Douze athlètes participeront aux Jeux Olympiques de Tokyo sous la bannière de l'équipe olympique des réfugiés. Et si les derniers athlètes sont arrivés ce mardi au Japon, le CIO a tenu à recevoir l'équipe lors de sa 138e session organisée dans un palace de Tokyo fermé à la presse. "Tous les athlètes sont extrêmement enthousiastes et reconnaissent tous l'opportunité incroyable qui leur a été offerte par le CIO", a avoué Yiech Pur Biel, le représentant des sportifs qui a pris la parole devant l'assemblée.
Contraint de fuir la guerre au Soudan du Sud en 2005 à l’âge de 10 ans, Yiech Pur Biel, qui fait partie des six athlètes ayant déjà concouru à Rio 2016, est aussi revenu sur son expérience unique : "Faire partie de l'équipe olympique des réfugiés a changé ma vie. Cela m'a ouvert des opportunités, comme rejoindre l'Olympic Refuge Foundation, devenir ambassadeur de bonne volonté du HCR ou encore déménager pour m'entraîner et vivre aux États-Unis. Je n'aurais jamais pensé que mes rêves deviennent réalité lorsque je vivais dans le camp de réfugiés de Kakuma, dans le nord du Kenya".
Tokyo 2020
Un 50 de feu dans l'eau, un 100 d'enfer sur la piste : Tout savoir sur la journée de dimanche
IL Y A 7 HEURES
Les membres de l'équipe olympiques des réfugiés, qui vont à nouveau se retrouver à Tokyo, étaient réunis à Doha depuis quelques jours. "C'était la première fois que l'équipe olympique des réfugiés de Tokyo 2020 était réunie, et notre objectif principal était de renforcer l'esprit d'équipe et l'unité. Cette expérience a été extrêmement importante pour aider les athlètes à réaliser qu'ils ne réussiront que s'ils travaillent ensemble en équipe. Ils sont vraiment plus forts ensembles", a glissé Yiech Pur Biel, qui a maintenant hâte de se lancer sur la piste de Tokyo pour le 800 m.
Tokyo 2020
Des médailles d’argent en individuel et en équipe au sacre des Bleus au judo : Le film du jour
IL Y A 9 HEURES
Tokyo 2020
Le judo à la folie, de l’argent à foison : le Top 5 de samedi des Bleus
IL Y A 9 HEURES