Judo

Riner : "Tout le monde sait que je n’aime pas perdre mais je ressens une forme de soulagement"

Partager avec
Copier
Partager cet article

Teddy Riner contre Kokoro Kageura au Grand Slam de Paris 2020

Crédit: Getty Images

ParRaphaël Brosse
09/02/2020 à 14:40 | Mis à jour 09/02/2020 à 15:40
@raphbrosse

PARIS GRAND SLAM - Une secousse de grande ampleur a frappé la planète judo dimanche : invaincu depuis près de dix ans, Teddy Riner a chuté face à Kokoro Kageura. Le public parisien était médusé, mais le décuple champion du monde, lui, a semblé soulagé. Il peut désormais oublier son incroyable série de victoires et se focaliser sur la seule quête qui vaille réellement à ses yeux : l'or à Tokyo.

Pour les nombreux spectateurs présents dans les travées de l’AccorHotels Arena, dimanche, il y a d’abord eu l’excitation. Pour la première fois depuis 2013, Teddy Riner - à la recherche de repères et, surtout, de points afin d’assurer sa qualification olympique - venait fouler les tatamis de Bercy. Il y a ensuite eu le doute, en voyant le poids lourd français peiner à se dépêtrer de ses deux premiers tours, face à des adversaires, le Hongrois Richard Sipocz et l'Autrichien Stephan Hegyi, pourtant sans références à l’échelle internationale.

  • Stupeur à Paris : Riner battu pour la première fois depuis 2010, après 154 victoires
Judo

Teddy Riner et Clarisse Agbegnenou : portrait croisé de deux légendes du judo français

25/06/2020 À 10:00

Et puis, il y a eu le choc. Une attaque mal exécutée, un contre parfait, et le décuple champion du monde se retrouvait mis sur le dos par Kokoro Kageura, victorieux par waza-ari durant le Golden Score. Une chape de plomb est alors tombée sur l’enceinte parisienne. Marie-Eve Gahié et Audrey Tcheuméo avaient beau combattre au même moment, plus rien ne comptait. Incrédule, le public parisien a regardé, stupéfait, Riner quitter le tapis sans un sourire, sans un signe. Il venait de perdre. Cela ne lui était plus arrivé depuis presque dix ans.

Ce n'est pas le Japonais qui a gagné, c'est Teddy qui a perdu

Il fallait effectivement remonter au 13 septembre 2010 pour retrouver la trace d’une défaite du natif des Abymes. Ce jour-là, il avait été battu par le Japonais Daïki Kamikawa, lors des Mondiaux de Tokyo. Un revers pour le moins contestable - la décision des juges, donnée aux drapeaux, avait fait jaser - et longtemps resté en travers de la gorge du judoka français, qui ensuite entamé une exceptionnelle série de victoires. Le compteur était monté jusqu’à 154 succès. Il n’ira pas plus haut.

On pouvait légitimement penser que l’orgueil du champion en avait pris un sacré coup. C’est pourtant avec une étonnante décontraction que Riner s’est présenté en zone mixte, quelques minutes après son élimination prématurée. "J’aurais été sous le choc si mon adversaire avait été plus fort que moi et m’avait mis ippon", a-t-il avoué. Là, ce n’était pas le cas. Je n’ai aucune raison d’être vexé !", a insisté le Tricolore. "Ce n’est pas le Japonais qui a gagné, c’est Teddy qui a perdu" a abondé Franck Chambily, son entraîneur.

Riner : "Ça va me permettre de mieux me préparer pour Tokyo"

00:00:46

Nomura plutôt que Yamashita

Conséquence directe de cette défaite inattendue : le Guadeloupéen ne dépassera pas la légende Yasuhiro Yamashita, qui a empilé 203 victoires entre 1977 et 1985. Pas de quoi frustrer le combattant de 30 ans, bien au contraire. "Tout le monde sait que je n’aime pas perdre, a-t-il rappelé. Mais je ressens une forme de soulagement, oui. Je suis déchargé d’une pression. Maintenant, je vais pouvoir mieux travailler et ne plus avoir à compter les combats qui me séparent de Yamashita. D’ailleurs, j’avoue que ça commençait à devenir pénible !"

Riner se sent donc comme délesté d’un fardeau qu’il avait de plus en plus de mal à porter. Il peut surtout se tourner vers un autre record qui l’intéresse nettement plus, celui de Tadahiro Nomura. Le super-léger nippon est le seul judoka triple champion olympique (1996, 2000, 2004). "La série d’invincibilité, elle est derrière moi désormais, a affirmé celui qui a déjà décroché deux médailles d’or aux JO. Je vais me remettre au travail, avec un autre état d’esprit et Tokyo en ligne de mire." Ainsi, la secousse ressentie à Bercy ce dimanche ne devrait être qu’un avertissement salutaire. A condition, bien sûr, qu’il n’y ait pas de réplique l’été prochain…

Judo

Vers une reprise du circuit mondial en septembre ?

09/06/2020 À 13:55
Judo

Sagi Muki : "Je sais qu'il faut que je me réinvente chaque jour"

02/06/2020 À 21:15
Dans le même sujet
Judo
Partager avec
Copier
Partager cet article