La journée olympique, célébrée jeudi tout autour du monde, a connu un prolongement festif, dimanche au pied du Stade de France. A vingt-cinq mois du coup d’envoi des Jeux de Paris, le CNOSF et le département de Seine-Saint-Denis, ont organisé une fête du sport, populaire, et destinée à la découverte de 30 sports olympiques et paralympiques. Diffusée en fil rouge sur Eurosport 1 tout au long de la journée, elle a débuté sous les yeux du maître de cérémonie, Tony Estanguet. Le président du Comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) s’est exprimé au micro d’Eurosport.
"Ce sont des moments importants, on est dans la montée en puissance vers les Jeux de Paris 2024. Depuis 2017, on a souhaité utiliser chaque année un grand temps fort pour célébrer les Jeux, c’est la journée olympique. C’est normalement le 23 juin mais on a choisi le 26 car c’est un dimanche. On a toujours la même volonté : faire profiter la population avec les athlètes. On a une centaine d’athlètes présents dans toutes les disciplines. C’est un moment important, avec des concerts et de la bonne humeur. C’est aussi utile car on a envie que les Français fassent plus de sport", a-t-il confié au micro de Lesly Boitrelle.
Paris 2024
"Une vague mythique" : Les épreuves de surf auront bien lieu à Tahiti
17/08/2022 À 07:32
Une chose est certaine : si le Covid a bouleversé les années passées, Tony Estanguet et les organisateurs des Jeux vont reprendre le rythme annuel des journées olympiques. "Il y aura 2023 et 2024, juste un mois avant les Jeux. On va continuer à monter en puissance et c’est chouette de venir ici en Seine Saint-Denis. On était resté au cœur de Paris jusqu’ici. La Seine-Saint-Denis est au cœur de la réussite de ces Jeux, on va y construire 75% des infrastructures et l’héritage majeur se trouvera dans ce territoire. On a envie que les gens profitent des Jeux."

Ce 23 juin, fêtons ensemble la journée mondiale de l'olympisme !

Que les gens profitent des Jeux. Mais que ces Jeux soient différents. C’est aussi la grande ambition du COJO. Parce que Paris. Parce que la France. Tony Estanguet ne voit pas les choses autrement : "On ne va pas reculer sur l’ambition. On a envie que les Français soient fiers. Ce pays est dingue et capable de faire des choses incroyables. On a envie d’aller là où on ne nous attend pas. On va mettre des compétitions au pied de la Tour Eiffel, au Grand Palais, aux Invalides, Place de la Concorde, au Château de Versailles, une belle cérémonie sur la Seine pour valoriser notre patrimoine iconique. C’est vraiment ça l’enjeu, faire rêver et être populaire. Cette cérémonie sur la Seine, c’est l’opportunité d’avoir dix fois plus de personnes qui profiteront de ce moment-là."
Vous ne pouvez rien réussir sans la sécurité
Organiser une journée Olympique au pied du Stade de France, moins d’un mois après le chaos de la dernière finale de la Ligue des Champions entre le Real Madrid et Liverpool, c’est également, et symboliquement, l’occasion de montrer que la France sait organiser des événements, quand ils sont préparés en amont, coordonnés. C’est ce que Tony Estanguet a tenu à rappeler, dimanche matin sur Eurosport. "La sécurité est toujours le premier critère. Vous ne pouvez rien réussir sans la sécurité. Toutes les décisions prises vont dans ce sens. Elle est au cœur de nos préoccupations et il était important de venir ici au Stade de France malgré ce qu’il s’est passé."

"C'est l'or ou rien" : Dans l'intimité des Bleus avant la finale olympique

"Encore une fois, cet endroit est magique et situé au cœur de la Seine-Saint-Denis, a-t-il martelé. Quand les choses sont anticipées, quand on coordonne bien toute l’expertise, ici au Stade de France ou partout, on sait faire. On a réussi à chaque fois lorsqu’on était préparé longtemps en avance sur les gros événements. Avec Paris 2024, on travaille depuis deux ans sur les enjeux de sécurité. On peut être serein. Tout va bien se passer."
"Il y a beaucoup d’envie et d’excitation. Notre pays a tout pour réussir de très grands jeux. Ces Jeux seront différents des éditions passées. Accrochez-vous, ça va envoyer."
Paris 2024
Comment la Dream Team a construit sa légende : plongée dans l'épopée de Barcelone 92
07/08/2022 À 23:06
Paris 2024
Quand les "Bronzés" ouvraient la voie : revivez les 24 buts bleus de la petite finale de Barcelone
05/08/2022 À 12:53