Teddy Riner, champion du monde des +100 kg, "seulement" médaillé de bronze lors des derniers jeux Olympiques, est redevenu maître au royaume des lourds grâce à sa victoire dimanche en finale du Championnat du monde toutes catégories, à Levallois-Perret. Mieux, quatre mois avant ses 20 ans et son passage officiel chez les seniors, le Guadeloupéen a dominé une compétition bien plus relevée que les Mondiaux classiques ou le tournoi olympique: "Les meilleures nations ont deux à trois représentants (ndlr: contre un d'habitude). Il y a ici les meilleurs et rien que les meilleurs", jugeait le nouveau champion, sans forfanterie.
En deux jours et cinq combats, jamais Riner n'a semblé vraiment inquiété. Samedi, il a bouclé ses deux premiers tours en 2 min 38 au total, avant de se montrer aussi expéditif dimanche pour son quart contre le Néerlandais Grim Vuijsters. Les choses se sont compliquées en demi, où un contre du Polonais Gregor Eitel lui a fait prendre conscience qu'"il ne (fallait) pas faire deux fois la même connerie." En finale, face à l'expérimenté russe Alexander Mikhaylin, champion du monde des lourds en 2001 et 2005, Riner s'imposait sans faire le spectacle, "assurant" le titre pour sa première compétition en toutes catégories qui lui rapporte la jolie somme de 25.000 dollars.
Bataille en bronze
Pékin 2008
Riner: "Je ne m'en tire pas trop mal"
15/08/2008 À 18:45
Déçu à Pékin puis titré pour la deuxième fois consécutive chez les juniors à Bangkok en octobre, Riner finit donc l'année en fanfare, au rythme d'une nouvelle Marseillaise, la quatrième de sa jeune carrière, entendue sur le podium en compagnie de Matthieu Bataille, valeureux médaillé de bronze malgré une blessure à la cheville gauche. "Je ne sais pas si je redeviens le patron", hésitait pourtant Riner, qui n'aura plus à souffrir en 2009 de la rivalité du champion olympique des lourds, le Japonais Ishii, passé chez les professionnels après Pékin.
Chez les dames, la Chinoise Tong Wen ne s'est pas loupée. Grande favorite, la championne olympique a expédié en finale la Russe Elena Ivashenko en une grosse minute. Les Japonais eux, font grise mine avec deux médailles de bronze chez les dames et des messieurs bredouilles. Inquiets a priori de l'intérêt d'une épreuve dissociée pour la première fois des Mondiaux classiques, les autorités du judo peuvent se rassurer. Les Mondiaux Toutes Catégories et la quête du "titre suprême" ont donné lieu à deux jours très spectaculaires, avec des combats rapides, favorisés par de nouvelles règles plus propices à l'attaque, et une plus grande lisibilité avec une formule par tableau, à élimination directe.
Pékin 2008
Riner en bronze
15/08/2008 À 10:00
Judo
Dicko poursuit sa folle série, Clerget au pied du podium
07/05/2021 À 16:35