C'était il y a tout juste un an. En février 2016, Paris avait en grandes pompes dévoilé son logo, puis une semaine plus tard, son slogan de début de campagne : "La force d'un rêve". Douze mois plus tard, changement de stratégie, totalement assumée : à l'occasion du lancement de sa campagne internationale, et ce à un peu plus de sept mois du verdict du C.I.O., Paris 2024 va révéler vendredi en fin d'après-midi son nouveau slogan. C'est une certitude, il sera en anglais, afin de bien faire comprendre aux votants que Paris s'adresse à eux, et non aux Français.
Quel sera cette devise slogan ? Elle a été tenue secrète jusqu'au bout, mais on sait d'ores et déjà qu'elle tournera autour de trois ou quatre mots et de la notion de "partage", le maitre-mot de cette campagne. "Le hashtag "Share" a été sur-employé ces derniers temps par les membres du comité et ce vendredi matin encore, le compte officiel de Paris 2024 a insisté sur le "Sharing day", le jour du partage. Un "Share the Games" voire un "Share Paris" a donc de bonnes chances d'être officialisé ce vendredi.
Paris 2024
Grande première dans le cyclisme : La parité hommes-femmes sera respectée aux JO 2024
IL Y A UN JOUR

Pas d'état d'âme

Le slogan aura par ailleurs son pendant dans la langue de Molière mais clairement, la version anglaise sera la plus employée car, espère-ton du côté de Tony Estanguet et Bernard Lapasset, la plus porteuse. L'accent anglo-saxon de la devise est une (sur?)réaction de plus à la défaite de Paris en 2012. "L'amour des Jeux", en français dans le texte, avait été jugé comme trop autocentré sur la France. Comme Paris 2024 tient à montrer par tous les moyens que toutes les erreurs, de communication notamment, ont été retenues, il faut aussi interpréter le choix qui sera effectué vendredi comme une sorte de "Je vous ai compris".
Du côté de la direction de la candidature, il n'y a d'ailleurs aucun état d'âme, même si l'on se doute que quelques dents vont grincer quant au choix de l'anglais pour la devise parisienne. Mais Paris 2024 préfère des dents qui grincent en France plutôt que d'être inaudible à Lima, où se tiendra le vote le 13 septembre prochain. "Il est important de comprendre le cycle de vie du projet, a noté Michaël Aloïsio, directeur général de Paris 2024, dans les colonnes du Monde. Nous sommes dans une étape où nous devons convaincre les étrangers de nous donner les Jeux. Si nous ne comprenons pas cela, le 13 septembre, les Jeux ne seront pas à Paris."
https://i.eurosport.com/2016/02/09/1791995.jpg

Du savoir-faire au faire savoir

Dans les mois qui viennent, le faire savoir comptera au moins autant que le savoir-faire. Voilà pourquoi l'équipe à la tête de la candidature parisienne attache autant d'importance à sa communication. A compter de vendredi, les villes sont par ailleurs autorisées à promouvoir leur candidature lors d'évènements sportifs nationaux. Pour Paris, si c'est trop tard pour l'Euro de foot ou le Mondial de hand, deux évènements qui ont rencontré un grand succès populaire, il reste tout de même quelques rendez-vous d'ici septembre : le Championnat du monde de hockey sur glace au printemps et, surtout, Roland-Garros fin mai et le Tour de France en juillet, deux évènements au retentissement international importants, que Paris 2024 compte bien exploiter.
Pour l'heure, la capitale française est plutôt bien placée en termes de "popularité" et de notoriété. Selon une enquête de CSA, la candidature parisienne est bien identifiée et, plus important encore, elle est bien reçue. "81% des Chinois souhaitent une victoire de Paris, 64% des Brésiliens ou encore 49% des Italiens et des Allemands. Il n'y a… qu'aux Etats-Unis que Paris est devancée par Los Angeles, mais d'assez peu (47%-41%). Mais le plus dur reste à faire : convaincre le corps électoral du Comité international olympique. Paris a trop payé pour savoir que c'est une mission subtile et complexe… en français comme en anglais…
Paris 2024
Le CIO va tripler son aide aux sportifs ukrainiens
04/07/2022 À 05:58
Paris 2024
Raí enthousiaste, Estanguet sur l'eau : les meilleurs moments de la Journée Olympique
26/06/2022 À 19:37