Sacrés pour la première aux Jeux Olympiques de l'épreuve par équipe mixte. Et au Nippon Budokan ! Le final ne pouvait pas être plus beau. Ce samedi, l'équipe de France de judo a signé un exploit retentissant sur les tatamis nippons. "C'est magique", a d'emblée savouré sur France TV Clarisse Agbegnenou, qui double la mise après son sacre en -63kg. "C'est incroyable. On sera à jamais les premiers", complète Madeleine Malonga, argentée en -78 kg, sur L'Equipe. "C'est juste dingue", ajoute Axel Clerget. "C'est incroyable. Vous ne vous rendez pas compte mais c'est un truc de fou ce qu'on a fait. Et ça me met à cinq médailles, je vous remercie !", lance encore Teddy Riner.
Le bonheur affiché par le groupe bleu, composé de Clarisse Agbegnenou, Romane Dicko, Sarah-Léonie Cysique, Margaux Pinot, Guillaume Chaine, Axel Clerget et bien sûr Teddy Riner, en dit long. Il est communicatif. D'habitude seul dans l'effort et dans les moments de doutes ou de bonheur aux Jeux, les judokas français ont cette fois pu savourer ensemble. Et leur esprit collectif a fait leur force. "C'était un truc de fou cette journée, c'est inoubliable. On est montés crescendo, on a failli se faire 'tauler' au premier tour, mais je crois que c'est ça qui nous a conditionnés. On a mis la musique en salle d'échauffement, on s'est fait des parties de Uno pour passer le temps, on s'est donnés des conseils, on s'est encouragés, transcendés quand certains ont oublié comment faire la guerre, l'art de faire la guerre", se félicite Teddy Riner.
Tokyo 2020
"On a de l'or à aller chercher à Paris" : Riner et Agbegnenou ont pris rendez-vous
02/08/2021 À 15:59

Cinq duels pour un triomphe retentissant : le résumé du sacre bleu

Chaine : "On savait qu'avec la Dream Team on pouvait les taper"

Des liens forts et uniques se sont même créés pendant cette dernière journée au Budokan. Un temple mythique dans le monde du judo. "Le six majeur que l'on a aligné ce samedi va rester uni par cette histoire, quoi qu'il arrive demain", prévient Teddy Riner, qui compte maintenant trois titres olympiques avec ses deux sacres individuels de 2012 et 2016. "On sera soudés à vie", confirme Amandine Buchard. "C'est une grosse fierté", ajoute le champion tricolore, ravi de cette médaille collective, dans une épreuve inscrite pour la première fois au programme olympique.
Être les premiers à inscrire leur nom au palmarès aux Jeux apporte forcément une touche singulière. Mais la cerise sur le gâteau reste d'avoir réussi à le faire face aux Japonais ! Les Nippons étaient intouchables aux championnats du monde depuis 2017 et l'arrivée de cette épreuve mixte (quatre titres sur quatre). Ils étaient en plus en confiance avec un groupe armé de quatre récents champions olympiques. Mais les Bleus ont pris le dessus : "Chaque année on grappillait un peu sur cette équipe japonaise, mais on n'avait jamais eu la Dream Team au complet. On savait qu'avec l'équipe type on pouvait les taper. On l'a fait avec les tripes, en allant au bout de nous-mêmes. On est champions olympiques !", a savouré Guillaume Chaine sur L'Equipe.

Le dénouement puis la liesse : revivez la fin du combat décisif

Riner : "Le faire à Tokyo, au Budokan ! C'est un rêve"

Surtout, les Français ont réalisé cette performance monumentale sur les terres de leurs adversaires. "On a pris possession du Budokan !", a résumé Guillaume Chaine. "On bat les Japonnais chez eux ! Ils ne vont pas se relever. Nous, on est les plus heureux", se délecte Clarisse Agbegnenou.
"Qu'on ait 32, 36 ou 21 ans, on a fait quelque chose de grandiose dans l'histoire de notre sport. Certains ne se rendent peut-être pas compte, mais le judo ici à Tokyo c'est infernal. C'est là où il a été créé et nous, on s'est fait un plaisir de gagner 4-1 contre les Japonais en finale. Ça n'arrive qu'une fois dans une vie ce genre de jour. (...) Le faire à Tokyo, au Budokan ! C'est un rêve", lâche Riner, qui ne cache pas son bonheur après ce final en apothéose un jour après son relatif échec lors de sa compétition individuelle où il n'a pas pu aller récupérer l'or. "L'édition Tokyo 2020 est parfaite. Merci le Japon", conclut-il.
Tokyo 2020
Dicko : "Teddy me dit : 'Moi aussi j'ai commencé par du bronze, regarde ce que j'ai fait après'"
02/08/2021 À 08:22
Tokyo 2020
Cysique sur Riner : "Il nous a montré le chemin à suivre"
02/08/2021 À 08:01