Jeux Olympiques
Tokyo 2020

Dans un an, les JO de Tokyo : à quels Jeux faut-il s'attendre ?

Partager avec
Copier
Partager cet article

Photo shows a monument depicting the Olympic rings in Tokyo's Odaiba waterfront area on July 22, 2020. The 2020 Tokyo Games have been postponed for a year due to the coronavirus pandemic.

Crédit: Getty Images

ParChristophe Gaudot
22/07/2020 à 22:49 | Mis à jour 23/07/2020 à 09:59
@ChrisGaudot

TOKYO 2020 - Dans un an jour pour jour doivent débuter les Jeux Olympiques dans la capitale japonaise. Après leur report de l'été et en espérant qu'ils pourront avoir lieu dans un monde débarrassé du coronavirus, voici les cinq questions que l'on se pose sur leur configuration.

Comment les JO vont-ils se dérouler ?

Le Comité international olympique (CIO) fera tout pour que les Jeux de Tokyo se passent le plus normalement possible. Thomas Bach, le président du CIO, candidat à un second mandat, a déjà annoncé que des Jeux Olympiques à huis clos sont une option qui est totalement inenvisageable. "Nous travaillons donc pour des Jeux Olympiques qui, d'une part, sauvegardent la santé de tous les participants et, d'autre part, reflètent l'esprit olympique", a-t-il poursuivi.

Tokyo 2020

Les JO de Tokyo soumis à la découverte d'un vaccin contre le Covid-19 ?

22/07/2020 À 09:14

C'est l'autre point dont a parlé Bach lors de sa prise de parole la semaine dernière : la sécurité sanitaire. Problème, nul ne sait quelle sera la situation dans un an, non seulement à Tokyo mais aussi dans les pays d'où viendront les athlètes. Ce que l'on peut d'ores et déjà envisager, c'est un décorum différent par rapport aux précédents JO et un accueil du public particulier.

"On est face à de vrais problèmes, parce qu'il y a des sportifs qui viennent de 206 pays", note John Coates, président du comité olympique australien. Ce mercredi, Yoshiro Mori, patron de l'organisation a posé un préalable à la tenue des Jeux : la découverte d'un vaccin ou d'un médicament contre le Covid-19. Si les Jeux étaient annulés en 2021, ils ne seraient pas reportés une nouvelle fois.

En 1996, Mohamed Ali avait ému le monde entier

00:00:31

Qu'est ce que le report va changer ?

Les Jeux Olympiques, ce sont une énorme machine et les déplacer d'un an n'est pas une mince affaire. Heureusement pour le comité d'organisation, il a pu réserver tous les sites prévus en 2020. S'éloigne donc la crainte de devoir bouleverser le calendrier des épreuves. Celui-ci restera le même, un an plus tard donc, à quelques exceptions près puisque des changements d'horaires mineurs sont à prévoir.

Tokyo

Crédit: Getty Images

La conséquence la plus importante pour Tokyo est d'ordre financière. Premièrement, elle a dû ajouter de nombreux postes de dépenses à son budget (remboursements pour 2020, gel d'un an supplémentaire du village olympique censé se transformer en logements…). Deuxièmement, l'afflux de touristes sera moindre en 2021. Soit par choix des organisateurs pour réduire le nombre de spectateurs sur les sites, soit à cause de la crainte des voyageurs.

Quelles conséquences pour les athlètes ?

"Toutes les qualifications obtenues par les Comités nationaux olympiques (CNO) et les athlètes individuels restent valables". Si l'on en croit la première partie de la déclaration de Kit McConnell, directeur sportif du CIO, en avril dernier, les athlètes qualifiés pour les JO en 2020 peuvent préparer sereinement l'événement en 2021. La deuxième partie laisse cependant la porte ouverte à quelques déceptions : "tout athlète doit être sélectionné individuellement car il représente son CNO."

Le CIO remet donc entre les mains des comités olympiques nationaux le sort des quelques 600 athlètes qui avaient déjà validé leur billet pour Tokyo. En France par exemple, le CNOSF doit décider s'il maintient la qualification de Samir Aït Saïd en gymnastique ou de Julia Chanourdie en escalade.

Au-delà de ces questions primordiales de qualification, ce report aura des conséquences variables selon les athlètes. Pour certains, cette année supplémentaire est un cadeau tombé du ciel, pour d'autres, déjà bien avancés dans la préparation, repartir de zéro est un obstacle psychologique difficile à franchir. Voire une année de carrière supplémentaire imprévue à l'origine.

"Un projet allégé", ça veut dire quoi ?

"Pour que se tiennent les JO [...] il est nécessaire de rationaliser et simplifier ce qui peut l’être. Je veux que l’on étudie cela avec le gouvernement et les organisateurs." Ces mots sont de Yuriko Koike, gouverneure de Tokyo et vont à l'encontre de ceux du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, qui défend lui des Jeux "sous leur forme pleine et entière".

En juin dernier, Toshiro Muto, le patron des JO de Tokyo, avait, lui, évoqué des Jeux "simplifiés" même si ce que cela signifie concrètement reste encore très vague. Plus de 200 mesures seraient à l'étude mais aucune n'a été citée en exemple. Selon les médias japonais, cela pourrait induire une réduction du nombre de spectateurs, pour les épreuves olympiques comme pour les cérémonies d'ouverture et de clôture.

Les JO de Tokyo seront-ils les premiers Jeux du futur ?

La crise du Covid-19 va-t-elle pousser le CIO à penser autrement les Jeux Olympiques ? Le débat sur les Jeux trop dispendieux et pas assez en phase avec les préoccupations écologiques de l'époque avaient déjà surgi au moment de l'attribution des JO 2024 (à Paris) et 2028 (à Los Angeles). Le Comité international olympique s'en était tiré par une pirouette avec une double attribution mais la vérité est qu'il ne disposait pas d'autres choix dans sa manche, faute de candidatures solides.

Aussi, la maîtrise des budgets, et leur réduction, va devenir un enjeu majeur pour l'existence même du plus grand événement sportif du monde. Ainsi, en se trouvant contraint de trouver des solutions, Tokyo peut être un exemple à suivre pour les prochains organisateurs, à commencer par Paris, qui suivra en 2024. Tony Estanguet, meneur du projet parisien, a par exemple évoqué les sites temporaires comme une "marge de manoeuvre". Le tout pour ne pas se retrouver avec des sites à l'abandon qui coûtent cher et des images qui font le tour du monde pendant des années comme pour Rio 2016, Athènes 2004 et bien d'autres.

Tony Estanguet et Anne Hidalgo à Lima, ce mardi

Crédit: Getty Images

Tokyo 2020

Le programme des Jeux paralympiques dévoilé, presque inchangé

HIER À 09:39
Tokyo 2020

Face au coronavirus, un "nombre limité de spectateurs" à Tokyo ?

30/07/2020 À 07:21
Dans le même sujet
Jeux OlympiquesTokyo 2020
Partager avec
Copier
Partager cet article