Les Suédois sont en finale du tournoi olympique et ils sont très contents. Enfin, presque. Une petite contrariété fait beaucoup de bruit chez les Scandinaves depuis qu'ils ont appris que trois des quatre arbitres qui officieront dimanche lors de la finale sont de nationalité… canadienne. Il s'agit de messieurs Kelly Sutherland, Derek Amell et Greg Devorski. Et, pour ne rien arranger au courroux suédois, le quatrième homme zébré dimanche, s'il est américain, habite depuis plusieurs années… au Canada, à Calgary.

Comment expliquer que les trois-quarts des arbitres d'un match aussi important soient de la même nationalité qu'une des deux équipes impliquées? Tout simplement parce qu'ils sont les meilleurs. En tout cas selon la Fédération internationale de hockey. Depuis le début du tournoi, les arbitres sont jugés par un jury de huit personnes présidé par Konstantin Komissarov, superviseur en chef des arbitres auprès de l'IHF. A l'issue du premier tour, seuls les arbitres les mieux notés ont été conservés pour les playoffs de ce tournoi olympique. Pour les rencontres ayant pour enjeu des médailles (match pour la troisième place et la finale), l'IHF a pris les arbitres les mieux notés lors des barrages, des quarts et des demi-finales. Une logique implacable.

Championnat du monde
Politiquement explosif, le Mondial de hockey retiré au Bélarus
18/01/2021 À 18:29
"Quelle p… de plaisanterie"

C'est donc sur ces critères que les trois Canadiens ont été choisis. "Leur nationalité n'entre à aucun moment en ligne de compte", rappelle Komissarov et, ajoute-t-il, "elles ne doivent pas l'être. Nous voulons les meilleurs arbitres pour les matches les plus importants. Nous avons toute confiance en leur expérience et leur professionnalisme. Ils feront parfaitement leur travail et ils préserveront l'intégrité du jeu." L'argumentation n'a visiblement pas convaincu Peter Forsberg. Le plus grand joueur suédois de l'histoire avec Nicklas Lidstrom, héros du titre olympique conquis en 1994 à Lillehammer, n'a eu besoin que de quatre mots pour donner son sentiment: "what a fucking joke" (quelle p… de plaisanterie). II a aussi parlé de "comédie au plus haut niveau".

Pourtant, au sein de l'équipe suédoise, les réactions sont beaucoup plus mesurées. Préférant ne pas perdre d'énergie avec une composante sur laquelle ils n'ont aucune prise, ils n'ont d'autre choix que de faire confiance aux arbitres. "Je m'en moque, a assuré l'entraîneur Par Marts. Je ne peux pas changer ça, alors je me concentre sur autre chose. J'espère qu'ils feront leur boulot." "Les gens font trop d'histoires avec ça, estime même le défenseur Nicklas Lidstrom. Ce sont des arbitres de haut niveau, habitués à arbitrer en NHL. Je pense que c'est la bonne décision." C'est ce qui s'appelle éteindre une polémique.

Don Cherry, légende octogénaire du hockey canadien reconverti dans les médias, va même jusqu'à affirmer que, dans une certaine mesure, cela pourrait avantager les Suédois. "C'est le meilleur truc qui pouvait arriver aux Suédois, affirme l'icône. Les arbitres voudront montrer à quel point ils n'avantagent pas le Team Canada. Vous verrez, je vous garantis que la première pénalité que sifflera Sutherland sera contre le Canada. Regardez et vous verrez. Je ne me trompe jamais." La modestie de Don Cherry l'honore, mais il est vrai qu'il voit souvent juste. La preuve : il avait annoncé une finale Suède-Canada. Et une victoire finale du Canada. Peu importe la nationalité des arbitres…

Hockey sur glace
Le champion en titre Tampa Bay débute par une victoire
14/01/2021 À 06:22
Hockey sur glace
La Fédération internationale de hockey va tout faire pour que le Mondial 2021 ait lieu au Bélarus
29/12/2020 À 17:34