Les Tops

Manaudou rassurant
Il y avait un doute sur son niveau après plusieurs sorties mitigées. Mais Florent Manaudou a rassuré son monde pour son premier 50m dans le bassin tokyoïte.
Tokyo 2020
Macron a décoré les médaillés de Tokyo et vise le "Top 5" lors de Paris 2024
13/09/2021 À 19:20
Placé ligne N.3 juste à côté de Caeleb Dressel - le double champion du monde de la distance et grand favori -, le sprinter du CN Marseille, champion olympique 2012 et médaillé d'argent 2016, a nagé en 21''65. Histoire d'améliorer son meilleur temps de la saison et signer le deuxième chrono des séries ! Voilà qui promet.

Meilleur chrono de sa saison et 2e de sa série, ça commence bien pour Manaudou

Les basketteuses restent en vie
Cette fois, elles n'ont pas manqué leur rendez-vous. Obligées de réagir après leur défaite inaugurale contre le Japon (86-69), les Bleues ont rebondi face au Nigéria (87-62). Un succès collectif pour les finalistes retrouvées du dernier Euro. Un succès qui leur permet surtout de conserver leurs chances d'aller en quarts de finale. Pour cela, elles ont trois options.
La première ? Réussir un improbable exploit face aux Américaines, invaincues en compétition internationale depuis septembre 2006 et en quête d'un septième sacre olympique consécutif.
La deuxième ? Espérer un faux pas du Japon face au Nigeria. Et la dernière ? Ne pas prendre une claque pour finir dans les deux meilleurs troisièmes. Mais aujourd'hui, l'essentiel est ailleurs : elles ont su rester en vie.

Les Françaises vainqueures face au Nigeria, aux Jeux Olympiques de Tokyo, le 30 juillet 2021

Crédit: Getty Images

Les Tricolores du rugby à VII en mode diesel
Elles ont déjà fait mieux qu'en 2016 ! Battues en quart de finale à Rio par le Canada, les Bleues ont cette fois-ci passé l'obstacle. Malgré un premier essai des Chinoises, elles ont déroulé pour en inscrire quatre afin de l'emporter 24 à 10 et filer en demi-finales. Elles y défieront la Grande-Bretagne ce samedi (4h30). Avec le rêve de glaner la première médaille française dans cette épreuve.

Ciofani et Okemba font le break en 2 minutes et les Bleues verront les demies

L'Espagne balayée, la bande à Karabatic impressionne
Premier test concluant pour les handballeurs français. Les Bleus ont signé vendredi un large succès contre l'Espagne (36-31), adversaire le plus relevé de leur groupe, et déjà qualifié, comme eux, pour les quarts de finale des Jeux de Tokyo.

Passe de Karabatic, tir de Remili : le spectaculaire kung-fu français contre l'Espagne en vidéo

À moins d'une déroute face à la Norvège dimanche, la première place du groupe tend les bras aux Bleus. La bande à Karabatic, invincible jusqu'ici, impressionne à Tokyo et leurs ambitions ne font que gonfler au fil de la compétition.
On dit merci qui ? Merci le judo !
Ce devait être la bascule, une journée à définitivement lancer la délégation française vers son objectif de 40 médailles. Ce fut finalement une journée de déceptions et de désillusions. La seule éclaircie ? Elle est venue du judo, encore une fois. Grâce à Teddy Riner. Grâce à Romane Dicko.

Une immobilisation pour le bronze : Le combat victorieux de Dicko en images

Deux médailles de bronze, que l'on avait certes imaginées d'un métal plus précieux. Mais deux médailles quand même, qui portent à treize le total pour la France. Dont sept uniquement grâce au judo.

Dicko : "Mes parents ne sont pas là pour pleurer avec moi… mais je suis sûr qu’ils pleurent à Paris"

La "Team Yavbou" n'est pas morte
Voilà une sacrée perf'. Franchement décevants lors de leurs deux premiers matches face aux Etats-Unis puis l'Argentine, les hommes de Laurent Tillie ont magnifiquement réagi face au comité olympique russe. Condamnés à l'exploit pour rester en vie et continuer de croire en une qualification pour les quarts de finale, les coéquipiers d'Earvin Ngapeth, très convaincant ce vendredi, ont brillé pour s'imposer (3-1). La première partie de la mission est remplie. Reste la plus difficile : face au Brésil, tenant du titre et favori, dimanche.

Earvin Ngapeth aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Crédit: Getty Images

L'inclassable

Riner, dans l'histoire malgré tout
De près, la médaille de bronze décrochée par Teddy Riner est frustrante. Le double champion olympique était l'une des plus grandes chances de titre de la délégation française et quelque chose nous dit qu'il n'aurait jamais dû se laisser surprendre par Tamerlan Bashaev.

Douché en quart, bronzé au final : la journée de Riner

De loin, pourtant, difficile de classer le judoka parmi les flops. Parce que cumuler quatre médailles n'est pas donner à tout le monde. Surtout dans ce contexte. Surtout à l'échelle de sa discipline. Et surtout au vu des deux dernières années passées par le Français.

"Je pense que je vais dormir avec" : Une médaille de plus, mais toujours pas de lassitude pour Riner

Les Flops

Gros raté pour l’épée par équipes
Décidément, les jours se suivent et ne se ressemblent pas pour l’équipe de France. Au lendemain de la médaille d’argent en fleuret par équipes chez les femmes, Alexandre Bardenet, Yannick Borel et le champion du monde en individuel Romain Cannone sont passés à côté en épée par équipes.

44-44 et la touche décisive pour le Japon : le moment où tout a basculé pour les Bleus

En tête avant la dernière mène (38-36), la France a craqué face au Japon pour s’incliner (44-45) dès les quarts de finale. Une immense déception pour l’équipe de France, qui avait été championne olympique en 2016 à Rio.
Le zéro pointé du BMX
La force du nombre ne garantit pas les résultats. Ce n’est pas le BMX français qui dira le contraire. Avec quatre Tricolores en finale, Sylvain André, Romain Mahieu et Joris Daudet chez les hommes et Axelle Etienne chez les femmes, les espoirs de médaille étaient légitimes et conséquents pour l’équipe de France. Mais il n’en a rien été.

Une chute dans le final, trois déceptions à l'arrivée : ce n'était pas la finale des Français

Au terme d’une course cauchemardesque marquée par la chute de Daudet, alors qu’il était en course pour la médaille, Sylvain André a échoué au pied du podium, le meilleur résultat des deux finales.

Position du corps, vitesse maximale, "pompe à vélo" : les secrets des palpitantes courses de BMX

La bérézina du tir à l’arc, jusqu’au bout
Passée au travers sur les épreuves par équipes, décevante en individuel chez les messieurs, l’équipe de France attendait beaucoup de Lisa Barbelin, sa meilleure carte pour une médaille. Sereine lors des tours précédents, la Tricolore de 21 ans, numéro 2 mondiale, abordait son 8e de finale avec beaucoup de confiance.
Mais la Française est passée complètement à côté de son match, à l’image de son 7 d’entrée, et a dit adieu à ses espoirs de médaille, battue par la Mexicaine Valencia. Une claque à laquelle personne ne s’attendait.
Le kayak en eaux troubles
La France reste bredouille dans les épreuves de canoë-kayak. Boris Neveu a terminé septième de l'épreuve de kayak monoplace (K1) ce vendredi. Dernière chance de médaille tricolore dans la discipline, il a terminé avec plus de 9 secondes de retard sur le Tchèque Jiri Prskavec.

Boris Neveu lors de l'épreuve de kayak slalom des JO de Tokyo, le 30 juillet 2021

Crédit: Getty Images

"C'est une grosse déception. Je n'étais pas là pour finir 7e, j'étais là pour gagner une médaille", a déclaré après la finale le Français âgé de 35 ans, qui participait à ses premiers JO et avait prévenu qu'il était à Tokyo pour "être champion olympique". Raté.
Bedrani, première claque
L'athlétisme français a vécu sa première désillusion dans la nuit. Cinquième aux Mondiaux de Doha, auteur de la sixième meilleure performance mondiale de la saison sur 3000 m steeple, Djilali Bedrani incarnait l'une des vraies (et rares) chances de médaille des Bleus. Seulement septième de sa série en 8'20"23, Bedrani s'est bêtement fait piéger.

Djilali Bedrani lors du 3000 m steeple des Jeux Olympiques de Tokyo, le 30 juillet 2021

Crédit: Getty Images

"J'ai couru avec de la fatigue dans les jambes, je ne me suis pas acclimaté à l'air du Japon, a-t-il réagi. Je ne me suis pas fait au décalage horaire. J'ai dormi 2/3 heures par nuit pendant 10 jours, je n'ai pas fait une seule nuit depuis que je suis arrivé. C'est entièrement ma faute." C'est passé en revanche pour Alexis Phelut, engagé dans la troisième et dernière série.
Tokyo 2020
Légion d'honneur et ordre national du Mérite : Les médaillés français à Tokyo récompensés
10/09/2021 À 07:31
Tokyo 2020
Elle met sa médaille d'argent aux enchères pour soigner un nourrisson... avant de la récupérer
17/08/2021 À 15:58