Les Jeux de Pékin sont terminés. Il est déjà temps de se projeter vers la suite. Avec des échéances qui donnent l'eau à la bouche, le Vieux Continent étant remis sur le devant de la scène. En 2024, Paris aura ainsi droit à nouveau à sa grande fête olympique tant attendue. Et deux ans plus tard, les Jeux d'hiver feront eux leur retour en Italie, près de 20 ans après Turin. Avec comme villes hôtes, Milan et Cortina d'Ampezzo.
Si Pékin 2022 a pu faire jaser pour son impact écologique entre la neige artificielle, la création d'un train à grande vitesse pour relier les sites et les nombreuses infrastructures construites pour l'occasion, la prochaine quinzaine olympique d'hiver aura donc lieu dans deux villes séparées de plus de 400 kilomètres !
Pékin 2022
Des ralentis à gogo pour revivre les plus belles images des Jeux Olympiques de Pékin 2022
25/02/2022 À 15:16
Retenues au détriment du duo suédois Stockholm-Are en 2019, Milan et Cortina, qui a déjà accueilli les Jeux 1956, cherchent cependant à réduire leur impact écologique, comme le souhaite le CIO depuis la mise en place de l’Agenda olympique 2020+5. Pour cela, l'événement italien s'appuiera essentiellement sur des sites déjà existants, qui font déjà la renommée de l'Italie chaque hiver.

San Siro

Crédit: Getty Images

San Siro, le dernier adieu ?

Ainsi, les athlètes vont retrouver des lieux qu'ils connaissent déjà parfaitement. Comme la piste de Stelvio à Bormio, le stade de biathlon d'Anterselva/Antholz ou encore le tremplin de saut à ski Giuseppe Dal Ben qui sont évidemment au programme. Et si certains vont avoir droit à un lifting pour cette grande messe, seuls deux sites seront construits pour l'occasion : l'Arena PalaItalia, hôte du hockey sur glace, et le village olympique de Milan, reconverti ensuite en cité universitaire.
Ce choix fort de ne retenir que des lieux déjà existants porte un symbole : le stade de Giuseppe-Meazza San Siro ! Alors que son avenir est encore en suspens – l'Inter et l'AC Milan ayant sélectionné un projet pour un nouveau stade -, l'enceinte mythique, inaugurée il y a près d'un siècle en septembre 1926, a été choisie pour accueillir la cérémonie d'ouverture. "Cela pourrait être le dernier adieu à San Siro et à sa glorieuse histoire", a avoué Giuseppe Sala, le maire de Milan sur Sky Sports cette semaine.

Coupe du monde de ski alpinisme en 2021

Crédit: Imago

Le ski-alpinisme à l'honneur

En attendant ce moment forcément marquant, Milan-Cortina 2026 sera peut-être encore un peu plus attendu par certains sportifs que pour d'autres, ceux du ski-alpinisme. Cette discipline, qui consiste à traverser des itinéraires de montagnes avec des skis en montée ou en descente, va être ajoutée aux 15 autres déjà présentes aux Jeux Olympiques d'hiver. Et c'est un événement : la liste des disciplines n'avait en effet pas bougé depuis l'introduction du Snowboard en 1998 à Nagano.
Déjà testé avec un certain succès aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lausanne 2020, ce sport, aussi appelé ski de randonnée ou Skimo, densifie le programme olympique de cinq nouvelles épreuves (sprint et course individuelle hommes et femmes, relais mixte). Dominé par les Européens et notamment les Italiens et les Suisses, le ski-alpinisme va en plus débuter chez lui dans les Alpes. Et ne demandera pas de nouvelles structures. La marque de fabrique des Jeux Milan-Cortina 2026.
Pékin 2022
Guerre en Ukraine : le CIO accuse Moscou d'avoir violé la trêve olympique
24/02/2022 À 13:47
Pékin 2022
"Il est champion olympique !" Quand les commentateurs d'Eurosport s'enflamment à travers l'Europe
23/02/2022 À 10:48