AFP

"Ce n'était pas très vivable" : les sportifs français font part de leur soulagement

"Ce n'était pas très vivable" : les sportifs français font part de leur soulagement
Par AFP

Le 24/03/2020 à 19:30Mis à jour Le 24/03/2020 à 20:30

JEUX OLYMPIQUES 2020 - Après l'annonce du report des JO, de nombreux athlètes français comme Christophe Lemaître, Teddy Riner, Yohann Diniz ou Samir Aït Saïd ont fait part de leur soulagement.

Plongés dans l'incertitude depuis de nombreux jours, les sportifs français ont confié mardi leur soulagement unanime après la décision du Comité international olympique (CIO) de reporter les JO de 2020 à 2021. "C'est un soulagement dans le sens où ce n'était pas très vivable de s'entraîner chez nous. Ce n'est pas comme ça qu'on prépare les JO", a ainsi glissé à l'AFP le gymnaste Samir Aït Saïd, médaillé de bronze aux Mondiaux 2019 aux anneaux et qui avait donc déjà son billet pour Tokyo.

Pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus, de très nombreux pays - dont la France depuis une semaine - ont pris des mesures de confinement de la population. Dans l'incertitude du maintien ou non des Jeux olympiques de Tokyo, initialement prévus du 24 juillet au 9 août, les sportifs ont tenté malgré tout de continuer à s'entraîner à leur domicile. "Jusque-là, je me doutais de l'issue, mais j'essayais de m'entretenir comme si les Jeux avaient lieu cette année", ajoute Christophe Lemaitre, qui était rentré de Rio il y a quatre ans avec le bronze olympique sur 200 m.

Vidéo - Benjamin Thomas : "J’espère que l'équipe m’accompagnera un an de plus dans ce projet"

14:45
" Préparer les JO dans ce contexte, ça faisait un peu flipper"

Ces conditions d'entraînement assez primaires présentaient aussi le risque d'une blessure. "Moi j'ai aménagé une petite salle de sports chez mes voisins, et ça fait quelques jours qu'il fait froid, donc j'avais un peu peur de me blesser. Préparer les Jeux dans ce contexte-là avec le risque de blessure, c'est vrai que ça faisait un peu flipper", ajoute Aït Saïd. Champion du monde l'an passé à Lausanne, le triathlète Vincent Luis avait déjà son billet en poche pour le Japon et pourrait s'estimer lésé par ce report, puisqu'il pouvait s'entraîner sur home trainer chez lui à Reims. Mais "pour moi ce n'est pas les valeurs olympiques. En 2021, si tout se passe bien, on sera tous au départ de ces Jeux", se réjouit-il, avec des conditions égales d'entraînement.

Aucune voix discordante ne s'est fait entendre mardi dans le flot de réactions consécutif au report du plus grand évènement sportif du monde, qui repousse pourtant l'aboutissement d'une carrière pour la plupart des sportifs. Tous insistent sur la priorité absolue du moment : faire reculer la pandémie. "Tokyo, on se voit en 2021. Nous avons un combat plus important à gagner avant", a ainsi tweeté le judoka Teddy Riner, qui vise aux JO 2020 un troisième titre olympique consécutif inédit chez les lourds.

"En 2020, les médailles reviendront au personnel soignant qui travaille chaque jour pour combattre ce virus. Ce sont eux les champions olympiques", a aussi souligné sur Twitter Elodie Clouvel, vice-championne olympique de pentathlon moderne à Rio en 2016.

"Voilà, le bon sens l'a emporté! Il était normal de reporter les Jeux olympiques à l'année prochaine car la première urgence est d'éradiquer cette pandémie", a ajouté sur Instagram Yohann Diniz, détenteur du record du monde du 50 km marche et qui devra disputer à Tokyo la dernière épreuve de sa carrière à 43 ans.

Vidéo - Bonnet : "Ce report me donne encore plus de rage pour 2021"

07:07