Jeux Olympiques
PyeongChang

Bach estime que "les Jeux n'ont pas été ternis par l'affaire du dopage russe"

Partager avec
Copier
Partager cet article

Thomas Bach, lors de la conférence de presse du 25 février 2018, à Pyeongchang

Crédit: Getty Images

ParAFP
25/02/2018 à 07:56 | Mis à jour 25/02/2018 à 08:40

PYEONGCHANG 2018 - Thomas Bach ne s'est pas avancé sur une date de levée de la sanction visant la Russie, dont les différents athlètes concouraient sous bannière olympique à Pyeongchang, dimanche en conférence de presse. Le président du CIO est également revenu sur les deux cas de dopage de sportifs russes, enregistrés durant ces JO. Selon lui, ils n'en ternissent pas l'image.

- La levée de la suspension de la Russie nécessite-t-elle une nouvelle réunion de la commission exécutive du CIO ou sera-t-elle automatique ?

Thomas Bach, président du CIO : C'est une décision automatique et ce sont des conditions objectives. S'il n'y a pas de nouveaux cas (de dopage enregistré durant les Jeux), alors la suspension sera levée. Cette sanction peut être levée si la délégation des athlètes de Russie (OAR) continue à respecter les conditions posées lors de la décision du (CIO) du 5 décembre (de suspendre le Comité olympique russe). Cela ne nécessite aucune décision supplémentaire.

PyeongChang

Fiscalisation des primes : la ministre souhaite "un traitement équitable" entre été et hiver

08/10/2018 À 15:09

- Quand la levée de cette suspension peut-elle intervenir ?

T. B. : Je ne sais pas. Cela dépend de la DFSU (l'unité sport sans dopage chargée des tests durant les JO, ndlr).

- Quelle a été l'importance des deux cas de dopage de sportifs russes enregistrés durant ces Jeux dans la décision du CIO ?

T. B. : Ces deux cas de dopage ont joué un rôle majeur dans la décision cela a été le facteur clé. Néanmoins, il n'y a pas d'indication que ces deux cas relèvent d'un dopage systémique. De plus la délégation de l'OAR a été proactive dans la gestion de ces deux cas, les sportifs en cause ont accepté la sanction, ce qui a permis de retirer (au couple russe) la médaille de bronze du curling mixte et de la remettre au couple norvégien (reclassé de la 4e à la 3e place) avant la fin des JO. Et ce avec l'aide de la délégation russe et des sportifs russes qui n'ont pas fait appel de leur suspension.

Ces deux cas de dopage relèvent de négligence et il n'y a aucun indication dans ces deux cas d'un système de dopage systémique ou d'une implication des responsables de l'équipe OAR ou du Comité olympique russe....

- Pensez-vous en avoir fini avec ce dossier du dopage en Russie alors que ces Jeux ont encore été marqués par ces deux cas de dopage de sportifs russes ?

T. B. : Je ne pense pas que ces Jeux aient été ternis par l'affaire du dopage russe, car il n'y avait pas d'équipe de Russie ici, juste des sportifs russes invités. Je le répète: selon le groupe chargé de surveiller le comportement de l'équipe OAR, ces deux cas de dopage relèvent de négligence et il n'y a aucun indication dans ces deux cas d'un système de dopage systémique ou d'une implication des responsables de l'équipe OAR ou du Comité olympique russe.... Nous aurons toujours des contrôles antidopage positifs, le combat contre le dopage ne sera jamais terminé, il faut être réaliste. Le jour où nous n'aurons plus besoin de contrôles antidopage n'est pas arrivé. Nous ne pouvons pas ignorer la réalité humaine, il faut resserrer autant que possible les mailles du filet.

PyeongChang

La flamme des JO se rallume pour les Paralympiques

09/03/2018 À 10:57
PyeongChang

Après les Jeux, place à la fête pour les médaillés bleus, de retour en France

26/02/2018 À 22:54
Dans le même sujet
Jeux OlympiquesPyeongChang
Partager avec
Copier
Partager cet article