Il n'est pas exactement là où il aurait aimé être. Où il avait pris l'habitude d'être. Où l'on avait pris l'habitude de le voir. Mais Teddy Riner a glané vendredi une quatrième médaille olympique. Et c'est tout sauf un détail. Cette médaille, elle est en bronze, comme à Pékin, en 2008. On ne dira pas que la boucle est bouclée, parce que le principal intéressé ne l'entend pas ainsi. Juste après son combat pour la médaille de bronze, remporté face à Hisayoshi Harasawa, le Français s'est montré réaliste mais nullement abattu. Surtout pas.
"Je pense qu'il ne faut pas rester sur une frustration, même si c'est chiant de perdre comme ça. Les Jeux, ça se joue à ça. Aujourd'hui, ce n'était pas pour moi. Heureusement qu'il y a cette consolation", a-t-il confié à Eurosport. Aucun regret, vraiment ? Sa blessure hivernale au genou l'a-t-elle handicapé ? Autre chose ? "Non, c'est passé. Mauvais arbitrage ou non ? Tout ça, ce n'est plus mon problème. Demain, on repart avec l'or", a-t-il ajouté.
Tokyo 2020
"On a de l'or à aller chercher à Paris" : Riner et Agbegnenou ont pris rendez-vous
02/08/2021 À 15:59

Une ultime pénalité pour le bronze : les derniers instants du combat victorieux de Riner

L'or samedi ?

Décrocher une quatrième médaille en quatre éditions des Jeux, comme un seul autre Français - Daniel Morelon - l'avait fait avant lui, c'est tout sauf un détail. Durer, c'est tout sauf automatique. Même lorsque vous vous appelez Teddy Riner et que le monde est à vos pieds depuis plus d'une décennie. "C'est ma quatrième médaille olympique à 32 ans, j'ai commencé sur les circuits seniors à 17 ans, a-t-il rappelé sur France TV. C'est ce que je dis aux jeunes : durer, c'est difficile. Gagner une fois, c'est bien. Le faire longtemps, c'est autre chose. Il fallait passer sur cette journée et se réinventer tout au long de la journée. Je suis content car ça fait quand même de moi l'un des plus titrés de mon sport. Content d'être à chaque fois monté sur la marche. C'est très difficile de faire comprendre ça, même à ma famille".
S'il n'est plus le roi et s'est beaucoup retourné sur sa carrière après son combat, le judoka n'en a pas fini pour autant. Bien au contraire. Il y a encore samedi et l'épreuve par équipe. Mais, surtout, un rendez-vous plus lointain qui lui tient à cœur, les Jeux 2024 à la maison. "J'étais venu pour répondre à des questions et savoir si je pouvais remporter un troisième titre. Aujourd'hui, ce n'est pas passé. Il reste Paris 2024. Et il reste demain, avec l'épreuve par équipe. Je serai peut-être trois fois champion olympique..." Vivement samedi. Vivement Paris.

Lecanu analyse le mouvement fatal à Riner : "C'est Teddy qui crée son propre déséquilibre..."

Tokyo 2020
Dicko : "Teddy me dit : 'Moi aussi j'ai commencé par du bronze, regarde ce que j'ai fait après'"
02/08/2021 À 08:22
Tokyo 2020
Cysique sur Riner : "Il nous a montré le chemin à suivre"
02/08/2021 À 08:01