De huit médailles et deux titres à cinq médailles et une seule d'or. En un an, des Jeux Olympiques de Tokyo aux Mondiaux de Tachkent, l'équipe de France a perdu de sa superbe. Ce jeudi, les champions olympiques en titre ont, par exemple, dû se contenter de l'argent face au Japon lors de l'épreuve par équipes mixtes. "Les Japonais dominent le monde. Même quand ils sont en difficulté, ils arrivent toujours à trouver le petit truc qui va faire la différence", a constaté Christophe Massina, le patron de l'équipe de France féminine, après la défaite des Bleus en finale (4-2). "Donc on va continuer de travailler."
"On les a accrochés quand même. Aussi bien chez les filles que chez les gars, on les a fait douter. On leur montre que ce ne sera jamais facile contre nous", a-t-il poursuivi. C'est la cinquième fois que l'épreuve mixte par équipes figure au programme des Championnats du monde et c'est la cinquième fois que le Japon s'impose. Les Bleus décrochent eux leur quatrième médaille d'argent de suite dans cette épreuve. "On voulait l'or, on a eu l'argent, mais c'est un très bel argent", a résumé Romane Dicko, au lendemain de son or individuel en +78 kg.

Magistrale Dicko : sa finale expéditive en vidéo

Mondiaux 2022
Médaille d'argent pour les Bleus : le Japon était trop fort
13/10/2022 À 14:20

Cysique revancharde

Les Japonais prennent ainsi leur revanche après leur revers l'an passé contre les Tricolores, menés à l'époque par Teddy Riner et Clarisse Agbégnénou, en finale de leurs JO à domicile (4-1). En Ouzbékistan, sans leurs deux chefs de file, l'équipe de France s'est montrée entreprenante et agressive mais a fini par plier. En finale, Romane Dicko (+70 kg) et Sarah-Léonie Cysique (-57 kg), revancharde après l'énorme déception de son élimination prématurée en solo, ont brillamment apporté des points aux Bleus. Mais Marie-Eve Gahié, encore piégée par Saki Niizoe en -70 kg, Alexis Mathieu (-90 kg), Joseph Terhec (+90 kg) et Joan-Benjamin Gaba, malgré un combat héroïque en -73 kg, n'ont pas su s'imposer.
A moins de deux ans des JO de Paris, les judokas français concluent donc la compétition avec cinq médailles, mais un seul titre. Les deux derniers jours de compétition, avec l'or de Dicko et le bronze de Julia Tolofua en +78 kg mercredi, en plus de cette médaille d'argent collective jeudi, ont davantage souri aux Bleus que le début de semaine. Mais lors des six premiers jours, seules Amandine Buchard en -52 kg et Manon Deketer en -63 kg avaient réussi à décrocher des médailles de bronze.

Pénalités, "recoiffage" et un immense bonheur pour Tolofua : sa médaille de bronze en vidéo

Des choses à revoir
Avant d'arriver dans la capitale de l'Ouzbékistan, les Bleus, en particulier l'équipe féminine, avaient des ambitions beaucoup plus élevées. "On finit avec deux belles journées mais dans l'ensemble, on est passés à côté sur beaucoup de catégories", a reconnu le patron des Bleus, Larbi Benboudaoud. "Donc le bilan n'est pas forcément positif, surtout avec les armes qu'on avait, il faut être honnête. Il y a certainement des choses à revoir."
Pour se remettre en selle avant le rendez-vous ultime des JO à domicile, les Tricolores auront l'occasion de défendre de nouveau leurs chances sur la scène planétaire aux prochains Mondiaux de Doha dans moins de sept mois. Avec sans doute les retours de Teddy Riner et Clarisse Agbégnénou, et des leçons tirées de cette semaine ouzbèke.
Mondiaux 2022
En mode rouleau compresseur, les Bleus filent en finale
13/10/2022 À 10:06
Mondiaux 2022
"C’est beau de l’annoncer et de le faire" : Dicko, comme une évidence
12/10/2022 À 16:53