Quelle saveur a ce deuxième titre européen par rapport au premier ?

Romane Dicko : Il y a deux ans, j'étais la jeune de l'équipe, celle qui arrivait, qui n'avait rien à perdre. Aujourd'hui, j'arrive avec un autre statut : je suis déjà championne d'Europe, j'ai gagné le tournoi de Paris (en février), j'ai gagné Tel Aviv (en janvier), donc j'arrive avec une autre mentalité. Et après deux ans de galère, avec mes blessures (épaule et genou, qui l'ont privée de compétition entre le printemps 2018 et novembre 2019, ndlr), avec la crise du coronavirus, ça fait vraiment très, très plaisir. Je suis super contente de cette médaille. Je me dis que pendant ces deux ans, je n'ai pas travaillé pour rien. Ca fait plaisir de revenir sur un tapis et de gagner après beaucoup de désillusions. Paris et Tel Aviv, c'était déjà super, mais là, c'est un championnat, c'est là qu'il faut être forte.

Judo
L’IJF annonce 3 tournois seniors en Afrique, Europe et Amérique du Sud
IL Y A 10 HEURES

Comment expliquez-vous votre réussite depuis votre retour de blessures ?

R.D : J'ai travaillé sur plein de choses, surtout sur l'approche mentale. Mentalement, après deux ans d'arrêt, c'est compliqué. J'ai fait deux contre-performances en revenant d'ailleurs, aux Championnats de France et à Osaka. Physiquement, j'ai eu du temps pour travailler des choses que je ne pouvais pas forcément travailler quand j'étais en plein dans le rush de la compétition. Tout ce temps-là n'était pas du temps perdu : j'ai pu peaufiner les choses physiquement, tactiquement, techniquement, etc. C'est vrai que j'ai tout gagné en 2020, j'espère que ça va continuer, que je vais réussir à faire d'autres podiums, et pourquoi pas à gagner, parce que je suis encore dans la course à la qualification olympique. Et j'ai hâte de faire des compétitions avec les Japonaises, les Brésiliennes, parce que je ne les ai pas encore beaucoup eues dans les mains.

Cinq titres sur sept catégories, sept médaillées sur neuf engagées : l'équipe de France féminine a été presque irrésistible...

R.D : C'est vrai que le total de médailles d'or est impressionnant. On a vraiment une très, très belle équipe féminine, on espère que ça va continuer, on n'oublie pas qu'il y a les Jeux olympiques l'année prochaine et la compétition par équipes (qui fait son entrée au programme olympique, ndlr). On espère tout rafler encore.

Judo
24h dans la peau d'un champion, avec Henk Grol, double médaillé olympique
24/11/2020 À 09:58
Judo
Championnat d’Europe de Judo : la France 1re au tableau des médailles
23/11/2020 À 09:26