Le mouvement "Black Lives Matter" a été très suivi dans le monde du sport américain. Ainsi, le droit des athlètes à défendre la justice raciale et sociale "s'aligne absolument sur les valeurs fondamentales d'égalité qui définissent l'équipe des États-Unis et les mouvements olympique et paralympique", a estimé jeudi la directrice générale de l'USOPC, Sarah Hirshland. "Nous sommes convaincus que les athlètes de laTeam USA peuvent être une force de premier plan pour le bien collectif, et nous sommes fiers de plaider en faveur de voies d'expression respectueuses des athlètes au sein de notre communauté sportive", a soutenu la présidente du comité, Susanne Lyons.

L'USOPC a de ce fait demandé au Comité international olympique (CIO) et au Comité international paralympique de mettre à jour leurs directives pour permettre "des actions pacifiques qui défendent spécifiquement les droits de l'Homme et la justice raciale et sociale", tout en les distinguant des "manifestations visant à diviser" et des "discours de haine". Le CIO a mis à jour ses règles sur l'activisme des athlètes en janvier, bannissant toute forme de revendication sur les podiums et les terrains de sport.

Tokyo 2020
Pas d'accès prioritaire au vaccin pour les sportifs selon le CIO
IL Y A UN JOUR
Tokyo 2020
Auront-ils lieu ? Le doute plane plus que jamais sur les JO de Tokyo
HIER À 07:39
Tokyo 2020
10.000 médecins et infirmiers : le Japon prêt à mettre les moyens pour les Jeux
HIER À 06:18