1er tour : Stefan Hegyi

  • Autrichien - 23 ans - 1m86
  • N°19 mondial
  • Son spécial : tai-otoshi
Gaucher, le Viennois s'est signalé à 19 ans en sortant au 2e tour des Mondiaux 2017 le vice-champion olympique japonais Harasawa. Ce haut fait a démontré qu'il avait la capacité physique de tenir un combat au long court (il avait usé le Japonais au bout de 7'26" au Golden Score), et sûrement généré une énorme confiance en lui.
Tokyo 2020
"On a de l'or à aller chercher à Paris" : Riner et Agbegnenou ont pris rendez-vous
02/08/2021 À 15:59
Il a été le dernier adversaire que Teddy Riner a battu au bout de sa série de 154 victoires, au Grand Chelem de Paris en 2020. Ce jour-là, au 2e tour, il n'avait cédé qu'en prolongation, sur une transition debout-sol.
L'avis de Fred Lecanu : "C'est un 'petit' modèle dans les +100kg. Il a des qualités de vitesse et c'est un guerrier. Il est très rugueux, il est courageux, c'est un vrai bastonneur ! Un bon premier tour pour Teddy, un vrai test."
https://i.eurosport.com/2021/07/29/3185855.jpg

2e tour potentiel : Or Sasson

  • Israélien - 30 ans - 1m93
  • N°13 mondial
  • Son spécial : ippon-seoi-nage
Le natif de Jérusalem a rencontré pour la dernière fois Teddy Riner en demi-finale des Jeux Olympiques 2016 à Rio, où il s'était incliné à la dernière seconde sur une transition au sol. Il avait perdu en quart de finale de Coupe du monde à Lisbonne en 2012, en 16e des Mondiaux 2014 et en finale de l'Euro 2016, à chaque fois par ippon. Quatre défaites donc, en autant de duels, et plus de succès significatifs sur la scène internationale depuis 2016.
L'avis de Fred Lecanu : "Or Sasson un garçon assez surprenant. C'est un ancien mi-lourd (-100kg), qui a fait un passage très remarqué chez les lourds. Il a de grandes qualités d'explosivité et ses mouvements d'épaule sont très, très rapides, ce qui est gênant pour Teddy, qui est un grand droitier (2m03) qui monte son bras. Sasson peut disparaître sous son centre de gravité pour descendre très vite à genou. Teddy va devoir faire attention en avançant sur lui, trop le pousser."
"Cependant, c'est un peu une inconnue car on l'a peu vu ces derniers temps, et spécialement à un très haut niveau. Il a même perdu dans des tournois aux tours préliminaires."

Teddy Riner versus Or Sasson

Crédit: AFP

1/4 de finale potentiel : Tamerlan Bashaev

  • Russe - 25 ans - 1m74
  • N°1 mondial
  • Son spécial : ippon-seoi-nage
Le gaucher moscovite a profité de l'absence de Teddy Rinner des tatamis pour booster son palmarès en devenant Champion d'Europe en 2020 et vice-champion du monde à Budapest en 2021. Il reste sur une défaite face au Français en quart de finale du Masters à Doha (ippon), en janvier dernier.
L'avis de Fred Lecanu : "C'est une valeur sûre de la catégorie - il est n°1 mondial ! - et il pratique extrêmement bien le judo. Il n'est pas très grand (1m74), mais il a un gros physique. Dans un combat âpre, Teddy l'a canalisé à la garde au dernier Masters à Doha. Teddy va devoir être très rigoureux à la garde car Bashaev est quelqu'un face à qui on ne peut rien lâcher ou faire d'erreur. Son autre atout est d'être ambidextre : il alterne la prise des deux côtés."
"Pour résumer, ça va être le premier grand combat de Teddy, un combat extrêmement important qui va vraiment dire où il en est."
https://i.eurosport.com/2021/07/29/3185849.jpg

Demi-finale potentielle : Rafael Silva

  • Brésilien - 34 ans - 2m03
  • N°7 mondial
  • Son spécial : uchi-mata
À 34 ans, le Sud-Américain ne désespère pas. Souvent placé, jamais gagnant, il totalise deux médailles de bronze olympiques (2012, 2016), une d'argent (2013) et deux autres de bronze aux Mondiaux (2014, 2017).
Rafael Silva a très souvent affronté Teddy Riner. Il a fait le tour de la planète sans jamais le battre en neuf tentatives, dont les plus notoires aux Mondiaux, en finale en 2011 (Paris) et 2013 (Rio), en demie en 2014 (Chelyabinsk) ou en quart en 2010 (Tokyo) et 2017 (Budapest). Et surtout aux JO, en quart de finale en 2016, à la maison.
L'avis de Fred Lecanu : "C'est le plus lourd du plateau. Il fait plus de 170kg, et à ce niveau-là un coup de bassin peut résoudre pas mal de problèmes ! Théoriquement, il est derrière un bon Tushishvili en 1/4 de finale. Mais avec Silva, c'est toujours pareil : il faut faire le match. En somme, je dirais que c'est du 70-30 pour Tushishvili. A part ça, Silva n'est pas un combattant très spectaculaire et il a tendance à se faire oublier un peu. C'est un rouleau compresseur, il est double médaillé olympique et il est hyper régulier. "
https://i.eurosport.com/2021/07/29/3185853.jpg

Demi-finale potentielle : Guram Tushishvili

  • Géorgien - 26 ans - 1m93
  • Son spécial : eri-seoi-nage
Tout nouveau champion d'Europe en 2017, le gaucher de Tbilissi s'est heurté deux fois la même année à Teddy Riner, aux Mondiaux. D'abord en demi-finale des +100kg à Budapest, où il avait proprement balayé - l'un de ses points forts - Riner sans marquer, puis en 16e de finale des toutes catégories à Marrakech. En 2018, il a été le premier à succéder au Français au palmarès des championnats du monde. Il a confirmé par la suite au niveau continental en 2019.
L'avis de Fred Lecanu : "Il n'est pas encore en demie, car dans sa partie de tableau il va devoir affronter selon toutes vraisemblance Rafael Silva. Sur le papier, il est devant mais on se retrouve dans le même cas de figure qu'avec Or Sasson : on ne connaît pas ses dispositions car il n'a pas disputé les derniers Mondiaux. Bref, c'est une grosse inconnue sachant que l'état de forme de Tushishvili est assez inégal. Et comme Or Sasson, ses dernières sorties ne sont pas celles qui l'ont le plus mis en valeur. Ses attaques favorites ? Les mouvements d'épaule (eri-seoi-nage), de hanche et les balayages."

Guram Tushishvili

Crédit: Getty Images

Finale potentielle : Hisayoshi Harasawa

  • Japonais - 29 ans - 1m91
  • N°3 mondial
  • Son spécial : uchi-mata
Le sélectionneur nippon Kosei Inoue l'avait choisi pour les JO prévus en 2020 et il n'est pas revenu sur sa décision malgré le titre mondial de Kokoro Kageura en juin dernier. Pour une raison simple : Hisayoshi Harasawa est une bien meilleure garantie de présence en finale vendredi que son compatriote, qui peut se targuer d'avoir fait tomber Teddy Riner de son piédestal au tournoi de Paris en février 2020. Et puis, Kosei Inoue avait délégué Kokoro Kageura en lot de consolation pour sa non-sélection à Tokyo, privant du coup Hisayoshi Harasawa d'une belle opportunité d'ouvrir son palmarès international.
Pour le Tricolore, ce choix du staff japonais est plutôt une bonne nouvelle car Kageura appartient à ce profil de judokas - petits, gauchers, qui poussent pour provoquer une réaction - contre lesquels il n'est pas tout à l'aise. Hisayoshi Harasawa c'est un peu tout le contraire, avec une posture très droite. Même s'il a échoué en finale (!) des Mondiaux en 2019 au Budokan, Hisayoshi Harasawa est prêt à se laisser porter par la razzia opérée jusqu'ici par ses compatriotes pour réaliser l'exploit qui changerait à jamais sa vie.
Enfin, Riner - Harasawa renvoie forcément au souvenir de la finale des Jeux Olympiques de Rio 2016, mais pas seulement. C'est un autre affrontement qui avait tourné en faveur de Riner en finale du Grand Prix de Montréal 2019, par ippon après 7'50" de combat, sur un superbe grand fauchage extérieur (o-soto-gari).
L'avis de Fred Lecanu : "Pour son retour après une longue pause, Teddy avait décidé de reprendre à Montréal, un tournoi peu coté, idéal pour reprendre ses marques. Mais il ne s'attendait pas à ce qu'Harasawa y participe. A l'inscription, cela a été la surprise… Au final, Teddy gagne à 40% de ses moyens, au bout d'un combat très dur de 8 minutes, et Harasawa le prend comme un gros coup sur la tête."
"Mais même si Harasawa a perdu à Rio en 2016 et à Montréal en 2019, il est chez lui et il va faire la guerre à Teddy !"

Hisayoshi Harasawa (Japon)

Crédit: Eurosport

Finale potentielle : Lukas Krpalek

  • Tchèque - 30 ans - 1m98
  • N°4 mondial
  • Son spécial : sumi-gaeshi (technique de sacrifice consistant à se jeter en arrière pour amener l'adversaire au sol)
Attention, Lukas Krpalek, c'est un gros CV avec un profil atypique. Le natif de Johlava a été champion olympique en 2016 en -100kg avant d'entamer une brillante reconversion chez les lourds (+100kg), en remportant le titre mondial en 2019. Sans Teddy Riner, donc. Il a Hisayoshi Harasawa dans sa partie de tableau et le combat qui se profile contre le Japonais en demi-finale (finale de tableau) s'annonce vraiment équilibré.
L'avis de Fred Lecanu : "A la pesée, il devrait être à plus de 110 kg (soit le plus léger des adversaires probables de Teddy Riner). Il a pris du volume ces derniers mois, et le connaissant il a dû faire pas mal de muscu ! Bref, il va arriver hyper affûté. Et pas de doute pour moi, il est capable de battre Harasawa en demie. Krpalek est un renard, et il travaille très très bien au sol. Ce n'est pas debout que je le sens le plus dangereux, mais sur des pénalités ou un passage au sol."

Lukas Krpalek

Crédit: Imago

Tokyo 2020
Dicko : "Teddy me dit : 'Moi aussi j'ai commencé par du bronze, regarde ce que j'ai fait après'"
02/08/2021 À 08:22
Tokyo 2020
Cysique sur Riner : "Il nous a montré le chemin à suivre"
02/08/2021 À 08:01