Keith Mills, président-adjoint du comité organisateur des JO de Londres, qui ont eu lieu en 2012, estime en conséquence que les organisateurs japonais devraient songer à les annuler. Le Comité olympique international (CIO) et le comité olympique japonais restent toutefois determinés à organiser en juillet-août ces Jeux, prévus en 2020 et déjà reportés en 2021, en dépit de l'épidémie toujours présente.
"Personnellement, de là où je me trouve, en voyant l'épidémie dans le monde, en Amérique du Sud, en Amérique du Nord, en Afrique, en Europe, ça me semble improbable", a déclaré M. Mills à la BBC.
Et, "si j'étais à la place des organisateurs, je ferais des plans pour une annulation, et je suis sûr qu'ils le font, mais je pense qu'ils attendront vraiment le dernier moment pour le décider au cas où la situation s'améliorerait", a-t-il ajouté.
Tokyo 2020
Les JO de Tokyo, une "mission suicide" selon le PDG de Rakuten
IL Y A 11 HEURES

Des jeux "différents"

L'état d'urgence a été déclaré à Tokyo et dans d'autres régions du Japon face à une résurgence du nombre de contaminations, et le soutien de l'opinion publique à l'organisation des JO de Tokyo a plongé, selon les sondages.
Mais pour le président de World Athletics, la fédération internationale d'athlétisme, Sebastian Coe, ces Jeux doivent avoir lieu. "Je ne pense pas qu'ils doivent être annulés", a-t-il dit sur Sky News. "Je pense que les Jeux auront lieu mais qu'ils seront différents", a-t-il ajouté.
Tokyo 2020
L'état d'urgence élargi au Japon face à la pandémie, à dix semaines des JO
HIER À 11:48
Tokyo 2020
Jeux paralympiques : Un objectif de "35 médailles"pour la délégation française
HIER À 09:23