Grosjean, le rookie miraculé

Moins de cinq mois après avoir "vu la mort de trop près", lors de son terrible accident au GP de F1 de Bahreïn, dont il est sorti avec les deux mains brûlées (la gauche plus gravement), une entorse à la cheville gauche et des contusions de ce côté du corps, Romain Grosjean, 34 ans, a décidé de reprendre le volant en IndyCar avec l'écurie Dale Coyne Racing.
Une première expérience qui verra le pilote franco-suisse faire l'impasse sur les circuits ovales et disputer les courses sur circuits routiers et urbains, soit 13 des 17 épreuves au calendrier, à commencer par l'ouverture de la saison dimanche au Barber Motorsport Park où il a effectué ses premiers tours fin février. Des essais notamment marqués par un tête-à-queue dès le premier virage, avec une sortie de piste.
Indycar
Triple vainqueur des 500 miles d'Indianapolis, Bobby Unser est décédé
03/05/2021 À 18:08
"C'était une expérience instructive, après je ne l'ai plus refait et c'était mieux", a-t-il ensuite dit, soulignant la meilleure adhérence mécanique et la plus faible puissance d'une monoplace Indy par rapport à une Formule 1. Grosjean, qui a passé dix saisons en F1 sans remporter une course (10 podiums), espère y parvenir dans ce championnat "où vous avez les meilleurs pilotes, le meilleur niveau, les meilleures courses et la chance d'avoir à peu près les mêmes outils que vos concurrents".

Impact à 300 km/h, carambolage géant et monoplace déchiquetée : Les crashs de F1 les plus miraculeux

Pagenaud, l'habitué revanchard

Champion IndyCar en 2016, sacré aux 500 Miles d'Indianapolis en 2019, le natif de Montmorillon (Vienne) sort d'une année 2020 décevante. Mais il démarre sa dixième saison d'affilée avec les mêmes objectifs. En numéro un : ajouter un 2e sacre sur le célèbre ovale à son palmarès. "Les premiers essais ont été très satisfaisants. Pendant l'hiver, le développement fut très axé sur Indianapolis", a-t-il récemment déclaré.
Ensuite le championnat. Pour cela, il cible les circuits routiers. "La saison sera longue et il faudra être régulièrement dans le top 5 pour être en mesure de se battre. Nous sortons d'une bonne préparation et avons tout fait pour être compétitifs", a-t-il assuré. Et le pilote de 36 ans a également profité d'une trêve hivernale plus longue pour "définir un programme de préparation axé sur la nutrition, l'hydratation, la vision et la préparation mentale. Je me suis plongé dans les détails".

Pagenaud : "Indianapolis, c'est le type de course où il faut faire comme au poker : all-in !"

Bourdais, le vétéran outsider

Non conservé par Dale Coyne Racing la saison passée, il a fini par retrouver un volant pour les trois dernières courses avec AJ Foyt, depuis convaincu de l'engager à temps plein. Preuve que le Manceau est encore compétitif à 42 ans, lui qui compte six victoires entre 2014 et 2018, et fut auparavant quadruple champion de Champ Car (2004-2007), compétition absorbée en 2008 par l'IndyCar.
Bon pour la confiance: la semaine passée, Bourdais a signé le meilleur chrono des premiers essais des 500 Miles d'Indianapolis, programmés le 30 mai. Et au Barber Motorsport Park, où s'ouvrira la saison dimanche, les tests effectués en février ont été prometteurs. "On a les moyens de faire notre part, il y aura sûrement des opportunités à saisir. Chez AJ Foyt, la dernière victoire remonte à assez loin (Takuma Sato à Long Beach en 2013). Tout le monde en rêve. Le boss pense qu'une place dans le top 10 serait déjà bien", a-t-il exposé à Ouest France.

Sebastien Bourdais

Crédit: Getty Images

Dixon, le "kiwi" à battre

Impérial l'an passé, le Néo-Zélandais de 40 ans va tenter d'égaler le record de sept sacres remportés par AJ Foyt. Il s'élancera donc en favori dans sa Chip Ganassi, avec un nouvel équipier de marque, Jimmy Johnson, septuple champion de la Nascar, le populaire championnat nord-américain de stock car.
Ses rivaux se nommeront encore Josef Newgarden, sacré en 2019 et 2e l'an passé, associé à Pagenaud chez Penske, l'Australien Will Power ou encore Alexander Rossi, chez Andretti Autosport. Tous lutteront aussi pour la course reine, les 500 Miles d'Indianapolis, remportés l'an passé par le Japonais Takuma Sato (Rahal Letterman Lanigan).
Indycar
Haas n'a pas sponsorisé Grosjean pour ne pas "lui donner de l'argent pour qu'il aille se tuer"
02/03/2021 À 10:37
Indycar
Trois mois après son accident, Grosjean a repris le volant : "Je voulais juste conduire"
24/02/2021 À 06:22