Gévrise Emane était venue pour l'or en -70 kg. Elle n'aura pas dépassé les huitièmes. La championne du monde en titre s'est fait surprendre dès son premier combat par la Britannique Sally Conway, alors qu'elle dominait et semblait partie pour se qualifier tranquillement. Pendant qu'elle travaillait au sol, Emane a été retournée par son adversaire, qui l'a immobilisée jusqu'à la victoire. "Je cherche encore à comprendre ce qui s'est passé", a-t-elle soufflé, totalement dépitée.
Pourtant, Gévrise Emane se méfiait. "Je la connais bien, on se connait toutes sur le circuit international, et je savais qu'elle était forte au sol, explique la Française. Je peux vous dire que j'ai vraiment essayé de la verrouiller, mais elle a réussi à sortir. Il ne fallait pas que je fasse d'erreur. Je pense que ma position n'était pas très bonne, pas aussi stable que je le pensais. Et je perds là-dessus. Ça ne se joue que là-dessus."
Il va falloir que je digère le fait de ne jamais être championne olympique
Rio 2016
Fin de l'aventure pour Emane, pas de miracle pour Iddir
10/08/2016 À 15:09
C'est effectivement d'autant plus terrible qu'Emane menait alors d'un yuko. "Le combat, je le menais, note la Française. Je suis dégoûtée. Elle ne voyait pas le jour, je suis désolé de le dire, mais c'est la vérité. Entre guillemets, le match était plié". Jusqu'à cette séquence fatale qui est donc venu tuer dans l'œuf les ambitions olympiques de Gévrise Emane. Triple championne du monde, elle aura en revanche toujours échoué aux JO, malgré sa médaille de bronze en 2012, qu'elle avait accueilli avec plus de frustration que de joie.

Gévrise Emane aux Jeux Olympiques de Rio

Crédit: AFP

"Il va falloir que je digère le fait de ne jamais être championne olympique", a-t-elle admis, refusant de déterminer à chaud quelle suite à donner à sa carrière, alors qu'elle vient d'avoir 34 ans. Pour la native de Yaoundé, le coup est rude, car elle avait tout mis en œuvre pour assouvir son ambition dorée. "J'étais vraiment bien, regrette-t-elle. J'avais vraiment tout fait, je pense, pour être dans les meilleures dispositions à Rio. Je ne pouvais pas faire plus en termes de préparation, que ce soit au plan technique, tactique mais aussi psychologique. Mais comme m'a dit Lucie (ndlr, Décosse) tout à l'heure, dans le sport, il n'y a pas de loi. Parfois, tu fais tout, et ça ne passe pas."
Pour l'équipe de France de judo, c'est un gros coup dur car, a minima, Emane devait ramener une médaille et c'était une des chances les plus solides pour l'or. Pour l'heure, après cinq des sept jours de compétition, les Bleus ne comptent qu'une médaille, l'argent de Clarisse Agbegnenou. "Oui, ça pèse, juge Gévrise Emane. Mais après chacun est dans sa bulle, je ne peux pas dire que ça m'a perturbé. Ce sera à chacun de faire le bilan individuellement." Le sien, malheureusement, est trop vite fait…