Getty Images

Public, poignées de main, pas de mesures sanitaires : le week-end hors du temps du TQO

Public, poignées de main, pas de mesures sanitaires : le week-end hors du temps du TQO

Le 16/03/2020 à 10:04Mis à jour Le 16/03/2020 à 11:15

TOKYO 2020 - Depuis samedi et jusqu’au 23 mars se tient à Londres un tournoi qualificatif de boxe pour les Jeux Olympiques 2020. Si ses organisateurs ont décidé un huis clos à compter de ce lundi, les deux premiers jours se sont déroulés comme si aucune pandémie, ou presque, ne frappait le monde actuellement...

"On s'est mis dans notre bulle. Est-ce qu'il y a des mesures de protection ? Pas plus que ça”. Au micro de RMC, John Dovi, directeur des équipes de France de boxe, a résumé le paradoxe de ce tournoi qualificatif olympique (TQO) à Londres. En pleine pandémie mondiale de Covid-19 et à l’heure où le sport s’est mis peu à peu à l’arrêt, celui-ci s’est tenu normalement, avec du public et sans mesures sanitaires spéciales avant l’annonce du huis clos à compter de lundi, tard dans la soirée de dimanche.

Ils sont environ 350 boxeurs et boxeuses venus de 43 pays à se disputer les 77 tickets olympiques à Londres. Dans les zones d’échauffement, pas de disposition particulière puisque tous les athlètes s’entraînent au même endroit, sans respect d’une distance de sécurité selon France TV Sport. “On pratique une discipline où forcément les athlètes se touchent. On part du principe que les boxeurs qui vont sur le ring n’ont pas le coronavirus”, avoue Dovi pour RMC.

Masque chirurgical mais poignées de mains

La presse britannique s’est aussi émue de la tenue en public de cet événement. Dimanche, pas moins de 14 personnes sont décédées à cause du Covid-19 au Royaume-Uni. Interrogé par The Guardian le président de la Confédération européenne de boxe, Franco Falcinelli, s’est dit “inquiet” par le risque “très important” qu’un boxeur soit contaminé. “Selon moi, c’est étrange que cette compétition ait lieu dans le contexte terrible actuel”, a-t-il jugé.

Un participant au TQO de Boxe à Londres portant un masque chirurgical

Un participant au TQO de Boxe à Londres portant un masque chirurgicalGetty Images

The Guardian a raconté cette scène, seul “indice” de la situation sanitaire mondiale quand un membre de la délégation du Kosovo s’est présenté avec un masque chirurgical dans la salle… avant d’enchaîner poignées de main et embrassades. “Nous avons mis en place une série de mesures additionnels comme la prise systématique de la température des athlètes, ce qui nous permettra de récolter des données pour cibler tout changement”, se sont défendus les organisateurs. Rappelons que dans le cadre du Covid-19, un être humain peut être contagieux sans présenter de symptômes, même mineurs.

Le CIO, qui gère lui-même ce TQO puisque la Fédération internationale de boxe est suspendue, a donc pris la décision dimanche soir de continuer la compétition à huis clos et ce pour “le bien être du public, des athlètes et des volontaires”. Le tout après deux jours de compétition hors du temps.