Cette fois, la France était bien au rendez-vous. Et ses représentants se sont fait remarquer d’entrée. Une semaine après avoir dû renoncer au Grand Slam de Tbilissi en raison de trois cas positifs au Covid-19 au sein de la délégation, plusieurs judokas tricolores - uniquement des hommes - ont fait le déplacement jusqu’à Antalya, où se déroule un autre tournoi international d’importance équivalente jusqu’à samedi. Trois d’entre eux étaient sur les tapis ce jeudi, et ils ont tous su rallier le bloc final. Celui qui s'est le plus mis en évidence n'est autre que Walide Khyar.
Souvent contrarié par des pépins physiques ces dernières années, le feu-follet du FLAM 91 n’en demeure pas moins redoutable dès qu’il peut donner libre cours à son judo incisif et créatif. En Turquie, le champion d’Europe 2016 a tracé sa route avec brio jusqu’en finale, écartant notamment le Russe Albert Oguzov et le Turc Salih Yildiz. Le combattant de 25 ans a mis beaucoup d’intensité dès l’entame de son ultime combat, face à Jorre Verstraeten. Mais, sans doute trop prompt à se jeter à l’attaque, il s’est fait piéger par le Belge, qui l’a cloué sur le dos et s’est imposé par ippon.
Tokyo 2020
Avant les JO, Riner n'a aucune compétition prévue "pour le moment"
06/04/2021 À 14:37

Bouda résiste à Yildiz et s’empare du bronze : le combat victorieux du Français en vidéo

Bouda débloque son compteur en Grand Slam

Médaillé d’argent, le super-léger français a été accompagné sur le podium par son compatriote Romaric Bouda. Derrière Khyar et Luka Mkheidze dans la hiérarchie nationale, le Normand a profité de ce tournoi pour faire étalage de son talent. Reversé en repêchage après avoir perdu contre Yung Wei Yang en quart, il s’est d’abord débarrassé de l’expérimenté Eric Takabatake, avant d’affronter Yildiz pour la place de trois. Un combat haletant, riche en attaques et finalement remporté par le Bleu qui, grâce à un waza-ari d’avance, a obtenu la première médaille de sa carrière en Grand Slam.

Le Blouch n’a pas trouvé la clé contre Shikhalizada

Le Blouch échoue au pied du podium

Bouda aurait pu être imité un peu plus tard par Kilian Le Blouch (-66kg), qui a lui aussi dû passer par les repêchages pour rallier le bloc final. Mais le combattant de 31 ans, qui avait eu besoin de 9'16'' de Golden Score pour se défaire d’Abderrahmane Boushita au tour précédent, a été impuissant contre Nijat Shikhalizada. Contrarié par le kumi-kata (saisie du judogi) de son adversaire et pénalisé à deux reprises, le Français a perdu sur ippon après un balayage fatal.

Une fulgurance pour se sortir du piège : Abe a dû s’employer contre Gaitero Martin

Dans cette même catégorie, le double champion du monde (2017, 2018) Hifumi Abe a eu le plus grand mal à venir à bout d’Alberto Gaitero Martin en finale. En -57kg, Christa Deguchi était pour sa part opposée à Jessica Klimkait. Un duel 100 % canadien très serré qui n'a basculé en faveur de la championne du monde en titre qu'au jeu des pénalités.

Au bout du suspense, Deguchi a le dernier mot contre Klimkait

Tokyo 2020
Agbegnenou en leader du judo féminin français à Tokyo
06/04/2021 À 13:29
Judo
Plus entreprenant, Bashaev s’offre logiquement Harasawa
03/04/2021 À 18:34