Le couperet est tombé le 24 mars dernier. A cause de la pandémie de coronavirus qui secoue la planète, les Jeux Olympiques de Tokyo ont été reportés en 2021. En pleine préparation pour une troisième médaille olympique, Teddy Riner, 31 ans ce mardi, a dû revoir ses plans. "Ce qui est arrivé, c'est un truc de malade, a assuré le judoka français à l'Equipe. Le report des Jeux, personne ne pouvait l'envisager. Moi-même, quand on me posait la question, je répondais : mais non, les Jeux annulés ou reportés, c'est impossible. C'est un tel enjeu financier. Et pourtant, face à la pression de certains pays, ce que je peux comprendre d'ailleurs, il a fallu arriver à ce report. C'est normal !"

Tokyo 2020
La prise de conscience de Riner : "Quand je vois la corpulence que j'avais développée..."
18/07/2020 À 14:33

Désormais pour Teddy Riner, "l'enjeu n'est pas tant sportif ou économique, c'est la vie des gens qui comptent". "Ce report, bien sûr qu'il était inévitable. Attendre un an, ce n'est pas la mer à boire, on a qu'à prendre notre mal en patience", ajoute-t-il. Comme tous les Français, Teddy Riner est confiné le temps que le crise sanitaire passe. Chez lui, le judoka se prépare avec sérieux. Comme toujours. "Je me suis aménagé une salle sympa. Je suis privilégié de ce côté-là, je peux m'entraîner, garder le niveau. Je suis depuis le début à deux séances par jour, sans jamais lever le pied", confie-t-il.

JEUX OLYMPIQUES : Tokyo 2020 - Hartung : "Une bonne décision, mais une tragédie"

Son objectif est clair : une médaille d'or en 2021 à Tokyo. "J'ai un an pour me préparer. D'ici là, j'espère que les choses seront réglées, il faut laisser le corps médical, les autorités sanitaires gérer ça pour nous. Qu'on soit sportif, acteur ou qui que ce soit d'autres, on est impuissant", indique Teddy Riner. Le Français a ainsi eu le temps d'analyser sa défaite à Paris en février contre Kokoro Kageura, qui a mis fin à une folle série de 10 ans d'invincibilité.

Tokyo 2020 - Le compte à rebours actualisé

"J'en retiens que c'est une bonne chose, note-t-il. C'est mieux que ça me soit arrivé là plutôt qu'aux Jeux. Mais, surtout, ça m'a permis de me réveiller... Clairement, à Paris, il me manquait de l'agressivité. J'avais beau me sentir bien au niveau judo, il ne faut pas oublier que c'est un sport de combat et qu'il faut savoir livrer bataille... Bon après tu as perdu, il faut comprendre pourquoi et se remettre au travail". Chez lui. Avec une troisième médaille d'or bien ancrée dans sa ligne de mire.

Je suis agacé dans le bon sens du terme

"A Montréal, en juillet 2019, j'avais moins de judo qu'à Paris, mais l'envie de reprendre, ça avait peut-être pu compenser, estime-t-il. Mais, en France, j'ai de moins en moins de partenaires et, du coup, pour évaluer mon niveau, c'est très compliqué. Et puis, à chaque fois j'arrivais avec de nouvelles techniques, je surprenais, je faisais tomber. Mais, en vrai, il n'y a pas la difficulté du combat, où je rentre dedans, je cherche la technique.. Tout ça m'a permis de me réveiller, il me faut plus de bagarres pour être au niveau. En mode compétition, mon judo ne passe pas encore forcément." Teddy Riner assure que cette défaite l'a agacé. "Mais je suis agacé dans le bon sens du terme", conclut-il.

Tokyo 2020
"J'en ai beaucoup pleuré" : Agbegnenou a été "anéantie" par le report des Jeux
26/04/2020 À 17:50
Tokyo 2020
Le report des JO est "un déchirement" pour Agbegnenou
25/03/2020 À 18:22