SKI ALPIN

Arthur Bauchet (catégorie debout) : 19/20
Bilan : 3 médailles d’or (descente, combiné et slalom), 1 médaille de bronze (géant) et une 4e place (Super-G)
Jeux Paralympiques
La Chine reine à domicile, la France encore au pied du podium : le tableau des médailles final
13/03/2022 À 10:58
Pouvait-il vraiment faire mieux ? Triple champion du monde en titre du slalom, le Français de 21 ans était en quête de son premier titre paralympique après les quatre médailles d’argent de Pyeongchang. Il en a gagné trois, avec la manière. Il a parfaitement assumé la pression tout au long de la quinzaine et est allé au bout de lui-même, à l’image de ce qu'il a réussi en géant. La perfection n’est pas possible en sport, mais Bauchet s’en est très fortement rapproché le temps de ces Jeux.

Arthur Bauchet célèbre sa médaille d'or obtenue sur le slalom en catégorie debout, aux Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Marie Bochet (catégorie debout) : 11/20
Bilan : Médaille d’argent en Super-G, 4e en géant, 5e en combiné, sorties en descente et slalom
On savait qu’il ne fallait pas s’attendre à la voir claquer un quadruplé comme à Sotchi ou Pyeongchang. La Française avait débarqué aux JO en étant diminuée physiquement. Mais on espérait quand même mieux de la Tricolore pour ses derniers Jeux… Malheureuse sur la descente, elle s’était pourtant parfaitement relevée avec une belle médaille d’argent en Super-G qui promettait. Mais elle n’a pas su construire dessus, ratant de peu les médailles en géant et en combiné avant de conclure son histoire aux Paralympiques par une chute en slalom. Elle méritait mieux.

Marie Bochet, aux Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Manoel Bourdenx (catégorie debout) : 12/20
Bilan : 7e de la descente et du Super-G, 12e du combiné, 13e du géant, 20e du slalom
S’il avait été déçu de ses performances aux derniers Mondiaux, il est probable qu’il le sera de nouveau. Les résultats bruts sont moins bons qu’en janvier (6e du combiné, 9e du Super-G) alors que les Russes ont été exclus de la compétition. Pour le Français, qui annonçait viser un podium, c’est forcément une déception, même s’il finit dans le top 10 des deux épreuves de vitesse. Il a toutefois marqué les Jeux à sa manière, avec une manche de slalom effectuée… en slip !
Lou Braz Dagand (catégorie assis) : 13/20
Bilan : 7e de la descente et du slalom, 8e du combiné, 9e du géant, 13e du Super-G
Pour ses premiers Jeux, ses chances de podium étaient assez faibles dans une catégorie aux grosses différences de niveau et à l’apprentissage très long. Mais le Français a pris sa chance et reviendra de Pékin avec quatre top 10 au compteur, preuve de sa belle régularité. Même si le manque de concurrents dans certaines épreuves l’y a aussi aidé. On attendait un peu mieux de lui en géant après sa 5e place aux derniers Mondiaux.
Jordan Broisin (catégorie debout) : 11/20
Bilan : 7e du slalom, 12e du géant, 13e de la descente, 14e du Super-G, sorti sur le combiné
Il était sorti désabusé des Paralympiques 2018 après des performances en deçà des attentes qu’il s’était fixées. Mais pas sûr qu’il soit plus satisfait de ses résultats personnels à Pékin. Alors que ses résultats aux Mondiaux en janvier en faisait un candidat à la médaille, qu’il visait ouvertement, le Français n’a jamais lutté pour le podium. Il est même passé à côté de ses JO jusqu’au dernier jour, avec une 7e place en slalom qui a à peine sauvé son bilan.

Jordan Broisin, lors du slalom catégorie debout des Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Oscar Burnahm (catégorie debout) : 14/20
Bilan : 7e du géant, 10e du combiné, 16e du slalom, 18e de la descente, 20e du Super-G
Venu avant tout pour découvrir l’évènement et engranger de l’expérience, le Français de 22 ans a réalisé les Jeux auxquels on pouvait s’attendre de sa part avec deux top 10 prometteurs. Il aurait pu en rajouter un troisième s’il n’avait pas raté sa première manche en slalom, qui reste le seul point noir de sa quinzaine. D’autant que sa 8e place en seconde manche a montré qu’il avait le niveau pour jouer le top 5. Mais l’expérience reste plus que positive.
Hyacinthe Deleplace (catégorie deficient visuel): 12/20
Bilan : Médaillé de bronze de la descente, 4e du Super-G et du slalom, 5e du combiné, sorti en géant
Il a ramené une médaille de ses premiers Paralympiques d’hiver, ce qui n’est quand même pas si mal. Et il ne lui aura fallu qu’une seule épreuve pour cela puisque cette médaille a été décrochée dès la descente. On pensait que cela allait le libérer de toute pression et le pousser vers l’or, mais ça n’a jamais été le cas. S'il lui a manqué quatre petits centièmes seulement sur le Super-G, il n'a pas pu accrocher de podium. Mais le voir ramener seulement une médaille de bronze, après son triplé aux Mondiaux en janvier, reste une petite déception.

Hyacinthe Deleplace et Valentin Giraud-Moine savourent leur médaille de bronze sur le podium du géant des Jeux Paralympiques de Pékin 2022

Crédit: Getty Images

Jules Segers (catégorie debout) : 13/20
Bilan : 16e du géant, 17e du slalom, sorti sur le combiné et le Super-G
Il n’est pas facile de découvrir les Jeux aussi jeune (19 ans). Le Tricolore a donc souffert pour ses débuts, avec deux chutes en Super-G et en combiné, pour ses premiers Jeux Paralympiques. Malgré cela, le skieur des Gets a su se remobiliser et repartir de l’avant pour signer des performances tout à fait correctes sur les épreuves techniques, globalement semblables à ce qu’il a pu réaliser lors des Mondiaux (14e du slalom). Prometteur.

SKI NORDIQUE

Anthony Chalençon (catégorie deficient visuel) : 14/20
Bilan : Médaillée d’argent sur le relais, 4e du sprint et du 12,5km (ski de fond), 9e du sprint et du 10km (biathlon)
Il a sauvé ses Jeux le dernier jour en accrochant la médaille d’argent sur le relais, une belle récompense pour lui et ses deux guides, Alexander Pouyé et Brice Ottonello après une édition 2022 très frustrante. Il est notamment passé à côté des épreuves de biathlon en raison d’un tir complètement défaillant (4 fautes au sprint, 12 sur le 10km). Forcément décevant pour celui avait décroché le bronze en 2018 sur l’individuel. Mais le fondeur de Morzine-Avoriaz n’est pas passé loin de se rattraper en ski de fond. Il a connu un incident sur le sprint avant d’échouer à 7’’ de la médaille sur le 12,5km.

Anthony Chalençon derrière son guide sur le relais des Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Benjamin Daviet (catégorie debout) : 17/20
Bilan : Médaillé d’or du sprint, médaillé d’argent sur le 12,5km et sur le relais (ski de fond), médaillé d’or sur l’individuel, 4e du sprint et 6e du 12,5km (biathlon)
"Pris par la pression" suite au retrait des Russes, comme il l’a lui-même concédé, le porte-drapeau tricolore a eu du mal à rentrer dans ses Jeux, avec deux déceptions en biathlon pour débuter. Mais son titre surprise sur le sprint, où personne ne l’attendait, l’a complètement libéré et il n’a plus quitté les podiums par la suite, avec notamment un récital sur l'individuel. Il passe à 1’’3 du triplé en ski de fond, il est battu de justesse sur le 12,5 km, et termine avec quatre médailles et deux titres, un bilan légèrement inférieur à Pyeongchang, mais qui reste exceptionnel.

SNOWBOARD

Mathias Garcia Menendez (SB-LL2) : 13/20
Bilan : 11e du Banked Slalom, 14e du cross
Il n’a jamais été dans la course à la médaille, mais c’était attendu. Malgré tout, il a parfaitement pris sa chance. Sans exploit, il a été sorti dès les quarts de finale en cross. Mais, à l’arrivée, ses résultats sont légèrement meilleurs qu’aux Mondiaux en janvier. Vu qu’on en attendait pas forcément mieux, c’est déjà pas mal.
Cécile Hernandez (SB-LL2) : 17/20
Bilan : Médaillée d’or du cross, 6e du Banked Slalom
Elle aurait pu ne jamais être à Pékin sans une décision judiciaire favorable. Mais cela n’a jamais perturbé la Française, pas plus que le changement de catégorie dont elle a dû s’accommoder (la sienne ayant été supprimée). Magnifique de maitrise en cross, elle a remporté tous ses matches en phase finale après avoir dominé la qualification pour s’offrir son premier titre paralympique. Un parfait pied de nez au destin. Sans complexe sur le Banked Slalom, il lui a manqué peu de chose pour jouer la médaille. Sans regret. Ses jeux étaient déjà réussis.

Cécile Hernandez, aux Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Maxime Montaggioni (catégorie SB-UL) : 16/20
Bilan : Médaillé d’or du Banked Slalom, 10e du cross
Blessé et forfait pour Pyeongchang quelques heures seulement avant le début de la compétition, le Français était revanchard sur ces Jeux. Double champion du monde en titre, il a décroché l’or dont il rêvait au bout du suspense, sur sa dernière manche disputée à Pékin, sur la seconde du Banked Slalom, pour triompher des Chinois, chez eux. Une énorme performance du Tricolore, qui a rattrapé avec brio sa désillusion du cross, où il avait été éliminé dès les quarts de finale. Mais elle ne l’efface totalement.

Maxime Montaggioni, sur le Banked Slalom des Paralympiques 2022

Crédit: Getty Images

Laurent Vaglica (SB-LL2) : 12/20
Bilan : 23e du Banked Slalom, 16e du cross
Ses résultats sont pratiquement les mêmes qu’aux Mondiaux de Lillehammer. Sur le papier, difficile donc de considérer qu’il n’a pas été à son niveau. Mais le Français a déjà battu les meilleurs sur des manches et on pouvait espérer qu’il réussisse pareille performance aux Jeux. Sa 9e place en qualification du cross le montrait mais une chute à l’entrainement l’a contraint à ne pas prendre part à la phase finale, laissant un petit goût d’inachevé. D’autant qu’il n’a pas brillé sur le Banked Slalom. Victime d'une chute, il a quand même eu des circonstances atténuantes.
Jeux Paralympiques
De zéro à héros, l'étonnante percée des Chinois
13/03/2022 À 10:25
Jeux Paralympiques
Envers et contre tout, l'Ukraine vécu des Jeux paralympiques historiques
13/03/2022 À 10:25