Les Françaises ont magnifiquement tenu leur rang mercredi à Doha. Madeleine Malonga, championne du monde en titre et N.1 mondiale en -78 kg, a confirmé son statut de patronne de la catégorie en s'imposant pour la première fois au Masters, à bientôt six mois des Jeux de Tokyo. En finale, Malonga (27 ans) a battu par waza-ari la Japonaise Shori Hamada, N.2 mondiale. Quasiment dans la foulée, Romane Dicko a également décroché l'or en +78kg en dominant l'Azerbaïdjanaise Iryna Kindzerska.
Malonga, percutante comme tout au long de sa journée de compétition, a rapidement pris l'avantage en faisant tomber Hamada en moins de trente secondes. Mais elle a dû lutter ensuite de toutes ses forces pour résister à une longue attaque au sol de son adversaire nipponne. Auparavant, elle s'était montrée particulièrement expéditive au cours de ses trois premiers combats: jamais elle n'avait passé plus de deux minutes sur les tapis qataris.
Tokyo 2020
"On a de l'or à aller chercher à Paris" : Riner et Agbegnenou ont pris rendez-vous
02/08/2021 À 15:59

Dicko confirme

Désormais championne du monde et d'Europe en titre, et victorieuse du prestigieux Masters, Malonga paraît avoir définitivement pris l'avantage dans le match à trois auquel elle se livre avec Fanny-Estelle Posvite et Audrey Tcheuméo, dans la course à l'unique sésame olympique en jeu. Ni Posvite, toujours affaiblie par son épaule gauche qui a encore besoin de rééducation, ni Tcheuméo, battue d'entrée, ne se sont illustrées mercredi.
De son côté, Romane Dicko a prouvé qu'elle était bien la nouvelle star du judo féminin français. En finale, Dicko a fait chuter, puis immobilisé au sol l'Azerbaïdjanaise Iryna Kindzerska, N.4 mondiale, en moins de deux minutes. Au-delà, elle a connu une journée idéale avec quatre ippons en autant de combats, tous face à des adversaires du top 10 mondial. Elle a même lancé sa compétition qatarie par un succès convaincant aux dépens de la N.1 mondiale, la Cubaine Idalys Ortiz. C'est déjà Kindzerska que Dicko avait dominée pour s'offrir un deuxième titre de championne d'Europe à Prague fin novembre dernier.
Revenue à la compétition en novembre 2019 après en avoir été privée pendant un an et demi par une double blessure à une épaule et à un genou, elle avait ainsi bouclé 2020 sur un sans-faute, aussi perturbée qu'ait été l'année, après ses victoires au Grand Prix de Tel Aviv en janvier et au Grand Slam de Paris en février. Elle le prolonge encore pour lancer 2021. Ce succès au Masters lui fait aussi faire un bond dans la hiérarchie mondiale: de la 18e place, elle fond sur le top 8 à l'approche des JO-2020 reportés à l'été 2021 par la pandémie de Covid-19.
Tokyo 2020
Dicko : "Teddy me dit : 'Moi aussi j'ai commencé par du bronze, regarde ce que j'ai fait après'"
02/08/2021 À 08:22
Tokyo 2020
Cysique sur Riner : "Il nous a montré le chemin à suivre"
02/08/2021 À 08:01