Le grand rendez-vous : la finale du saut en longueur

On fait difficilement plus indécis. Ce lundi, dès 3h20, douze athlètes tenteront de succéder à Jeff Henderson, champion olympique à Rio. La plupart d'entre eux ont déjà dépassé la marque établie en 2016 par l'Américain (8,38m) dans leur carrière : le favori Tajay Gayle (8,69m), le champion du monde 2018 en salle Juan Miguel Echevarria (8,68m), le meilleur performeur de l'année Miltiadis Tentoglou (8,60m)... Malgré des états de forme disparates, voilà qui devrait promettre une finale relevée, ou du moins plutôt serrée. Pour autant, il est un nom qui se détache quelque peu de tous les autres : celui de JuVaughn Harrison.
Suivez les JO en intégralité sur Eurosport
Tokyo 2020
Macron a décoré les médaillés de Tokyo et vise le "Top 5" lors de Paris 2024
13/09/2021 À 19:20
Véritable OVNI de l'athlétisme, le jeune Américain était venu à Tokyo pour rafler deux médailles d'or : celle de la hauteur, et celle de la longueur, donc. Premier athlète qualifié pour les deux finales depuis 1912, il a raté sa première cible, en ne terminant "que" 7e de la finale de dimanche. Sa chance d'imiter Ellery Clark, sacré en 1896 sur les deux épreuves, est passée. Tout reste donc à faire pour le jeune prodige de 22 ans, détenteur de la deuxième meilleure performance mondiale de l'année sur la longueur (8,47m).
Harrison, 22 ans à peine, peut bien évidemment rêver d'une médaille : ils ne sont que deux, Echevarria et Miltadis, à avoir sauté plus loin que lui cette année. Mais l'Américain, évidemment, ne doit viser que l'or. Une sur deux, ça ne serait déjà pas mal, avec un palmarès jusqu'ici quasi-vierge au niveau international.

La superbe image : inséparables sur la hauteur, Tamberi et Barshim décident de partager l'or

Il peut écrire l'histoire : Samir Aït Saïd

L’heure de notre porte-drapeau a sonné : la finale olympique des anneaux, celle que Samir Aït Saïd attend depuis si longtemps se déroulera ce lundi, à 10h00, heure française dans l’arène d’Ariake. Et attention aux yeux car "le tigre a envie qu’on lui ouvre la cage" a prévenu son entraîneur, Rodolphe Bouché. S'il termine sur le podium, sur n'importe quelle marche, il entrera dans l'histoire de la gymnastique française, en remportant la première médaille tricolore aux anneaux.
Il faut dire que le gymnaste français a soif de revanche. Après avoir été incapable de se rendre aux JO de Londres en raison d'une blessure, il a été victime d'une double fracture tibia péroné à la réception d'un saut dès les qualifications de ceux de Rio, la jambe en équerre, sous les yeux du monde entier.

Aït Saïd sur son père décédé: "Je lui ai fait la promesse d'aller chercher cette médaille"

Cette fois, à Tokyo, les planètes semblent enfin alignées pour le tricolore de 31 ans, qui va tenter de remporter la première médaille de la gymnastique française depuis le bronze d’Hamilton Sabot aux barres parallèles en 2012. Samir Aït Saïd a parfaitement géré ses qualifications, terminant troisième avec 15,066 points, derrière le champion olympique en titre Eleftherios Petrounias (12,333 pts) et le Chinois Liu Yang (15,300). Le Turc Ibrahim Colak (14,933) restera, comme souvent, en embuscade.
Mais Aït Saïd n’en a que faire. "Peu importe qui on me met en face. Que ce soit un Grec, un Chinois, un Russe, je m'en tape complet", a scandé le porte-drapeau, premier tricolore de ces Jeux à se faire remarquer, se permettant un salto arrière au moment de défiler lors de la cérémonie d’ouverture. A lui de jouer.

On a aussi hâte de voir

Le dernier match de poule des Bleues. L'équipe de France féminine de basket joue sa qualification pour les quarts de finale des Jeux Olympiques lundi (6h40, heure française). Face à elle, l'ogre américain, qui reste sur deux victoires lors de leur deux premières rencontres du tournoi olympique. En cas de victoire, les Bleues seront qualifiées. Dans le cas contraire, elles ne seront pas pour autant condamnées et pourront toujours faire partie des meilleurs troisièmes. Il faudra alors jeter un oeil aux autres parquets, même si la défaite du Canada dimanche a augmenté les chances de qualification française.

Début cauchemardesque pour les bleues : Le résumé de Japon-France

La performance de Phelut. Seul Français qualifié pour la finale du 3000m steeple après les éliminations de Mahiedine Mekhissi et Djilali Bedrani, Alexis Phelut est la seule chance de médaille tricolore sur cette épreuve. Se hisser sur une marche du podium serait une très grosse performance pour le Clermontois, qui a assuré que "rien n'est impossible". Rendez-vous à 14h15.
La finale du saut d'obstacle. Dimanche, Christopher Six, Karim Laghouag et Nicolas Touzaint ont permis à l'équipe de France de passer de la 9e à la 3e place après de belles performances lors de l'épreuve de cross. Lundi, les tricolores devront faire de même lors du saut d'obstacles (13h45, heure française).

On se demande

Qui va profiter de l'absence de Biles ? Le forfait de l'Américaine, annoncée comme la grande favori de la discipline, pour la finale du sol lundi (10h57, heure française), rebat les cartes. L'Italienne Vanessa Ferrari pourrait bien être sacrée olympique à Tokyo lundi.

La question qui fâche : Est-ce qu'on en demande trop aux athlètes ?

Si les Françaises vont avoir un sursaut d'orgueil. Virtuellement 5e et éliminée du tournoi olympique, l'équipe de France de handball doit battre le Brésil (4h00, heure française) pour espérer se qualifier pour le tour suivant. Ne pas accéder aux quarts de finale serait une contre-performance de taille pour les Bleues.
Si Gaëlle Nayo Ketchank peut ramener une nouvelle médaille d'or à la France. L'haltérophile dispute à 8h50 (heure française) la finale dans sa catégorie (-87 kilos).
Si la délégation française va réussir à décrocher d'autres médailles cette semaine. Maintenant que les épreuves de judo et d'escrime sont terminées, les chances de voir un athlète tricolore sur un podium s'amenuisent.

Les finales de lundi

. Athlétisme
03h20 - Longueur messieurs
04h50 - 100 m haies dames
13h00 - Disque dames
14h15 - 3000 m steeple messieurs
14h40 - 5000 m dames
. Badminton
06h00 - Double dames
13h00 - Simple messieurs
. Cyclisme sur piste
11h09 - Vitesse par équipes dames
. Equitation
10h00 - Concours complet individuel
13h45 - Concours complet individuel
. Gymnastique artistique
10h00 - Anneaux messieurs
10h57 - Sol dames
11h51 - Saut de cheval messieurs
. Haltérophilie
08h50 - -87 kg dames
12h50 - +87 kg dames
. Lutte
12h55 - Lutte gréco-romaine (60 kg) messieurs
13h30 - Lutte gréco-romaine (130 kg) messieurs
14h20 - Lutte libre (76 kg) dames
. Tir
07h30 - Pistolet à 25 m tir rapide messieurs
09h50 - Carabine 3 positions à 50 m messieurs
. Voile
07h33: 49er FX dames
08h33 - 49er messieurs

3 stats à avoir en tête

0. La France n'a jamais décroché une médaille olympique aux anneaux. Ainsi, si Samir Aït Saïd réussit à se hisser sur n'importe quelle marche du podium lundi à l'issue de la finale (10h00, heure française), il rentrera à jamais dans l'histoire de la gymnastique française. C'est tout ce qu'on lui souhaite.
59. Les handballeuses brésiliennes ont l'un des pires taux de réussite devant le but de ce tournoi olympique : 59% de leurs shoots finissent au fond des filets. Les Bleues, elles, affichent un taux de réussite de 65% devant les cages. Une stat' rassurante avant un match ultra décisif ?
7. La dernière fois que l'équipe de France féminine de basket s'est imposée face aux Etats-Unis, c'était il y a sept ans. Le 21 septembre 2014, les Bleues s'étaient imposées en amical 76-72. Depuis, quatre oppositions, quatre victoires pour les Américaines.
Tokyo 2020
Légion d'honneur et ordre national du Mérite : Les médaillés français à Tokyo récompensés
10/09/2021 À 07:31
Tokyo 2020
Elle met sa médaille d'argent aux enchères pour soigner un nourrisson... avant de la récupérer
17/08/2021 À 15:58