Qu’on ne s’y trompe pas : oui, Luka Mkheidze (-60kg) a bien essuyé quelques larmes au moment de quitter le tapis ce vendredi, à Tashkent, juste après son combat pour la place de 3 face à Karamat Huseynov. Mais il s’agissait vraisemblablement de larmes de joie car le super-léger français, victorieux, venait tout juste d’obtenir la médaille de bronze. Sans cesse à l’initiative, incisif mais trop direct dans ses attaques pour espérer surprendre son adversaire, le combattant de Sucy Judo s’en est remis au jeu des pénalités pour venir à bout de l’Azerbaïdjanais.
Ce nouveau podium en Grand Slam, le deuxième de sa carrière après être monté sur celui de Budapest en octobre dernier, est venu sublimer une journée probante. Seul le Japonais Ryuju Nagayama, numéro 1 mondial et futur vainqueur du tournoi, est parvenu - non sans mal - à battre le judoka tricolore, qui s’est donc ensuite ressaisi en repêchages afin de grimper sur la boîte.
Judo
"Traître" en Iran, "héros" en Israël et adopté par la Mongolie : Mollaei, itinéraire d’un affranchi
05/03/2021 À 12:49

Le podium des -60kg / Grand Slam de Tashkent

Crédit: Getty Images

Receveaux domptée, Le Blouch battu d'entrée

Hélène Receveaux (-57kg) n’a, hélas, pas eu la même réussite. L’Orléanaise restait sur une septième place acquise au Masters de Doha, mi-janvier. Elle a n’a pu faire mieux en Ouzbékistan, étant successivement immobilisée au sol par Timna Nelson-Levy en quarts, puis par Kim Jisu en repêchages. Kilian Le Blouch (-66kg), de retour à la compétition après une blessure au genou gauche, s’est pour sa part incliné dès son entrée en lice, la faute à une accumulation de trois pénalités (ce qui est synonyme de défaite) contre Yashuu Yondonperenlei. Forcément frustrant...
Les Japonais ont profité de cette journée inaugurale dans la "citadelle de pierre" pour afficher leur suprématie, avec déjà trois médailles d’or et une d’argent au compteur. Ryuju Nagayama a ravi un public venu en nombre (ce qui, par les temps qui courent, est suffisamment rare pour être souligné) en récitant son judo face à un Yeldos Smetov impuissant en finale. Momo Tamaoki (-57kg) s’est adjugé la victoire en étranglant Chen-Ling Lien. Uta Abe, elle, n’a pas eu besoin de combattre pour se parer d’or puisque l’autre finaliste, Sosorbaram Lkhagvasuren, a dû déclarer forfait.

Nagayama a régalé, Smetov n’a pu qu’abdiquer

Tokyo 2020
Riner sur sa célébration : "J'oublie que j'ai envoyé Clarisse Agbegnenou dans les airs"
IL Y A UNE HEURE
Tokyo 2020
Riner : "A Paris, j'essayerai encore de gagner d'autres médailles"
IL Y A 3 HEURES