Getty Images

Selon Riner, le report des JO "n'est pas la mer à boire"

Selon Riner, le report des JO "n'est pas la mer à boire"
Par AFP

Le 24/03/2020 à 21:50Mis à jour Le 24/03/2020 à 21:59

JEUX OLYMPIQUES 2020 - Teddy Riner n'a pas été surpris mardi par l'annonce du report des JO de Tokyo à cause de la pandémie de coronavirus. Le judoka français a même confié que la nouvelle ne l'avait "pas empêché de faire la sieste".

Comme de nombreux sportifs français, Teddy Riner a estimé que le report des JO de Tokyo était une sage décision. Le double champion olympique en titre des poids lourds, en quête d'un troisième sacre historique, a même estimé mardi qu'attendre les prochains Jeux olympiques "n'était pas la mer à boire". "Il fallait s'y attendre, certains pays commençaient à retirer leurs athlètes, relativise Riner. Les Jeux, ce sont des moments uniques pour nous, sportifs, mais aujourd'hui l'heure est plus grave, il faut se rendre compte que des gens meurent et qu'il faut s'organiser pour sauver le monde, c'est tout. L'urgence, elle est sanitaire, c'est de sauver des vies."

" Quand j'ai su la nouvelle, ça ne m'a pas empêché de faire la sieste"

"Quand j'ai su la nouvelle, ça ne m'a pas empêché de faire la sieste, sourit le décuple champion du monde (8 fois en +100 kg, deux fois en toutes catégories). Pour moi, et pour beaucoup de sportifs, c'est vrai que les Jeux, c'est le plus bel événement. Mais aujourd'hui, il y a un vrai et réel problème." A l'inverse de nombreux athlètes, Riner ne se dit toutefois pas "soulagé". "Parce que ça garde en haleine, ça va être une olympiade de cinq ans, explique-t-il. Mais il faut être respectueux de tous, se dire qu'il faut qu'on ait tous les mêmes chances d'aller aux Jeux, et surtout y aller sans aucune appréhension."

Quel scénario de report préfèrerait Riner ? "Le plus tôt sera le mieux, répond-il. Si c'est l'été, tant pis, ce sera l'été. Le tout, c'est y d'être, de combattre, de pouvoir défendre ses chances." "Je m'étais préparé pour cet été mais la priorité, ce n'est pas les Jeux, insiste Riner. Un an, ça peut paraître long mais ça va passer vite. Cela me laisse encore plus de temps pour mieux me préparer. D'abord, il faut se sortir de cette situation et quand on aura l'occasion de remettre les bouchées doubles, on les remettra. J'espère que ces douze mois vont me permettre d'être encore meilleur et de réaliser mes plus beaux JO. Il faut rester positif", a-t-il conclu.