera plus.

La Polonaise Natalia Partyka, lors de son match du 2e tour des JO de Tokyo 2020

Crédit: Getty Images

Quatre ans plus tard, elle sera sacrée à Athènes et reste à ce jour la championne paralympique en titre du simple dames, puisqu’elle a conservé son bien à Pékin (2008) et Londres (2012) comme à Rio où elle a même ajouté un titre par équipes (2016). Mais son titre en Grèce l’a surtout libéré et l’a poussé un peu plus dans son envie de lutter avec les valides cette fois. "Je savais que la vie de sportive n’est pas facile, surtout quand tu es handicapée et que tu veux concourir avec les valides, raconte-t-elle dans une interview pour le site olympique. Je savais que j’allais devoir travailler dur, peut-être encore plus que les autres, si je voulais atteindre le plus haut niveau". Alors elle l’a fait et ça a payé. A force de travail et de talent, elle grimpe dans la hiérarchie, parvient à entrer dans le top 100 mondial (74e en 2016) et découvre finalement les Jeux Olympiques en 2008 à Pékin. Un univers bien différent.
Jeux Paralympiques
Tokyo tourne la page des paralympiques et passe le relais à Paris
05/09/2021 À 13:37

Trois médailles européennes avec les valides

"Les JO, c’est beaucoup plus simple pour moi parce que je n’y ai aucune pression, avoue-t-elle. Personne n’attend de moi que je ramène la moindre médaille. Je peux bien plus profiter des Jeux Olympiques, sans aucun stress. Aux Paralympiques, c’est différent. Ce n’est pas facile, mais je suis contente d’encore pouvoir battre n’importe qui". Mais c’est aussi le cas avec les athlètes valides, puisque Natalia Partyka a souvent brillé aux Championnats d’Europe, dans l’épreuve par équipes. Médaillée d’argent à Stuttgart en 2009, médaillée de bronze en 2008 et en 2010, elle y a battu certaines des meilleures pongistes du monde. Insuffisant pour espérer briguer un podium aux JO (3e tour au mieux, à Londres en 2012). Mais, ses médailles, la Polonaise les collectionne aux Paralympiques.

La pongiste polonaise Natalia Partyka, lors des JO de Tokyo 2020

Crédit: Getty Images

Cinq titres, deux médailles d’argent et une de bronze, voilà le bilan paralympique de Natalia Partyka, qui s’avance une nouvelle fois à Tokyo avec le statut de super-favorite et la volonté de faire le doublé simples (classe 6) et doubles (classe 6-10), comme à Rio. Vu qu’elle n’a pas perdu le moindre match en individuel depuis Sydney, il y a vingt-et-un ans, il y a encore de fortes chances que la Polonaise se pare une nouvelle fois d’or. De quoi s’offrir un sixième (et peut-être même un septième avec l’épreuve par équipes) titre paralympique, ce qui en ferait la troisième pongiste la plus titrée de l’histoire des Jeux Paralympiques. La seule du top 10 encore en activité. Et, à 32 ans, Natalia Partyka est encore loin d’avoir fini d’écrire son histoire.
Jeux Paralympiques
Maracineanu veut "plus de liens entre olympique et paralympique"
05/09/2021 À 09:27
Jeux Paralympiques
Léauté porte-drapeau de la cérémonie de clôture
05/09/2021 À 09:04