S'il y avait une soirée de MMA à ne pas manquer, c'était celle-ci. Ceux qui ont gardé les yeux ouverts jusqu'à 7h du matin dans la nuit de samedi à dimanche ont eu raison, ils ont assisté en direct à l'un des événements les plus excitants de l'histoire de l'UFC. La plus grande ligue de MMA au monde a posé ses valises à Jacksonville pour un évènement ultra dense.

Khamzat Chimaev est bel et bien humain

Avant ce combat, Khamzat Chimaev avait distribué 254 coups et n'en avait reçu que deux à l'UFC. Ce soir il en a pris une averse, une avalanche. Il l'a essuyée, il y a survécu. Et la hype phénoménale, l'attente démesurée qui entoure le Suédois s'est justifiée. Même si Chimaev n'a pas roulé sur Gilbert Burns, (classé 2e des poids mi-moyens), comme sur ses quatre derniers adversaires, les deux combattants ont livré un véritable spectacle dans la cage, aboutissant à la cinquième victoire à l'UFC du premier.
Mixed Martial Arts
Au dôme de Paris, ARES prouve que la France a faim de MMA
26/06/2022 À 11:42
Tout sourire, détendu, Khamzat Chimaev est entré dans l'octogone comme s'il y était chez lui, les flashes des téléphones des spectateurs présents à Jacksonville braqués sur son visage. Avec une telle attitude, dans les premières secondes du combat, Chimaev ne pouvait que faire du Chimaev. Il emmenait Burns contre la cage, puis au sol. Avant de se redresser et se planter sur ses pieds pour boxer. Comme s'il voulait prouver aux observateurs qu'il sait tout faire. Dans ce domaine, son opposant avait du répondant et réalisait ce que personne n'avait accompli avant lui à l'UFC : faire vaciller Chimaev, au point de lui faire goûter le sol en fin de second round.
Mais ce n'était jamais assez. Enfin si, assez pour rassurer tout le monde : Chimaev saigne, il est donc bel et bien humain. "Je suis fatigué, je ressens de la douleur, j'adore ça." a-t-il d'ailleurs commenté. Mais c'est tout. Quand les débats s'équilibraient, le Suédois finissait toujours par placer l'accélération qu'il fallait, la droite de plus, le contre supplémentaire. Suffisant pour arracher une décision unanime aux juges (29-28 chez les trois). Khamzat Chimaev a bien de la marge de progression et peut souffrir pendant un combat. Mais il est entré dans la cage en star, il est sorti en étoile filante, il deviendra peut-être champion du monde.

L'histoire de la soirée : Sterling a lavé son honneur

Voilà treize mois que les fans de MMA traquent Aljamain Sterling sans relâche sur les réseaux sociaux. A leurs yeux, le Jamaïcain a volé sa ceinture de champion des poids coqs à Petr Yan en mars 2021. Lors du combat pour le titre, Yan lui avait asséné un coup de genou au visage jugé illégal puisque Sterling était au sol. L'arbitre ayant décidé de disqualifier le Russe pour ce geste, la ceinture revenait à Sterling de droit. Au grand dam de bien des amoureux de ce sport, puisque Yan dominait le combat avant de se punir seul. Alors qu'il avait remporté le premier duel, Aljamain Sterling avait donc tout de même une revanche à prendre. Un honneur à laver. Il voulait montrer qu'il le mérite, son titre.
C'est sous des sifflets nourris qu'il est entré dans la cage, pour dérouler le plan parfait. Fuir les enchaînements de pied/poing de Petr Yan et l'amener au sol dès que possible. L'y verouiller, l'épuiser et grapiller des points auprès des juges. Une tactique payante puisqu'à force de contrôler le Russe au corps à corps, Sterling s'est vu conserver sa ceinture grâce à un décision partagée (48-47, 47-48, 48-47). L'occasion de glisser un savoureux "Continuez à douter de moi" une fois la ceinture à la taille. Petr Yan, lui, qui s'est estimé lésé et vainqueur a demandé une nouvelle revanche, pas sûr qu'il ne l'obtienne cette fois.

La performance de la soirée : Volkanovski règne en maître chez les coqs

Peu de doutes subsistaient sur le sort de cette rencontre. Après les premières salves de coups, chacun savait qu'il n'irait pas à son terme. Alexander Volkanovski, champion des poids coqs, a littéralement roulé sur Jung Chang-Sung. Des enchaînements, des contres, du contrôle au sol, l'Australien a livré un véritable récital.
Le visage du "Korean Zombie" se déformait progressivement au fil des coups reçus, c'est finalement dans la quatrième reprise que l'arbitre a décidé de mettre un terme à la rencontre, histoire d'épargner à Chang-Sung quelques séquelles physiques. Le combat était si déséquilibré que Volkanovski a été pris de remords : "Il a pris beaucoup plus (de coups) que je ne le voulais. Je commençais à me sentir mal à ce sujet, mais c'est le sport dans lequel nous sommes". Il compte désormais 11 victoires en autant de combats disputés à l'UFC.
UFC
Gane sur son adversaire à l'UFC Paris : "Si tu fais une erreur, ça ne pardonne pas !"
21/06/2022 À 14:30
UFC
Ciryl Gane affrontera Tai Tuivasa à l'UFC Paris
15/06/2022 À 11:18